Le sultan du Brunei exige la lapidation à mort pour les homosexuels

Le Brunei raffermit encore ses peines pour un certains nombres de « crimes ». Par exemple, les voleurs et les personnes responsables d’adultère pourront avoir leur membres coupés mais aussi, les homosexuels pourront être lapidés à mort. Ces nouvelles lois seront en vigueur dès le 3 avril dans ce sultanat au milieu de l’archipel malaisien. Le pays qui suit les lois islamiques est dirigé de main de fer par le sultan Hassanal Bolkiah qui est aussi le Premier ministre du pays, le ministre de la Défense et le ministre des Finances.

Embed from Getty Images

Hassanal Bolkiah instaure la loi islamique au Brunei

Le sultan Hassanal Bolkiah est le 29e sultan du Bruneï et règne en tant monarque absolu depuis l’indépendance du Royaume-Uni en 1984. Ce pays est l’un des rares appartenant au Commonwealth tout en ayant son propre monarque. Il est monté sur le trône après l’abdication de son père et la reine Elizabeth II l’a fait chevalier. Depuis son indépendance totale, le pays se durcit en appliquant des lois religieuses de plus en plus répressives, suivant les lois criminelles islamiques depuis 2014. « La décision de mettre en application le Code pénal n’est pas pour s’amuser mais pour obéir aux commandements d’Allah inscrits dans le Coran », a commenté le sultan après la décision d’appliquer de nouvelles punitions qui feront leur entrée en vigueur le 3 avril 2019.

Hassanal Bolkiah requiert la lapidation entrainant la mort pour les homosexuels (Photo : Jeffrey Wong/Xinhua/Newscom/ABACAPRESS.COM)

Les homosexuels seront lapidés au Brunei

Bien entendu, au Brunei, les mariages homosexuels sont interdits, mais tous ceux qui sont soupçonnés d’être dans la communauté LGBT secrète du pays, sont condamnés à de longues peines de prison. Ces peines vont évoluer d’ici quelques jours et se transformer en lapidations. La lapidation entrainant la mort sera la peine encourue pour toute personne reconnue comme étant homosexuelle, et même les enfants peuvent être visés par cette loi. Les associations de défense des Droits de l’homme, comme Amnesty International déplorent cette nouvelle et implorent le sultan d’entendre raison.

Embed from Getty Images

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr