Le roi des Thembu a tenté de tuer son fils héritier à la hache et d’autres membres de la famille royale

Le très décrié roi des abaThembu, Buyelekhaya Dalindyebo, a été arrêté après avoir tenté de tuer son fils héritier et d’autres membres de la famille royale. Selon les premières informations, l’attaque aurait eu lieu au Grand Palais de Bumbane, près de la ville de Mthatha, dans la province du Cap-Oriental, aux petites heures du 13 mars 2020. Il s’agit de la dernière tentative du roi Buyelekhaya Dalindyebo de mettre fin à la querelle qui l’oppose à son fils, le prince Azenathi Zanelizwe Dalindyebo, qui agit en tant que roi. Azenathi assurait la régence pendant que son père purgeait une peine de prison depuis des années. Depuis que celui-ci est sorti de prison en décembre 2019, Azenathi ne se serait pas montré enclin à rendre le trône à son père.

Lire aussi : L’émir de Kano a été détrôné et contraint à l’exil : Aminu Ado Bayero lui succède

Le chef des Thembu était en liberté conditionnelle

Buyelekhaya Dalindyebo est le roi des abaThembu ou peuple Thembu. Ce territoire fut connu comme le royaume de Thembuland jusqu’en 1885, quand le royaume a rejoint la Colonie du Cap appartenant aux Britanniques. Nelson Mandela, ancien président d’Afrique du Sud, était originaire de cette tribu. Le roi Dalindyebo est souvent qualifié de « neveu de Nelson Mandela » par la presse, car il se considère comme son héritier. Néanmoins, il est en réalité un cousin éloigné. Le grand-père de Mandela était le frère d’un aïeul du roi. Le roi Dalindyebo est membre du parti de l’Alliance démocrate et fervent opposant de Jacob Zuma. L’abaThembu fait partie des 7 royaumes officiellement reconnus par l’Afrique du Sud, sur lesquels un roi est désigné comme monarque. Le plus connu de ces royaumes est celui du peuple zoulou (abaZulu), qui a pour monarque le roi Goodwill Zwelithini.

Le roi Buyelekhaya Dalindyebo avait été condamné à 12 ans de prison pour « agression aggravée », « kidnapping », « incendie criminel » et « prévarication ». Depuis qu’il était en prison, c’est son fils, le prince héritier Azenathi qui jouait le rôle de régent et qui s’octroyait d’ailleurs le titre de roi. En décembre 2019, alors que le président sud-africain Cyril Ramaphosa a décidé de relâcher un grand nombre de prisonniers, le roi Dalindyebo a pu bénéficier de cette réduction de peine, mis en liberté conditionnelle, après avoir purgé 4 ans de sa peine. En parallèle, il a fait sa demande pour obtenir la grâce présidentielle.

Le roi Dalindyebo à sa sortie de prison en décembre 2019

Le roi Buyelekhaya Dalindyebo a tenté de se venger de son fils

Depuis son retour dans sa tribu et dans son Grand Palais, la tension était plus que palpable, notamment avec son fils qui jouait au roi. Le roi veut également le déshériter et l’empêcher de lui succéder. Visiblement, hier, une rage folle et meurtrière s’est emparée du roi, qui a tenté de tuer plusieurs membres de sa famille avec des machettes et une hache. Il serait rentré par effraction vers 2 ou 3 heures du matin, en cassant une fenêtre. Il serait monté à l’étage où se trouvait son fils, le prince régent Azenathi. Plusieurs membres de la famille, dont le prince régent ont réussi à s’échapper. La femme du prince Azenathi est quant à elle, à l’hôpital pour soigner ses blessures.

Le roi Dalindyebo a tenté de tuer sa famille hier soir

L’histoire fait la une de la presse locale, qui consacre des éditions spéciales à cette tentative de meurtre. Actuellement en détention, il n’a pas encore été indiqué comment cette tentative influencera les conditions de sa liberté conditionnelle ni si cela affectera sa demande de grâce présidentielle.

Sources : BBC, SA History

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.