La dernière princesse irakienne est morte à 100 ans : Badyia avait échappé au massacre de la famille royale

Elle était la dernière princesse de la dynastie des rois du Hedjaz, la dernière princesse à avoir vu sa famille régner sur l’Irak, la dernière princesse survivante du massacre qui en 1958 vit sa famille se faire décimer et la monarchie se faire abolir. La princesse Badiya bint Ali ben Hussein s’est éteinte ce 9 mai 2020 à Londres. Elle avait atteint l’âge honorable de 100. Née à Damas en 1920, avec elle une page de l’histoire se tourne.

La princesse Badia bint Ali du Hedjaz, fille du dernier roi du Hedjaz et tante du dernier roi d’Irak est morte à 100 ans (Photo : Domaine public)

Notez qu’on indique parfois qu’elle serait née en juin 1920 et aurait donc 99 ans et 11 mois.

La dernière princesse du Hedjaz est morte centenaire

La princesse Badiya (Bad’ia, Badia ou Badeea) est la fille du roi Ali du Hedjaz. Le roi Ali était lui-même le fils du premier roi du Hedjaz, le roi Hussein, de la famille hachémite. Hussein était chérif de La Mecque avant que le territoires soient regroupés en un seul royaume, le royaume du Hedjaz, qui comprend un territoire légèrement plus large que la région actuelle du Hedjaz en Arabie saoudite. À la mort d’Hussein, c’est son fils aîné, Ali, père de la princesse Badiya qui hérite du royaume du Hedjaz, alors que d’autres fils deviennent roi d’autres territoires. Abdallah, devient roi de Jordanie et Fayçal devient roi de Syrie puis roi d’Irak. En 1926, le royaume du Hedjaz fut contrôlé par le royaume du Nejd, dirigé par la famille al-Saoud, avant d’être incorporé dans l’Arabie saoudite. La famille royale hachémite descendante des rois du Hedjaz se divisa dans les deux branches régnantes, à savoir la Jordanie et l’Irak.

La princesse Badyia, le jour de son mariage

La princesse Badyia était la sœur de la reine Alia et la tante du dernier roi Fayçal II

La princesse Badiya fut donc la nièce du premier roi de Jordanie et la nièce du premier roi d’Irak. C’est à la cour irakienne qu’a grandi la princesse. Elle a épousé Shérif Hussein ben Ali et ensemble, ils ont eu un fils, Shérif Ali ben Al-Hussein. Sur le trône irakien se se succède les cousins de la princesse Badiya. À la mort de son oncle, c’est son cousin Ghazi qui monte sur le trône irakien en 1933. Par ailleurs, la sœur aîné de Badiya, la princesse Aliya épousa son cousin germain, Ghazi, et devint reine d’Irak. Ghazi et Aliya eurent un fils, Fayçal II qui monta à 3 ans sur le trône, Ghazi ayant été assassiné en 1939. Par conséquent, Fayçal est à la fois le petit-cousin de la princesse Badiya mais également son neveu, puisqu’il est le fils de sa sœur.

La princesse Badiya était la petite-cousine du dernier roi Fayçal II mais aussi sa tante par alliance, suite au mariage de sa sœur Alia

En échappant au massacre de la famille royale elle était la dernière princesse irakienne encore en vie

En 1958, un coup d’État mené par les nationalistes et dirigé par le général Kasem, renversa la monarchie, reprochant notamment à la famille royale hachémite d’être vassale des Britanniques. Le 14 juillet 1958, les révolutionnaires entrent dans le palais royal et s’en prennent à toute la famille, bien décidés à ne laisser aucun survivant. Le roi Fayçal II, le prince héritier Abdallah (frère de la princesse Badyia), et de nombreux membres de sa famille ne montrèrent aucun signe de résistance et furent assassinés contre un mur de la cour du palais royal. La dépouille du roi fut ensuite traînée dans la rue et pendue à la porte du bâtiment du ministère de la Défense avant d’être brûlée. Le jeune roi Fayçal, âgé de 23 ans, n’avait pas de descendance. Dans ce massacre, seuls quelques membres de la famille royale ont survécu. Ce fut notamment le cas de la princesse Badiya et de ses 3 fils, Mohammed, Abdallah et Sherif Ali ben Al-Hussein.

La princesse Badiya n’était pas au palais lorsque les révolutionnaires sont arrivés. Lorsqu’elle a appris la nouvelle, elle s’est encourue avec ses fils jusqu’à l’ambassade d’Arabie saoudite à Bagdad. Elle y a trouvé refuge et protection, le temps d’organiser un vol pour la faire partir vers Le Caire. Après avoir passé quelques temps en Égypte, elle s’installera en Suisse et enfin au Royaume-Uni. C’est en exil à Londres qu’elle morte ce samedi 9 mai 2020.

Ici, la princesse Badyia avec son fils Mohammed, en 2018 (Photo : IraqHistory)

Les prétentions monarchiste de son fils Sherif

Son fils, Sherif Ali ben Al-Hussein est le plus proche parent du dernier roi d’Irak et est à ce titre le prétendant au trône d’Irak, monarchie qu’il souhaite rétablir dans le pays. Par ailleurs, Sherif Ali ben Al-Hussein se présente également au poste de Premier ministre du pays. Selon certains monarchistes, sa prétention au trône n’est pas valide, n’étant pas dynaste. Il est apparenté au dernier roi par sa mère (qui était la tante du roi), la dernière constitution du royaume d’Irak ne lui aurait jamais permis d’apparaitre dans l’ordre de succession au trône, l’ordre de succession ne pouvant se poursuivre qu’à travers les branches masculines. Il n’a d’ailleurs aucun ancêtre ayant été roi d’Irak, sa mère étant la sœur de l’épouse du roi Ghazi. Il est par contre tout de même descendant du roi du Hedjaz, son grand-père étant Ali, dernier roi du Hedjaz.

Le fils de la princesse Badia annonce se présenter au poste de Premier ministre d’Irak :

Source : The National

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.