Condamné pour avoir insulté le roi du Cambodge, un politicien appelle au coup d’État pour renverser la monarchie

Tentative de coup d’État et insultes au roi du Cambodge, le politicien Sam Rainsy, ancien ministre et actuel député à l’Assemblée risque gros. Il vient d’être condamné pour insultes au roi Norodom Sihamoni. Mais il lui en faudra plus pour arrêter d’exprimer sa pensée concernant le monarque et le régime monarchique. Sam Rainsy, qui vit en France, a promis de revenir au Cambodge au mois de novembre pour « libérer le roi de l’emprise de Hun Sen (Premier ministre) ».

La justice a tranché ce vendredi. Le tribunal municipal de Phnom Penh a accusé l’ancien dirigeant du CNRP (Parti du sauvetage national du Cambodge), Sam Rainsy, d’avoir insulté le monarque, le 12 septembre dernier. Le tribunal a ordonné sa mise en détention provisoire. Cette décision a été prise suite à l’ordre du ministère de la Justice qui fait suite à l’annonce du Palais royal.

Sam Rainsy insulte le roi du Cambodge et est condamné

« Notre roi est l’otage du Premier ministre Hun Sen. Notre roi a peur de Hun Sen car il veut conserver ce trône. Nous ne pouvons rien attendre du roi qui est la marionnette de Hun Sen », avait déclaré Sam Rainsy à Radio Free Asia, le 12 septembre dernier. Depuis des années Sam Rainsy profère des insultes à l’encontre du roi et le considère comme un roi fantoche. Cette fois-ci, ses propos ont été punis par la justice. L’homme, qui vit en exile en France, fait l’objet d’un mandat d’arrêt international.

« Les paroles de Sam Rainsy ont de graves répercussions sur la réputation de Sa Majesté le roi du Cambodge, qui est hautement respecté par tout le peuple khmer », indique le communiqué du tribunal de Phnom Penh. « Les insultes graves contre Sa Majesté le roi constituent une violation de la Constitution du Royaume du Cambodge. Elles sont considérées comme des infractions pénales et passibles de sanctions en vertu de l’article 437 du code pénal », ajoute le texte. Le général Neth Savoeun, chef de la police nationale, a publié aujourd’hui une déclaration dans laquelle il déclarait que la police nationale était prête à coopérer avec toutes les autorités compétentes pour arrêter M. Rainsy conformément à la loi en vigueur relative à la protection du roi et de la nation.

Le politicien a appelé au coup d’État sur Facebook et promet de rentrer au pays pour destituer le roi

Entretemps, Sam Rainsy n’a pas l’air inquiété par les décisions de justice qui s’abattent sur lui. Sur sa page Facebook, il est allé encore plus loin dans ses propos, qui ressemblent à ceux prononcés dans la volonté de déclencher un coup d’État. « Si le roi actuel [Norodom Sihamoni] ne peut pas aider à alléger les souffrances du peuple cambodgien sous la dictature actuelle, il devrait abdiquer le trône afin de ne plus endosser le régime destructeur de Hun Sen. Par conséquent, quoi que notre roi fantoche fasse, il ne le fait que sous les ordres de Hun Sen. Nous devons venir libérer le roi de l’emprise de Hun Sen ». Sam Rainsy promet ensuite de revenir au Cambodge, le 9 novembre prochain pour rétablir la démocratie et les droits de l’homme.

Suite à ces propos considérés comme un appel au renversement du régime, Kim Santepheap, secrétaire d’État et porte-parole du ministère de la Justice, a déclaré : « Les actions de Sam Rainsy et de ses collègues conduisent à un complot visant à renverser le régime monarchique actuelle et à renverser le gouvernement légitime. C’est en réalité, une tentative de mettre en scène un coup d’État ». Il a indiqué que de telles activités étaient contraires à la Constitution et aux lois du royaume, ajoutant qu’il s’agissait de crimes graves pouvant entraîner une peine de prison à perpétuité conformément au Code pénal. « Toutes les institutions, y compris les procureurs, ont pour rôle d’appliquer strictement la loi afin d’éliminer tout complot et toute organisation ayant illégalement soutenu cette action », a déclaré M. Santepheap.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr