La famille royale de Savoie

En 1861, à la fin du Risorgimento, les différents territoires italiens se réunissent, ils forment une Italie unifiée. C’est la famille régnant sur la Sardaigne qui devient la famille royale du nouveau royaume d’Italie.

Il s’agit de la famille royale de Savoie. Aujourd’hui, ce sont les descendants des rois d’Italie, appartenant à la famille de Savoie, qui se présentent comme les prétendants au trône. L’actuel chef de famille de la maison royale de Savoie est le prince Victor-Emmanuel.

Toutefois une querelle dynastique existe entre la maison de Savoie et la maison de Savoie-Aoste. Ils se disputent la légitimité de la prétention au trône.

Le prince Victor-Emmanuel, son épouse Marina, leur fils héritier Emmanuel-Philibert et son épouse, Clotilde :

Autres anciennes monarchies italiennes avant l’instauration du royaume d’Italie

 

Avant l’unification de l’Italie en 1861, le pays était morcelé en différents territoires, qui ont évolué au fil de siècles. Plusieurs monarchies notables ont existé :

  • Royaume de Naples : Le prétendant au trône est Joachim Murat. Ce royaume a lui-même été intégré au royaume des Deux-Siciles en 1816.
  • Duché de Parme : Le prétendant au trône est Charles de Bourbon-Parme (Charles V).
  • Duché de Modène : Le prétendant au trône est l’archiduc Lorenz d’Autriche-Este, prince de Belgique.
  • Royaume des Deux-Siciles : Deux prétendants se disputent le trône, il s’agit de Pierre de Bourbon-Siciles et Charles de Bourbon-Siciles.
  • Grand-duché de Toscane et Lucques : Le prétendant est l’archiduc Sigismond de Habsbourg-Toscane.
  • Royaume de Sardaigne : Le roi de Sardaigne, a participé à l’unification de l’Italie et est devenu le premier roi d’Italie. Les prétendants au trône de Sardaigne sont donc les prétendants au trône d’Italie, à savoir Amédée de Savoie-Aoste et Victor-Emmanuel de Savoie.

La famille de Savoie prétendante au trône d’Italie

Né en 1937 à Naples, le prince Victor-Emmanuel de Savoie est né sous le règne de son grand-père, le roi Victor-Emmanuel III. En 1946, Victor-Emmanuel III abdique en faveur de son fils, Humbert II, père du prince Victor-Emmanuel. Humbert II ne reste roi qu’un mois. Le 13 juin 1946, la monarchie est abolie en Italie, toute la famille est contrainte à l’exil. L’ancien roi Victor-Emmanuel III meurt peu de temps après. Depuis lors, tous les membres de la Maison de Savoie sont interdits de se rendre en Italie. Cette interdiction a pris fin en 2002. Humbert II n’a jamais abdiqué. Il est mort en 1983, en exil, à Genève. Son fils, Victor-Emmanuel est devenu à cette date héritier du trône d’Italie.

En 1971, le prince Victor-Emmanuel a épousé Marina Ricolfi-Doria, une skieuse italienne, sans demander le consentement royal à son père. Ensemble, ils auront un fils, né en 1976, le prince Emmanuel-Philibert. C’est son mariage avec Marina Ricolfi-Doria qui est à l’origine de la querelle dynastique avec son cousin Amédée de Savoie-Aoste. Ce dernier invalide ses prétentions au trône à cause de son mariage sans consentement royal. Néanmoins, les partisans de Victor-Emmanuel mettent en avant le fait que malgré le manque de consentement, pour déshériter un membre de la famille de ses droits, il faut également que celui-ci renonce à ses droits, ce qui n’a jamais eu lieu. De plus, il n’a jamais été exclu de la Maison de Savoie par le chef de famille.

Depuis des décennies, le prince Victor-Emmanuel fait l’objet de plusieurs controverses juridiques. Il a notamment été arrêté pour « association de malfaiteurs ». Son fils, le prince Emmanuel-Philibert est son héritier. Celui-ci est marié depuis 2006 à l’actrice française Clotilde Courau et sont les parents de deux filles. Le prince Emmanuel-Philibert participe à de nombreuses émissions de téléréalité en France et en Italie et porte le titre de prince de Venise. Depuis le mariage de Humbert II avec Marie-José de Belgique, fille du roi Albert 1e de Belgique, les descendants de ceux-ci sont également descendants du roi Léopold 1e et apparentés à la famille royale belge.

En décembre 2019, le prince Victor-Emmanuel abolit la loi salique dans l’ordre de succession à la tête de la famille de Savoie. Cette décision a pour conséquence d’accepter que les deux filles du prince Emmanuel-Philibert puissent entrer dans l’ordre de succession. Ainsi, sa fille ainée, la princesse Vittoria, est appelée un jour à devenir prétendante au trône d’Italie.

La querelle de la succession au trône d’Italie : Les Savoie s’opposent aux Savoie-Aoste

Le prince Amédée de Savoie-Aoste (Amedeo di Savoia-Aosta), duc d’Aoste, prince de Cisterna et de Belriguardo, marquis de Voghera et comte de Ponderano est né en 1943. Depuis juillet 2006, Amédée se proclame chef de la Maison de Savoie. Il reproche un certain nombre de choses à celui qui est majoritairement considéré comme le prétendant au trône d’Italie, son cousin Victor-Emmanuel. Ses reproches s’accumulent depuis plusieurs décennies. Selon Amédée, le mariage de Victor-Emmanuel, en 1971, avec une skieuse, Marina Doria, l’aurait déchu de tous ses droits dynastiques. En effet, ce mariage a eu lieu sans le consentement royal du dernier roi d’Italie, Humbert II, père de Victor-Emmanuel. Comme dans la plupart des familles royales, un mariage sans consentement prive la personne de ses droits dynastiques. Cependant, Amédée n’a pas souhaité faire connaitre ses propres prétentions au trône avant 2006. Amédée attendait d’abord que la fin de l’exil de la Maison de Savoie soit prononcée en Italie, avant de se lancer dans une guerre de famille. C’est en 2006, alors que la popularité de Victor-Emmanuel est plus bas, arrêté et détenu pour « association de malfaiteurs » qu’Amédée rend public son désir d’occuper la place de chef de la Maison de Savoie.

Amédée de Savoie-Aoste est également prétendant au trône de Croatie. Son père, le prince Aymon était également roi de Croatie, sous le nom de règne de Tomislav II. Le prince Aymon était un cousin du roi Victor-Emmanuel III, père du roi Humbert II. Le prince Amédée est également l’arrière-petit-fils du roi Amédée 1e d’Espagne et du roi Constantin 1e de Grèce. En 1964, Amédée épouse Claude d’Orléans. Ensemble, ils ont deux filles et un garçon, le prince Aymone, qui est son héritier et porte actuellement le titre de courtoisie de duc des Pouilles. Amédée et Claude d’Orléans divorcent en 1982. En 1987, Amédée se remarie à Silvia Paternò di Spedalotto. Amédée est également le père de deux enfants illégitimes reconnus. Il est le père de Pietro Incisa della Rochetta, né en 1967 durant son premier mariage. Il est également le père de Ginevra Maria Gabriella di Savoia-Aosta, atteinte de trisomie 21, qu’il a accepté de reconnaitre à sa naissance.

En 2010, un tribunal italien condamne Amédée et son fils héritier pour avoir fait usage du nom « di Savoia » sans ajouter le deuxième nom « Aosta », qui prouve sa descendance d’une branche cadette de la maison royale. Le tribunal les a aussi condamnés pour avoir fait usage des armoiries et du blason de la Maison de Savoie ainsi que ceux du prince de Piémont.