Discours de Victoria de Suède à la conférence sur les changements durables pour le climat en 2030

La princesse héritière Victoria a assisté et participé à la conférence Agenda 2030 – Changement durable sur base scientifique, depuis chez elle, au château de Haga. C’est par vidéoconférence, que la fille aînée du roi de Suède a prononcé son discours d’inauguration du forum scientifique.

Lire aussi : Victoria et Daniel de Suède assistent à un cours d’histoire à distance en période confinement

Le princesse héritière Victoria ouvre le forum scientifique sur les changements durables pour le climat en 2030

« Mesdames et messieurs,
Merci de m’avoir donné l’opportunité de vous rejoindre aujourd’hui. Le sujet de cette conférence semble à la fois actuel et urgent, je suis donc heureuse que nous puissions nous réunir de cette manière.

Récemment, j’ai lu un article fascinant sur la façon dont les chercheurs de vaccins de différents pays collaborent pratiquement actuellement, pendant la pandémie de Covid-19.

Les frontières ont peut-être été fermées. Mais le savoir, il voyage vite à travers le monde. Et il est généreusement partagé.
Un chercheur suédois a déclaré dans l’article: « Pour nous, il s’agit généralement d’être le premier, d’avoirs des résultats et de pouvoir les publier dans des revues spécialisées. Mais maintenant, nous avons changé. Nous avons un problème et il doit être résolu. “

Juste cela : nous avons un problème – qui doit être résolu.

On dit que la détresse est la mère des inventions. Ça suffit. Mais le besoin est également un moteur extrêmement puissant de coopération.

Nous l’avons vu historiquement, nous le voyons lors de la crise du coronavirus – et nous le voyons également dans le travail sur les objectifs mondiaux.

Discours de la princesse héritière Victoria sur la recherche d’ici 2030 (Photo : capture Facebook)

2030 n’est plus qu’à dix ans d’ici et, oui, nous pouvons malheureusement dire que nous sommes maintenant dans ce qui est, ou sera bientôt, une urgence pour la planète.

Comme beaucoup d’autres dans notre pays, j’ai eu le privilège de grandir au bord de la mer. Et cela a probablement aidé à me construire un engagement fort pour les questions maritimes.

C’est pourquoi j’ai ressenti un grand avantage à faire partie de l’initiative SeaBOS – Seafood Business for Ocean Stewardship.

Il s’agit des dix plus grandes sociétés de pêche et de fruits de mer du monde, qui ont collaboré avec des chercheurs du Stockholm Resilience Center pour créer une industrie de la pêche plus durable. Par exemple, grâce à de meilleures méthodes de capture et à une utilisation réduite d’antibiotiques en pisciculture.

Et je veux vraiment souligner combien les chercheurs ont été importants pour permettre cette collaboration. Ils ne sont pas une “fonctionnalité supplémentaire”. Ils jouent un rôle crucial.

Parce que si ces entreprises vont faire les énormes investissements nécessaires pour changer leur production – eh bien, elles veulent aussi avoir une base solide et scientifique pour prendre leurs décisions. Il faut ensuite des chercheurs indépendants, qui ne représentent aucun intérêt particulier, et en qui chacun peut avoir confiance.

Je pense que SeaBOS est un très bel exemple du rôle important de la science, en tant que soutien aux entreprises et à la prise de décision, et en tant que guide dans la transition dans laquelle nous devons tous être impliqués. Le basculement ne peut plus attendre.

Le chemin à parcourir est certainement long avant d’atteindre les objectifs mondiaux. Mais, tout comme avec le coronavirus, c’est un problème qui doit être résolu. Il n’y a tout simplement pas d’alternative.

Par conséquent, j’ai le ferme espoir que nous utiliserons ce temps jusqu’en 2030 : que nous en profiterons pour travailler ensemble et réfléchir ensemble, et laisser la recherche montrer la voie à suivre. »

Source : Kungahuset

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr