Les 800 ans du drapeau danois, le Dannebrog, célébrés par toute la famille royale

Le Dannebrog est l’un des symboles les plus importants du Danemark. Dannebrog pourrait être traduit par « étoffe danoise » et est le nom donné au drapeau du pays. Son existence légendaire remonte à 800 ans, date à laquelle l’étendard serait tombé du ciel en présage de bon augure pour la bataille qui allait opposer le roi Valdemar II au peuple estonien. C’est donc une commémoration extrêmement importante pour tous les Danois, y compris pour la famille royale, qui a assisté à plusieurs cérémonies hier, dont plusieurs levées de drapeau.

Messe en l’honneur du drapeau danois pour le prince Joachim

Le prince Joachim fut le premier à commencer cette journée de célébration du Jour de Valdemar, en se rendant à l’office religieux, accompagné de son épouse, la princesse Marie. Au son des cloches de la cathédrale de Copenhague, il s’est dirigé vers le premier rang avec son épouse, qui portait un ensemble rose pale. Quant à lui, il portait également une cravate rose, couleur obtenue en mélangeant le rouge et le blanc du drapeau.

S.A.R. le prince Joachim et S.A.R. la princesse Marie lors de l’office religieux à la cathédrale de Copenhague (Photo : Facebook/detdanskekongehus)

Après la messe, le couple a suivi la procession qui s’est dirigée vers la mairie. Les drapeaux ont été hissés sur la place, en suivant un cérémonial précis. Ensuite, le chant traditionnel I Danmark er jeg født a retenti et le peuple s’est mis à chanter en cœur. Il ne s’agit pas de l’hymne national danois (Der er et yndigt land), mais d’un chant populaire patriotique. En présence de la famille royale danoise, habituellement, c’est un autre hymne qui retenti, le chant honorifique Kong Christian stod ved højen mast.

Le prince héritier Frederik honore le drapeau à Vordingborg

Vordingborg est une des plus anciennes villes du Danemark, première halte où débarquaient les délégations danoises lorsqu’elles revenaient de voyages en mer. Un château royal y fut construit et c’est d’ailleurs ici en 1219, que fut hissé pour la toute première fois le Dannebrog, puisque c’est à Vordingborg que se serait arrêté le roi Valdemar, lors de son retour triomphant d’Estonie.

S.A.R. le prince héritier Frederik et son épouse, S.A.R. la princesse héritière Mary. (Photo : Facebook/detdanskekongehus)

Le maire de la ville, Mikael Smed, a accueilli le couple héritier, Mary habillée de rouge et Frederik avec une cravate rouge, pendant qu’un groupe de musique interprétait la marche dédiée au prince héritier. Bien entendu, le drapeau fut hissé au cours de la cérémonie d’accueil.

La petite délégation qui entourait le prince héritier Frederik et son épouse, la princesse héritière Mary, a visité le château. Le prince héritier a pu constater les travaux des archéologues, qui depuis un an travaillent à la rénovation du château, en collaboration avec le Musée d’histoire de Tallinn.

Leurs Altesses royales ont assisté à une représentation de théâtre réalisée par les enfants de l’école de Vordingborg, qui ont reconstitué la légendaire apparition du drapeau. Après quoi, le maire est monté avec le prince dans la Tour de l’oie. Ici, tout en haut de la tour, à 26 mètres de hauteur, le roi Frédéric IX, le grand-père du prince, y avait gravé son nom lors de sa visite. Le prince héritier a lui aussi gravé son nom à côté de celui de son aïeul.

La célébration du Dannebrog par la reine Magrethe II

Hier, la reine Magrethe II n’était pas dans son pays ! Elle ne l’avait pas fui, mais elle s’était rendue en visite officielle en Estonie. La souveraine s’est rendue dans ce territoire qui aurait été ennemi, il y a plus de 800 ans, puisque c’est lors de la bataille de Lyndanisse, à Tallinn, que les Danois ont proclamé l’Estonie danoise. Peu rancunière, la présidente estonienne a invité la reine Margrethe à passer deux jours dans son pays, pour au contraire, la mettre à l’honneur, elle, son pays et son drapeau. Tout au long de la journée la reine du Danemark a inauguré des expositions et elle a même inauguré un jardin de la capitale à son nom.

Lisez ici le résumé complet de la journée de la reine Margrethe en Estonie, où elle s’y est rendue par la mer, à bord du … Bateau royal Danneborg.

Qu’est-ce que le Dannebrog ?

Le Dannebrog est l’un des symboles les plus importants du Danemark. Il s’agit du drapeau danois qui serait apparu au cours de la bataille de Lyndanisse, le 15 juin 1219. L’étendard serait tombé du ciel. Interprété comme un signe du Christ, puisqu’il représente une croix, les Danois y ont vu leur victoire. Ce fut d’ailleurs le cas, puisque les troupes du rois Valdemar II ont vaincu les Estoniens dès le lendemain, faisant d’eux les Estoniens danois, un peuple baltique dont ils auraient le contrôle pour les croisades.

Plusieurs significations sont données au drapeau. Le rouge rappelle le sang, celui qui aurait peut-être taché la tunique blanche du roi. Portant une ceinture et un baudrier à sa taille, pour y ranger son épée, lorsque le sang s’est projeté sur lui, ils ont protégé une partie de sa tunique, laissant une croix blanche sur la partie intacte du vêtement.

De façon plus générale et historiquement plus correcte, la croix du drapeau est la croix scandinave, appelée Croix de saint Olaf. Elle est présente sur tous les drapeaux des pays scandinaves, dans d’autres couleurs. Il s’agit d’une évolution du drapeau utilisé pendant les croisades. En effet, la légende du Dannebrog, tombé du ciel est racontée pour la première fois dans la Chronique danoise de Chriestiern Pedersen. Par contre, le sceau de Valdermar IV, en 1360, était une croix, ce qui laisse imaginer que la croix danoise était utilisée par les rois depuis tout un temps déjà. L’existence attestée du drapeau tel qu’on le connait reste tout de même très ancienne, puisque c’est en 1397, que le drapeau fut officiellement adopté par la famille royale danoise.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr