Sarah Ferguson parle de la chirurgie : la duchesse d’York dévoile toutes ses opérations au visage… et aux pieds

Sarah Ferguson est plus rayonnante que jamais à 60 ans. La maman des princesses Eugenie et Beatrice a souvent été soupçonnée d’avoir subi des opérations de chirurgie esthétique. Elle qui n’avait jamais voulu se prononcer sur le sujet, vient d’avouer et de détailler l’ensemble des opérations de médecine esthétique et de chirurgie esthétique qu’elle a subies ces dernières années. Mésothérapie, injections de vitamines, lifting, régénérescence cellulaire et traitements au laser, la duchesse d’York dévoile tout, en compagnie de sa docteure.

Sarah Ferguson présente la docteure qui lui fait ses traitements au visage

La duchesse d’York a accordé une longue interview au Daily Mail dans laquelle, elle a accepté de révéler ses secrets de beauté et notamment de son rapport à la chirurgie esthétique. L’ex-épouse du prince Andrew a révélé que pour paraitre en pleine forme au mariage de sa fille Eugenie, en octobre 2018, elle avait subi « quelques traitements au laser au visage ». Cette procédure indolore permet d’atténuer les rides en à peine 90 minutes. La duchesse d’York a même révélé qu’elle l’avait fait à l’Harley Street Clinic, par la docteure d’origine polonaise Gabriela Mercik. La docteure qualifie son traitement de « premier traitement laser au monde en 6 dimensions ». La duchesse d’York et Gabriela Mercik se sont rencontrées en 1992, lorsque Sarah Ferguson visitait un hôpital en Pologne. Elles sont restées en contact et lorsque la docteure est venue en Angleterre, Sarah Ferguson était ravie de découvrir la clinique de médecine esthétique qu’elle venait d’ouvrir.

La duchesse d’York et son amie, la docteure polonaise Gabriela Mercik

La duchesse d’York a essayé le Botox par le passé

En tout, la duchesse d’York aurait dépensé 3000 £ chez son amie médecin. Sarah Ferguson a également avoué avoir fait plus que des traitements réguliers au laser. « J’ai fait des injections de Botox, il y a longtemps, quand rien d’autre n’existait. Mais c’est du passé maintenant. » La docteure Mercik confirme qu’elle n’aime pas l’apparence figée que peut donner le Botox sur Sarah et elle a donc testé d’autres produits. « J’ai un peu été son cobaye avec les traitements », avoue la duchesse d’York. « Je suis très heureuse de pouvoir parler librement de ce que j’ai fait ».

Mésothérapie et lifting sans bistouri

Sarah a commencé par la mésothérapie, il y a déjà de nombreuses années. Il s’agit d’injections de vitamines, de minéraux et d’acides aminés dans la couche mésodermique afin de redonner du peps à la peau du visage. En 2013, elle est passée aux injections organiques, moins invasives et qui ne figent pas les rides. Il y a 5 ans, Sarah Ferguson a subi le « lifting de la marionnette ». Il s’agit d’une technique innovante qui permet de faire un lifting sans bistouri. Des fils sont insérés dans les bajoues avec une aiguille extrêmement fine. Les fils traversent la peau et il suffit de les tendre pour modifier la forme du visage. Les fils se résorbent en quelques mois et laissent la peau relevée pendant plusieurs années. Le résultat se voit pendant 2 ans. « C’est comme faire des treillis pour les petits pois. Vous insérez les fils sous la peau avec une très fine aiguille et ils maintiennent tout vers le haut », explique la duchesse visible bien au courant de la procédure.

La duchesse d’York teste la régénérescence cellulaire aux pieds

Plus étonnant, la duchesse d’York a également révélé être en train de tester une méthode régénérative de cellules sur ses pieds. « J’ai été aux Bahamas en mars pour subir ce traitement. Je pense que mes orteils étaient foutus par toute l’équitation que j’ai fait étant jeune. Ils ont donc raboté l’os ici et implanté des cellules. 20 millions de cellules ont été prises dans mon ventre pour créer du nouveau cartilage. Ça prend environ 6 mois pour guérir mais maintenant je peux marcher avec des talons ».

Les nombreux traitements au laser de la duchesse pour protéger sa peau

Sarah Ferguson a également expliqué subir les traitements au laser pour améliorer sa peau très abimée par le soleil. « Quand j’étais petite, ma mère pensait que la crème Nivea était de la protection solaire. Ce qui n’est pas le cas. C’est là que les problèmes ont commencé. Mon père, qui est mort en 2003, avait un mélanome et ma meilleure amie Carolyn Cotterell est aussi morte d’un mélanome malin. Elle avait 43 ans. Ça m’a fait réaliser que je devais faire attention à ma peau comme à n’importe quel autre organe. Ce n’est pas qu’une question d’esthétique. C’est pourquoi je ne vais plus au soleil maintenant. Mon bronzage vient d’un flacon. C’est fake. Je dois réparer les dommages qui ont été fait à cause de mes visites à la plage étant petite. C’est pourquoi j’ai fait de la mésothérapie, des cocktails vitaminés pour hydrater et booster la peau. J’ai commencé les traitements au laser mais ce n’est pas encore terminé. Il fait que le collagène fasse encore effet. J’espère que ce sera fait pour mon anniversaire ».

No Comments Yet

Leave a Reply