Le prince Harry attaque la presse en justice pour défendre Meghan : « J’ai perdu ma mère et je vois maintenant ma femme devenir la proie des mêmes forces »

Le groupe britannique Associated Newspapers, qui détient de très gros journaux papiers et en ligne comme le DailyMail ou Mail on Sunday, vient de recevoir une mise en demeure du prince Harry en personne. Le duc de Sussex, qui n’a jamais répondu aux attaques de la presse, a décidé d’attaquer en justice le Mail on Sunday et le groupe mère pour « mauvaise utilisation d’informations personnelles », « violation du droit d’auteur et de lois sur la protection des données ». Le prince Harry espère obtenir justice, en vue de non respect du Data Protection Act de 2018, concernant la divulgation d’une lettre manuscrite que le Mail on Sunday avait publiée sans son accord.

Le prince Harry protège son épouse des paparazzis et des tabloïds

Le prince Harry, très protecteur de sa femme, a envoyé une longue lettre aux médias, pour justifier sa décision. « Ma plus grande peur est que l’histoire se répète. J’ai vu ce qu’il se passe lorsque quelqu’un que j’aime est devient une marchandise au point de ne plus être traité ou perçu comme une personne réelle. J’ai perdu ma mère et je vois maintenant ma femme devenir la proie des mêmes forces. » Il est vrai que la duchesse de Sussex est la cible préférée de certains tabloïds qui colportent des informations fausses ou manipulées, uniquement dans le but d’attirer les clics ou d’augmenter les ventes. Puisque la famille royale britannique peut rarement s’exprimer librement en public, il n’est pas évident pour eux de répondre aux différentes informations les concernant. Grâce à cette action en justice, le prince Harry souhaite prouver qu’il n’est pas possible d’agir impunément. Pour obtenir gain de cause, le cabinet d’avocats Shillings engagé par les Sussex, porte plainte pour une lettre manuscrite écrite par Meghan Markle, qui avait été publiée en février dernier. Il s’agissait d’une lettre privée qu’elle avait écrite à son père et que le journal avait réussi à se procurer.

« En tant que couple, nous croyons en la liberté des médias et à un reportage objectif et fidèle. Nous y voyons une pierre angulaire de la démocratie et nous n’avons jamais eu autant besoin d’un média responsable que dans l’état actuel du monde – dans tous les domaines », rassure le prince Harry dans sa lettre. « Malheureusement, mon épouse est l’une des plus récentes victimes d’un tabloïd britannique qui fait campagne contre des personnes sans penser aux conséquences – une campagne imprudente qui s’est intensifiée au cours de l’année écoulée, au cours de sa grossesse et lors de l’élevage de notre fils nouveau-né. Cette propagande implacable a un coût humain, en particulier lorsqu’elle est intentionnellement fausse et de mauvaise foi. Je ne saurais dire à quel point cela a été douloureux. »

« À l’ère numérique, le tissu de presse est réutilisé comme une vérité dans le monde entier. Le reportage d’un jour n’est plus le déchet de papier de demain. Il arrive un moment où la seule chose que vous puissiez faire est de lutter contre de tels comportements, car ils détruisent des personnes et des vies. En termes simples, c’est l’intimidation qui effraie et réduit au silence les gens. Nous savons tous que cela est inacceptable à tous les niveaux. C’est un jeu pour ces médias en particulier, un jeu auquel nous avons refusé de jouer depuis le début. J’ai été témoin silencieux de ses souffrances privées pendant trop longtemps. Prendre du recul et ne rien faire serait en contradiction avec tout ce en quoi nous croyons ».

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr