16 juillet 1951 : Léopold III abdiquait il y a 70 ans

Le 16 juillet 1951 marque la fin de la période de la « Question royale », en Belgique. Cette période d’incertitude et de crise politique a commencé en mai 1945, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avec le retour du roi Léopold III en Belgique et s’est terminée en juillet 1951 avec l’abdication de ce dernier et l’accession au trône de son fils, Baudouin, le 17 juillet. Aujourd’hui, nous commémorons les 70 ans de son abdication.

La position du roi Léopold III pendant la guerre, mènera à la Question royale initiée en 45

La Question royale prend ses origines dès le début de la Seconde Guerre mondiale, avec la capitulation de la Belgique, en mai 1940. Le peuple belge mais aussi certaines autorités françaises rejettent la faute sur le roi Léopold III qui a permis à l’ennemi d’avancer, suite à sa reddition. Au même moment, le roi étant en résidence surveillée au château de Laeken, se remarie à Lilian Baels, première roturière issue de la bourgeoisie à épouser un roi des Belges. La première épouse du roi, la reine Astrid étant décédée dans un accident de voiture 6 ans plus tôt, alors que le roi était lui-même au volant. Lors de son mariage avec Lilian Baels, Léopold III était déjà père de Joséphine-Charlotte, de Baudouin et d’Albert. Lilian fut comme une seconde mère pour eux. La famille s’agrandit en 1942 avec la naissance du prince Alexandre, puis de Marie-Christine 9 ans plus tard, et enfin de Marie-Esméralda en 1956.

Le retour du roi après la guerre et la consultation populaire

Retenu captif en Allemagne pendant la guerre, le roi est libéré par les Américains en mai 1945. Le peuple belge et certains politiciens se montrent défavorables à son retour dans le pays. Légalement, il est toujours dans l’impossibilité de régner, impossibilité décidée lors de sa captivité. Son attitude relativement neutre pendant la guerre attise la méfiance du peuple à son égard. Dès la fin de la guerre, c’est son frère, le prince Charles qui est choisi comme régent. Une consultation populaire est organisée pour trancher sur la question. Cette consultation populaire de 1950 se prononce à près de 58% pour le retour du roi, affichant une nette division entre les partisans et les anti-monarchistes, mais aussi entre la Flandre, la Wallonie et Bruxelles.

Le roi Léopold III abdique le 16 juillet 1951

Grèves des syndicats, attentats, manifestations s’enchainent pendant les jours qui suivirent le retour du roi sur son trône. L’attentat du 30 juillet 1950 près de Mons fait prendre conscience au roi qu’il ne peut continuer. Il décide de se retirer le 31 juillet, et de faire prêter serment à son fils, le prince Baudoin. Celui-ci devint Lieutenant général du royaume de Belgique et Prince royal. Léopold III promettait d’abdiquer dans un an, si un ralliement ou une réconciliation avec la Couronne voit le jour autour de Baudouin. Comme promis, le 16 juillet 1951, Léopold III abdique et dès le lendemain, le 17 juillet 1951, Baudouin devint le cinquième roi des Belges.

Le roi Léopold III désigne son fils Baudouin comme son successeur

Alors qu’il continue à former son fils Baudouin, à peine âgé de 21 ans quand il monte sur le trône, il finit par se retirer totalement, dès le mariage de Baudouin, à la demande des conseillers politiques qui voient d’un mauvais œil sa proximité avec le trône. À partir du mariage de Baudouin, Léopold III vécut paisiblement et discrètement au château d’Argenteuil avec Lilian Baels, princesse de Réthy et entrepris de nombreux voyages. Il décède le 25 septembre 1983, à 81 ans, des suites d’une opération du cœur.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr