Alois de Liechtenstein contre l’obligation d’une parité au sein des instances politiques

Un référendum est prévu le 30 août 2020 au Liechtenstein. Les Liechtensteinois, habitués aux consultations populaires, devront ce jour-là se prononcer sur trois propositions. L’une d’elle porte le nom d’initiative HalbeHalbe. Un comité souhaite modifier la Constitution afin d’obliger la parité des sexes au sein des institutions politiques ou étatiques. Cette proposition, qui a déjà été rejetée par le parlement et passe donc par une consultation populaire, ne plait pas au prince héréditaire Alois, régent de la Principauté, qui s’est exprimé à ce sujet dans les colonnes de Vaterland.

Le prince héréditaire Alois de Liechtenstein votera non au référendum sur la modification de la constitution pour demander la parité des sexes au sein des institutions politiques (Photo : WikiCommons)

L’initiative HalbeHalbe a déjà échoué au parlement et au gouvernement

Le comité d’initiative du projet HalbeHalbe, mené par Corina Vogt-Beck, a recueilli les 1500 signatures nécessaires pour que son projet soit étudié par le gouvernement et le parlement. Le parlement (Landtag) s’est déjà prononcé à ce sujet avec 17 voix contre, sur 25. Le parti VU (Union patriotique) en coalition avec le FBP (Parti progressiste) qui forment la majorité au gouvernement s’étaient eux aussi montrés contre l’initiative. Malgré tout, le système politique permet aux citoyens de s’exprimer, à travers le référendum.

L’initiative HalbeHalbe a pour but de faire modifier la Constitution, précisément l’article 31, paragraphe 2 qui dit que « les hommes et les femmes ont des droits égaux ». Le but est d’y ajouter cette phrase supplémentaire : « L’équilibre de représentation des femmes et des hommes dans les instances politiques est encouragée ».

« La proposition de solution du comité d’initiative n’est pas seulement inutile, elle comporte également des risques », avait déclaré le Premier ministre Adrian Hasler. Mais le comité d’initiative veut continuer à se battre pour l’idée et a également lancé une campagne cet été pour convaincre une majorité d’ici le 30 août. Le prince héréditaire Alois, régent du pays depuis 2004, a clairement fait connaitre la nature de son vote, interrogé par Vaterland.

La parité dans les institutions ne devrait pas être inscrite dans la constitution pour Alois de Liechtenstein

Selon le prince héréditaire Alois, l’initiative HalbeHalbe n’est pas la plus appropriée pour assurer un meilleur équilibre entre les sexes en politique. « À mon avis, cet objectif ne peut être atteint que par des mesures concrètes et non par une disposition constitutionnelle abstraite », a déclaré le Prince héréditaire. Il recommande donc que « l’énergie politique soit investie dans un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée et dans des programmes de sensibilisation comme avant les élections municipales. ».

Le référendum du 30 août porte sur trois questions différentes. Il y a deux questions constitutionnelles, la première est la parité au sein des institutions politiques, menée par l’initiative HalbeHalbe, la deuxième est l’autorisation de la double nationalité. La question principale est une question d’approbation de budget, qui permettrait la construction d’une ligne de chemin de fer. Concernant l’égalité homme-femme, il s’agit d’une question épineuse qui revient souvent au Liechtenstein, seul pays du continent européen avec le Vatican, à ne pas permettre aux femmes de devenir chef d’État. Le prince héréditaire Alois est formellement contre l’abolition de la loi salique, comme il l’a déjà fait savoir en interview.

Sources : Vaterland, Vaterland et Vaterland

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr