Le prétendant au trône d’Irak candidat au poste de Premier ministre

Le politicien Sherif Ali ben al-Hussein (aussi latinisé Chérif ou Sharif), 63 ans, actuel chef du parti politique Monarchie constitutionnelle irakienne, a annoncé qu’il était candidat au poste de Premier ministre dans son pays. Dans une vidéo qu’il a publiée sur sa chaine YouTube, et qu’il a envoyée à la presse, il explique les raisons pour lesquelles il serait un chef de gouvernement idéal. Sherif Ali ben Al-Hussein n’est pas seulement un monarchiste convaincu, il est également le prétendant au trône d’Irak, en tant que plus proche parent du dernier roi d’Irak, Fayçal II, exécuté en 1958.

Sharif Ali ben Al-Hussein futur Premier ministre d’Irak ?

Dans une vidéo postée sur YouTube, le chef de file du parti monarchiste irakien également prétendant au titre de roi d’Irak, a annoncé sa volonté de devenir Premier ministre du pays. Selon lui, sa candidature répond aux « demandes des manifestants et à leurs propositions de choisir un personnage non controversé pour le poste », comme le rapport le groupe de presse du Kurdistan irakien Rudaw.

« À la lumière des circonstances actuelles et des graves défis que traverse notre cher pays, de l’escalade qui a résulté des événements récents (…) et pour lesquels notre peuple paiera cher le prix, au vu des exigences légitimes des jeunes manifestants et en l’honneur des martyrs qui ont présenté Leurs offrandes de sang pur pour restaurer leur patrie perdue, leur dignité perdue (…), et les conditions spécifiques qu’ils ont stipulées pour la personnalité du prochain Premier ministre, (…), je mets mon nom dans vos mains un candidat au poste de Premier ministre ». Il a ajouté: « J’ai le grand honneur de m’engager auprès du peuple irakien et de tous les jeunes révolutionnaires à répondre aux exigences qu’ils imposent, et nous n’épargnerons aucun effort pour le mettre en œuvre et promener notre patrie vers la sécurité et la sauver du chaos »

Sherif Ali ben Al-Hussein est le plus proche parent du roi Fayçal II d’Irak

Le roi Fayçal II est monté sur le trône en avril 1939, à seulement un mois d’avoir ses 4 ans. Marié à la Française Geneviève Arnault, il est mort sans descendance à 23 ans, assassiné en 1958 par les révolutionnaires. Le roi Fayçal II, le prince héritier Abdallah (cousin du roi) et de nombreux membres de sa famille ne montrèrent aucun signe de résistance et furent assassinés contre un mur de la cour du palais royal. La dépouille du roi fut ensuite traînée dans la rue et pendue à la porte du bâtiment du ministère de la Défense avant d’être brûlée. Dans ce massacre, seuls quelques membres éloignés de la famille royale ont survécu. Ce fut notamment le cas de la princesse Badia (tante du roi) et de son fils, Sherif Ali ben Al-Hussein.

Le roi Fayçal II d’Irak a été assissiné en 1958, âgé de 23 ans, son cousin Sharif Ali ben Al-Hussein est candidat au poste de Premier ministre d’Irak (Crédits : WikiCommons)

La princesse Badia était la quatrième enfant du roi du Hedjaz, Ali ben Hussein. Le royaume du Hedjaz fut incorporé au royaume d’Arabie saoudite en 1925. La dynastie hachémite, actuelle famille régnante en Jordanie, régna sur ce territoire. Le roi Ali de Hedjaz était également le père de la princesse Aliya, qui épousa son cousin le roi Ghazi d’Irak. Par ce mariage, la princesse Aliya devint reine consort d’Irak. Devenue reine mère une fois veuve, Aliya était elle-même déjà morte lors de l’assassinat de la famille royale en 1958. Par contre, sa sœur, la princesse Badia, était encore en vie, ainsi que son neveu, le jeune Sherif Ali ben Al-Hussein, âgé de seulement 2 ans lors de l’assassinat. Celui qui se présente comme l’actuel prétendant au trône d’Irak, Sherif Ali ben Al-Hussein est donc le cousin du dernier roi et par conséquent le plus proche parent du dernier souverain. Oui, mais…

Sherif Ali ben Al-Hussein… ce prétendant non dynaste du royaume d’Irak

Le problème est qu’auprès des monarchistes irakiens, Sherif Ali ben Al-Hussein ne fait pas l’unanimité. Il est le seul héritier et politicien irakien à mener sa campagne dans le pays, ce qui légitime son mouvement, c’est vrai. Sherif Ali ben Al-Hussein est bien le plus proche parent généalogiquement parlant du dernier roi Fayçal II, en tant que cousin germain. Cependant, étant apparenté au dernier roi par sa mère (qui était la tante du roi), la dernière constitution du royaume d’Irak ne lui aurait jamais permis d’apparaitre dans l’ordre de succession au trône, l’ordre de succession ne pouvant se faire qu’à travers les branches masculines. C’est pourquoi, il n’aurait pas été dynaste. D’ailleurs, Sharif Ali ben Al-Hussein n’a dans ses ancêtres aucun roi d’Irak, étant apparenté à la famille royale d’Irak par le mariage de sa tante. Il est cependant descendant des rois du Hedjaz, son grand-père étant Ali, dernier roi du Hedjaz.

Selon la constitution de 1943, c’est le prince Ra’ad qui vit en exil, prince hachémite reconnu par le royaume de Jordanie qui serait le prétendant légitime aux trônes des royaumes d’Irak et de Syrie. En effet, le prince Ra’ad ben Zeid ben Hussein est le fils du prince Zeid, qui fut désigné comme hériter de la Couronne en 1958, directement après le massacre. Le prince Zeid était le plus proche parent dynaste du roi Fayçal II, en tant que frère du roi Fayçal 1e. Fayçal 1e était le père du roi Ghazi et donc le grand-père du roi Fayçal II. Le prince Zeid était donc le grand-oncle du roi Fayçal II. Le prince Zeid est mort en 1970, est c’est son fils, le prince Ra’ad qui lui succéda. Le prince Ra’ad est donc l’arrière-petit-cousin du dernier roi. Le prince Ra’ad, 83 ans, porte le prédicat d’Altesse royale, tout comme ses enfants. Sa famille est reconnue par la famille royale hachémite de Jordanie et son fils est diplomate, travaillant pour le royaume de Jordanie.

Source : Rudaw

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.