Paul de Roumanie condamné à 3 ans de prison ferme : la police roumaine est à sa recherche

Jusqu’ici en résidence surveillée, le prince Paul de Roumanie, alias Paul Lambrino ou encore Paul-Philippe de Hohenzollern, a écopé d’un durcissement de sa peine, lorsque le verdict de la Cour de cassation est tombé ce jeudi 17 décembre 2020. Initialement condamné à 3 ans de prison avec sursis, le petit-fils du roi Carol II de Roumanie avait fait appel. Finalement, il écope de 3 ans de prison ferme pour blanchiment d’argent et trafic d’influence. Introuvable à son domicile après le prononcé de la peine, un avis de recherche de la police a été émis.

Mise à jour : La réponse du prince Paul de Roumanie à lire ici.

Paul-Philippe de Hohenzollern, dit Paul de Roumanie, a été condamné à 3 ans de prison ferme (Photo : WikiCommons)

Lire aussi : Ernst August de Hanovre libéré de prison

L’affaire de la ferme de Baneasa et de la forêt de Snagov connait une issue

L’homme d’affaires roumain Remus Truică est le plus lourdement condamné dans cette affaire, pour avoir soudoyé des fonctionnaires et éludé des impôts, faisant perdre à l’État des millions d’euros lors de la rétrocession de terrains, entre 2006 et 2013. Pour rappel, en 2012, la Cour suprême roumaine avait permis à Paul Lambrino d’être reconnu comme descendant du roi Carol II, lui octroyant également une partie de l’héritage de son grand-père.

Paul Lambrino, devenu le prince Paul de Roumanie, s’est associé avec l’homme d’affaires Remus Truica et un groupe d’Israéliens pour acheter et vendre, grâce à des malversations et un réseau de trafic d’influence, des hectares de terres qu’il s’était approprié. Après l’acquisition de la forêt de Snagov et de la ferme royale de Băneasa, le prince Paul les a transférés par le biais de contrats de vente-achat, à Reciplia SRL, à des prix très sous-évalués, masquant le caractère illicite de la provenance. L’entreprise l’a vendu à d’autres personnes, sans collecter d’argent.

Les dommages dans cette affaire s’élèvent à plus de 145 millions d’euros pour l’État, plus de 135 millions d’euros pour la valeur des terres de l’ancienne ferme royale de Băneasa et près de 10 millions d’euros pour la forêt de Snagov. En tout 22 personnes sont impliquées, plusieurs d’entre elles ont été lourdement sanctionnées. Le principal accusé, Remus Truica, a été condamné à 7 ans de prison ferme par la Cour de cassation, comme nous l’apprend la presse roumaine.

Selon G4 Media, après la lecture du verdict, les accusés sont censés immédiatement purger leur peine, « les condamnations étant définitives et exécutoires, elles ne peuvent plus être contestées ». Pourtant, Paul de Roumanie n’était pas à son domicile. Sa femme, Lia a répondu aux autorités que son époux était au Portugal. La police de Bucarest a déclaré qu’étant donné qu’il n’a pas été retrouvé chez lui « la procédure de poursuites commence. L’activité d’obtention du mandat d’arrêt européen et de la poursuite internationale commence ».

Lire aussi : Siméon II de Bulgarie récupère un domaine royal à l’issue d’une longue bataille contre l’État

Qui est Paul-Philippe de Hohenzollern ?

C’est en 1948 que Paul Lambrino voit le jour. Il est le fils de Carol Lambrino et de la chanteuse française Léna Pastor, de son vrai nom Hélène-Henriette Nagavitzine. Paul découvre alors le combat de son père, fils aîné du roi Carol II de Roumanie…

Le futur roi Carol II, encore prince héritier de Roumanie est tombé amoureux de Jeanne Lambrino, dite Zizi. Ensemble, ils se marieront en Ukraine, en 1918. L’union entre le prince héritier et Zizi Lambrino n’a jamais été approuvée par son père, le roi Ferdinand 1e. Le parlement roumain fait également dissoudre le mariage en 1919. Entretemps, Zizi était déjà enceinte et elle accoucha en 1920 de Mircea Grigore “Carol” Lambrino. Finalement, le prince héritier accepte son sort et se sépare de Zizi, qu’il envoie vivre en France avec sa progéniture, promettant un arrangement financier. Le prince héritier finira par épouser Hélène de Grèce, une femme de son rang choisie par son père, dont il divorcera une fois qu’ils auront eu un enfant unique, le futur roi Michel 1e. Carol II, qui connut une vie sentimentale compliquée, se remariera en exil au Portugal à Elena Lupescu, en 1940.

Mircea Grigore “Carol” Lambrino, dit le prince Carol de Roumanie, premier enfant de Carol II et de Zizi Lambrino (Photo : WikiCommons

Lire aussi : Le duc d’Anjou et sa famille contraints de rendre le Palazo de Meirás hérité de Franco

Quant à Carol Lambrino, demi-frère du roi Michel 1e, il n’a jamais accepté les règles dynastiques qui lui interdisaient toute prétention au trône. Après de multiples recours devant la justice, son fils Paul a finalement obtenu diverses reconnaissances. En France et au Portugal, ainsi qu’au Royaume-Uni, où il obtient les mentions « Prince de Hohenzollern, Prince de Roumanie » sur son passeport, il est reconnu comme un descendant à part égale de Carol II que l’actuelle famille royale légitime, à savoir la princesse Margareta, ses sœurs et leurs propres descendants. Si la justice a bien reconnu le droit de filiation des Lambrino, c’est évidemment la reconnaissance la plus symbolique qui l’intéresse, celle de la reconnaissance dynastique. Paul de Roumanie conteste la légitimité de Margareta, tout comme son père Carol, contestait déjà le règne de Michel 1e.

Lire aussi : La France restitue la couronne de la reine Ranavalona III : retour triomphal à Madagascar

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr