Le discours du roi des Belges devant les représentants des 187 pays qui participent à la Conférence internationale du travail de l’OIT

Il y a 100 ans, était fondée à Genève l’Organisation internationale du travail. Parmi les 42 membres fondateurs, la Belgique était présente, et le pays n’a cessé de jouer un rôle majeur au sein de cette organisation. Aujourd’hui 187 pays sont membres de l’organisation, qui regroupe les représentants des gouvernements et des syndicats des différents pays membres. À l’occasion du centenaire de l’OIT, une conférence a été organisée, à laquelle le roi Philippe a participé et durant laquelle, il a prononcé un long discours.

https://www.facebook.com/BeMonarchie/photos/pb.1586031578327143.-2207520000.1561103754./2355895831340710/?type=3&theater
Le roi Philippe a prononcé un long discours devant les représentants des 187 membres de l’Organisation internationale du travail

Une Conférence internationale est organisée pour le centenaire de l’OIT

La Conférence internationale du travail a été organisée en marge de la célébration des 100 ans de l’Organisation internationale du travail. Dans son discours devant les différents représentants du travail des 187 États membres, le roi des Belges a tout d’abord commencé par contextualiser la Belgique au sein de cette Organisation dont elle l’un des pays fondateurs. Ensuite, il a expliqué quel était la situation actuelle du secteur du travail dans son pays : « Il y a exactement 75 ans, lorsque la Belgique a introduit le dialogue social et le tripartisme, elle s’est inspirée des valeurs et des conventions de l’OIT. Jusqu’à ce jour, le dialogue social tripartite occupe une place centrale dans l’organisation du travail dans mon pays. (…) L’accès et la création d’emplois décents restent au centre de notre politique d’emploi, comme l’illustre l’accord interprofessionnel pour 2019-2020, qui forme la base pour les accords collectifs sectoriels qui déterminent les conditions de travail de 96% des travailleurs et employés belges. ».

Le roi des Belges a présenté l’état du secteur de l’emploi en Belgique

Le roi Philippe s’est également félicité de la pérennité de l’OIT malgré les bouleversements financiers et les différents régimes économiques qui ont bouleversé le monde au fil des décennies : « Je voudrais ici rendre hommage aux efforts soutenus tout au long de ce siècle d’existence et aux progrès réalisés de par le monde grâce à l’action de l’OIT. L’Organisation est parvenue à s’adapter aux multiples événements qui ont émaillé ce centenaire. Elle a survécu à l’abolition de la Société des Nations, à la seconde Guerre Mondiale, à la guerre froide, à la chute du communisme et à la mondialisation. Grâce à sa fonction normative, elle a permis de développer les droits des travailleurs et d’améliorer leurs conditions de travail. » 

Le roi Philippe évoque l’évolution des emplois avec la digitalisation

Quant à l’avenir de la Belgique en matière d’emploi, le roi sait que la digitalisation promet une totale refonte du marché de l’emploi. Si dans un premier temps ce bouleversement peut sembler négatif, il peut aussi être vecteur d’opportunité, pour peu que cette adaptation soit réalisée avec intelligence et que l’on y soit préparé : « La digitalisation va supprimer des emplois mais aussi en créer de nouveaux. Une étude effectuée récemment en Belgique a calculé que pour un emploi perdu à cause de la digitalisation 3,7 nouveaux emplois seront créés. Le contenu-même de beaucoup d’emplois existants va changer. La grande majorité des travailleurs devra se reformer, un nombre important devra totalement se recycler. Il y a là une grande responsabilité pour les autorités, les employeurs et les syndicats. Les employeurs doivent s’engager à offrir la possibilité à leurs employés de mettre à jour leurs compétences. Les travailleurs qui exercent un métier en déclin, doivent recevoir à temps le soutien nécessaire pour se reconvertir. »

Lire ici tout le discours du roi.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr