Les rois de Suède également Grands Maîtres francs-maçons

Il n’est un secret pour personne que la franc-maçonnerie, depuis son expansion en Europe, au 18e siècle, a réuni en ses rangs de nombreux aristocrates, gentilshommes et membres des familles royales. En Suède, la famille royale et même plusieurs rois, sont fortement liés à la franc-maçonnerie, de son installation dans le pays à sa protection. De 1774 à 1973, de nombreux rois de Suède ont assuré la fonction de Grand Maître de la Grande Loge de Suède ou de protecteur de l’ordre des Francs-Maçons de Suède. L’actuel roi de Suède est le premier roi de Suède à ne pas être Grand Maître, ayant laissé cette place à son frère.

Les origines de la franc-maçonnerie en Suède

C’est le comte Axel Wrede-Sparre qui ramena la franc-maçonnerie en Suède. Comme ce fut le cas dans bon nombre de pays européens, la franc-maçonnerie se répandra un peu partout sur le continent, depuis la France. C’est à Paris, en 1731, que le comte Axel Wrede-Sparre avait été initié. En quelques années, c’est entouré d’autres membres de la noblesse suédoise, comme le baron Sack ou le comte Knut Carlsson Posse que plusieurs loges virent le jour et qu’une Loge Mère fut fondée en Suède. Finalement, la Grande Loge de Suède fut fondée officiellement en 1761 et le baron Carl Frederik Scheffer en fut le premier Grand Maître.

Depuis 1770, la Grande Loge de Suède est reconnue par la Grande Loge unie d’Angleterre. En Suède, la formation de l’obédience a néanmoins engendré la création d’un système de grades qui lui est propre et une adaptation des rituels. De ce fait, un rite spécifique fut créé. Il s’agit du rite suédois, le rite toujours en vigueur dans les pays scandinaves, est chrétien, plus chevaleresque que dans les autres pays et d’inspiration templière.

Le roi Charles XIII, Grand Maître de la Grande Loge de Suède (Crédits : WikiCommons)

Quand la franc-maçonnerie suédoise devient un ordre de chevalerie civil

Après les grades habituels d’apprenti, compagnon et maître, viennent les 3 grades écossais, puis les 4 grades du chapitre. Une fois le 10e grade atteint, il existe encore 2 grades administratifs, les 11e et 12e grades. Les membres du douzième grade sont reçus chevaliers commandeurs de la Croix Rouge. La particularité est qu’une fois ce grade atteint, il est possible d’être reçu dans l’ordre royal de Charles XIII.

L’ordre royal de Charles XIII est un ordre qui appartient à la maison royale de Suède et qui est toujours aujourd’hui conféré par le souverain. Le roi reçoit alors dans cet ordre, certains membres ayant atteint le 12e grade. L’ordre royal de Charles XIII n’accepte que 33 membres à la fois.

Le roi Charles XV en habits de chevalier commandeur de la Croix Rouge. Il venait d’être reçu dans l’ordre royal de Charles XIII. (Crédits : WikiCommons)

Les rois de Suède Grands Maîtres de la Grande Loge de Suède

En 1774, la jeune Grande Loge de Suède eut pour Grand Maître le prince Charles de Suède, duc de Södermanland (anciennement francisé en Sudermanie). Il était le deuxième fils du roi Adolphe-Frédéric et le frère cadet du roi Gustave III. Son père était déjà protecteur de la Grande Loge, comme le furent tous les rois après lui. Quand le prince Charles eut de plus en plus de fonctions politiques, notamment durant le règne de son frère, c’est leur troisième frère, le prince Frédéric-Adolphe, puis le prince Karl Gustav qui occupèrent le rôle de Grands Maîtres. Finalement, le prince Charles reprit la place de Grand Maître en 1805. En 1809, suite à un coup d’État et une révolution, le prince Charles est appelé sur le trône, à la place de son neveu. Le prince Charles, duc de Södermanland, devient alors Charles XIII et reste Grand Maître pendant un temps, avant d’accepter le rôle de protecteur et de laisser la place du Grand Maître à celui qui avait été élu comme son héritier, Jean-Baptiste Bernadotte, devenu le prince héritier Charles-Jean, futur roi Charles XIV Jean.

Par la suite, à partir d’Oscar 1e, fils de Charles XIV Jean, jusqu’à Gustave VI Adolphe, tous les rois occupèrent le rôle de Grand Maître, à savoir Oscar 1e de 1844 à 1859, Charles XV de 1859 à 1872, Oscar II de 1872 à 1907, Gustave V de 1907 à 1950 et Gustave VI Adolphe de 1950 à 1973. Notons aussi que les rois de Suède étaient également Grands Maîtres sur le territoire norvégien, suite à l’union entre ses deux pays. En 1891, alors que les deux pays étaient encore unifiés, fut fondée la Grande Loge norvégienne. Malgré la scission des deux obédiences, le roi Oscar II resta Grande Maître en Suède et en Norvège pendant quelques années. Finalement, quelques temps avant la séparation du royaume de Suède et du royaume de Norvège, la Grande Loge norvégienne changea de Grand Maître et jamais aucun autre membre de la famille royale suédoise ou norvégienne ne fut Grand Maître en Norvège.

Tableau représentant Oscar II en chevalier commandeur de la Croix Rouge, faisant parti de l’orde royal de Charles XIII (Crédits : Domaine public)

À la mort de Gustave VI Adolphe, c’est son troisième fis, le prince Bertil qui est devenu Grand Maître. Le prince Bertil était le frère de l’actuel roi Carl XVI Gustaf. Bien qu’il se peut que le roi actuel, Carl  XVI Gustaf ait été initié et ait pu pratiquer la franc-maçonnerie, il est le premier roi en deux siècles à couper la tradition des rois Grands Maîtres. Néanmoins, Carl XVI Gustaf est officiellement toujours protecteur de la franc-maçonnerie en Suède. Son frère, le prince Bertil resta Grand Maitre de la Grande Loge de Suède jusqu’à sa mort en 1997. Le prince Bertil vivait avec sa conjointe, Lilian Davies sans être mariés. Cet homme de devoir, qui a fait passer la dynastie avant son intérêt personnel n’a jamais eu d’enfant. À sa mort, le titre de Grand Maître a définitivement quitté le giron de la famille royale de Suède. Gustaf Piehl lui succéda. L’actuel Grand Maître est Christer Persson.

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.

No Comments Yet

Leave a Reply