À 16 ans, la princesse Farah Pahlavi récolte plus de 200 000 $ pour la recherche sur le cancer

C’est un montant incroyable qu’a récolté Farah Pahlavi, 16 ans. Elle et ses camarades de la zone de Washington DC ont récolté plus de 214 000 de dollars en 7 semaines. Ils participaient au programme organisé annuellement par Leukemia & Lymphoma Society (LLS). LLS a décerné à la princesse Farah Pahlavi, fille du prétendant au trône impérial d’Iran, le titre honorifique d’«Étudiant de l’année ».

La princesse Farah Pahlavi, entourée de son équipe de la zone Washington (Instagram/yasmine.pahlavi)

Lire aussi : Le fils du chah d’Iran dénonce les crimes contre l’humanité au Secrétaire général de l’ONU

Farah Pahlavi a battu tous les records de dons pour le LLS

Hier soir, avait lieu la grande soirée de gala organisée par la Leukemia & Lymphoma Society. Chaque année, l’association de recherche et d’études sur le cancer lance un concours auprès des jeunes. Par zone géographique, des étudiants sont appelés à former une équipe et à se lancer dans la course aux dons. L’équipe qui récolte la plus grosse somme d’argent reçoit le titre d’«Étudiant de l’année ». Cette année, l’équipe représentant la zone de Washington, avec pour chef d’équipe la princesse Farah Pahlavi, a remporté la course aux dons haut la main. Il s’agit même d’un record depuis qu’existe cette action.

(Instagram/yasmine.pahlavi)

Lire aussi : Le prince Reza prédit la fin du régime iranien d’ici quelques mois

Le prince Reza et son épouse sont très fiers de leur fille

La princesse Yasmine Pahlavi, mère de la princesse Farah, n’a pas pu cacher sa fierté, partageant de nombreuses photos de sa fille sur ses réseaux sociaux. « Grâce à l’aide de son formidable groupe d’amis, ils ont battu le record et ont rapporté à la maison le titre d’Étudiant de l’année ! On n’en revient pas ! », écrit l’épouse du prince Reza Pahlavi, fils du dernier empereur d’Iran. « Leur insistance, sacrifice et dévouement ont payé ! ». Pour faire taire les mauvaises langues qui ont directement fait comprendre que l’adolescente avait décroché le titre grâce à ses connexions et son statut, Yasmine Pahlavi écrit : « Personne n’a signé de gros chèques. Ils ont trimé pour avoir chaque dollar et ils sont arrivés premiers ».

(Instagram/yasmine.pahlavi)
Le prince Reza et son épouse, la princesse Yasmine, sont très fiers de la somme récoltée par leur fille, la princesse Farah d’Iran (Instagram/yasmine.pahlavi)
(Instagram/yasmine.pahlavi)

La princesse Yasmine a elle-même eu le cancer en 2018

Le règle de la collecte de fonds lancée par LLS est que chaque équipe rapporte au moins 150 000 dollars dans le temps imparti. L’équipe de la princesse Farah a dépassé la somme demandée de près de 65 000 $. Au total, cette action a rapporté à LLS la somme de 2,7 millions $ si on additionne les sommes remportées dans toutes les équipes.

Si la jeune princesse était tellement motivée, c’est aussi parce qu’elle a vécu sa propre expérience familiale dans la lutte contre le cancer. « J’ai voulu rejoindre cette cause après avoir vu ma mère, Yasmine Pahlavi, endurer un traitement contre le cancer du sein, après avoir reçu son diagnostic en novembre 2018. Grâce au travail de LLS, j’ai pu voir comment les traitements ont évolué. » Sur le site de LLS, la princesse Farah accompagne son message d’une photo de sa mère à l’hôpital, prise alors qu’elle subissait un traitement contre le cancer du sein, il y a encore quelques mois. « Ma mère va bien maintenant, mais ce n’est pas le cas pour tant d’autres qui ont le cancer. » LLS est une des fondations les plus actives dans la recherche contre le cancer et a réussi à financer 45 des 51 nouveaux traitements contre le cancer qui sont sortis ces deux dernières années. « Je le fais pour elle et pour les autres qui vivent la même chose. »

La princesse Yasmine Pahlavi, mère de la princesse Farah et épouse du prince Reza, a elle-même lutté contre le cancer du sein (Crédits : LLS/studentsoftheyear)

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.