Le roi Willem-Alexander visite l’Institut néerlandais d’écologie

Le roi Willem-Alexander a effectué une visite de travail à l’Institut néerlandais d’écologie (NIOO-KNAW) à Wageningen, le mercredi 6 juillet 2022. Cet organisme est l’un des instituts de recherche de l’Académie royale des arts et des sciences des Pays-Bas.

Lire aussi : Le roi Willem-Alexander et la reine Máxima terminent leur visite d’État en Autriche avec une vue époustouflante sur Graz

Le roi des Pays-Bas en apprend plus sur la vie des organismes benthiques, l’eau et la richesse du sol

L’Institut néerlandais d’écologie mène des recherches écologiques sur terre et en eau douce. « Nous réalisons et stimulons des recherches écologiques révolutionnaires sur la relation entre les espèces et leur environnement, et nous nous engageons en permanence pour la nature et la société. Qu’il s’agisse du comportement migratoire des oiseaux, de l’énorme richesse de la vie benthique ou de l’augmentation des algues bleu-vert », explique le NIOO-KNAW.

Le roi Willem-Alexander a visité l’Institut de recherche et a pu découvrir comment était mesurée la qualité de l’eau (Photo : Robin Utrecht/ABACAPRESS.COM)

Le roi Willem-Alexander a rendu une visite à cet organisme, guidé par la présidente du KNAW, Marileen Dogterom. Le directeur du NIOO, Geert de Snoo, a quant à lui expliqué au roi des Pays-Bas quelles étaient les thématiques actuelles qui faisaient l’objet de recherches. NIOO est l’acronyme de l’Institut de recherche néerlandais d’écologie et le KNAW est l’acronyme de l’académie dont dépend l’institut, à savoir l’Académie royale des arts et des sciences des Pays-Bas. Le KNAW possède dix instituts chargés chacun d’un domaine de recherche scientifique différent.

Le roi Willem-Alexander a reçu des explications sur la mesure de la qualité de l’eau. Il a aussi appris quelle était la composition idéale du sol pour avoir un terrain durable. Dans le laboratoire d’analyse chimique, le roi a découvert quelques solutions que la nature nous offre pour répondre au problème climatique, comme le stockage du carbone dans le sol.

Par la suite, les scientifiques du domaine de l’écologie aquatique ont partagé les nouvelles techniques qu’ils utilisent pour découvrir comment le changement climatique influence l’augmentation des algues bleu-vert, qu’on appelle des cyanotoxines, explique le Service d’information du gouvernement (RVD). Ce groupe de recherche a récemment sorti un rapport précis sur les dangers des algues bleu-vert.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr