Le fils de l’empereur d’Iran prédit la fin du régime d’ici quelques mois

Depuis quelques mois, la pression monte en Iran. Déjà avant que les provocations entre le régime iranien et Donald Trump ne fassent la une de la presse, les manifestations grondaient dans le pays, le peuple étant totalement oppressé par le régime. Depuis le Maryland, le prince Rezah Pahlavi, fils du dernier chah d’Iran, observe le massacre de son peuple d’origine. Il y a quelques semaines, le prince Reza a envoyé une lettre au Secrétaire général de l’ONU pour dénoncer le crime contre l’humanité qui est en train de se produire en Iran. Hier, l’héritier du trône du Paon s’est exprimé devant un parterre d’experts américains invités à réfléchir sur l’évolution de la situation.

Le prince Reza Pahlavi a tenu une conférence au Hudson Institute et a prédit la fin du régime iranien

Lire aussi : La princesse héritière Victoria à la messe de commémoration aux victimes du crash du Boeing en Iran

Le prince Reza invité à s’exprimer sur la situation en Iran au think tank Hudson Institute

L’héritier du trône iranien, chef de la famille impériale d’Iran a prédit la fin de la monarchie, ce mercredi, lors d’une intervention dans le think tank conservateur Hudson Institute. Invité à s’exprimer sur la situation dans son pays, le prince Reza a été très clair, comme on peut le constater avec ses propos rapportés par le Daily Mail. « Ce n’est plus qu’une question de temps avant qu’on atteigne l’apogée. Je pense qu’on en est là. » La tension monte depuis le mois de novembre, avec des manifestations quotidiennes émanant de la population, qui en contrepartie est confrontée aux ripostes musclées des forces armées du régime. Les interventions de Donald Trump ont également contribué à l’escalade, cette fois-ci, au niveau international, jusqu’au crash d’un avion, qui a eu lieu la semaine dernière, abattu par un ou plusieurs missiles iraniens.

La tension actuelle en Iran rappelle au prince Reza la situation qui a mené à l’abolition de la monarchie

« Nous sommes dans les quelques semaines ou mois qui précèdent l’effondrement final. Ceci n’a rien de différent des derniers mois vécus avant la révolution de 1978 », affirme le fils de Mohammad Reza et Farah Diba. Les Iraniens peuvent « ressentir l’opportunité arriver, pour la première fois en 40 ans ». En 1979, lorsque l’empire iranien fut aboli par les révolutionnaires, le prince Reza avait 19 ans. Il n’a plus remis les pieds dans son pays depuis lors, sa famille ayant fui dans différents pays, avant qu’il ne s’installe définitivement aux États-Unis. Le dernier chah d’Iran est mort, quant à lui, seulement un an et demi après sa fuite de l’Iran.

https://www.instagram.com/p/B7O1k4zBgQr/

La prise de parole du prince Reza au Hudson Institute n’est pas anodine. Ce groupe de lobbyistes conservateurs soutient Donald Trump. Le prince Reza sait que sa voix sera entendue en ce lieu, et a demandé à ce que les soutiens de Trump mettent la « pression maximale » sur le régime clérical. « Il est grand temps de reconnaitre qu’il ne s’agit pas d’un régime normal et qu’on ne pourra pas changer sa façon d’agir. Mes compatriotes comprennent que ce régime ne peut pas être réformé mais doit être éradiqué ».

Le prétendant au trône est-il le bon candidat pour diriger le prochain régime ?

« Les Iraniens attendent que le monde leur montre plus qu’un soutien moral. Ils ne veulent pas être jetés sous un bus au nom de la diplomatie et de la négociation. » Le prince Reza n’a jamais évoqué clairement ce qu’il espérait pour son pays, une fois le régime aboli. Peut-on imaginer un retour à une monarchie ? Les ambitions du prétendant au trône n’ont pas été revendiquées. Ces dernières semaines, des groupuscules monarchistes iraniens soutiennent le prince, ce qui leur a valu pour certains d’être torturés et tués. Un groupe de monarchistes s’est également fait passer pour le prince Reza en créant des faux profils sur les réseaux sociaux, appelant à la révolution et à se réunir autour de l’héritier du trône.

Le dernier empereur d’Iran a toujours été un grand allié des Occidentaux et des États-Unis, ici l’empereur Mohammad Reza, son épouse, l’impératrice Farah avec le président Kennedy et Jacqueline Kennedy en 1962 (Crédits : WikiCommons)

Selon les dernières intervention du prince Reza Pahlavi, son souhait serait qu’une coalition majoritaire d’Iraniens permette de remplacer le régime et d’en faire une démocratie sécularisée. Interrogé par un visiteur de la conférence sur la question de savoir s’il se considérait comme le bon candidat pour devenir le représentant de l’Iran du prochain régime, le prince a répondu : « Il ne s’agit pas de moi, il s’agit du peuple d’Iran. Vous pouvez ne pas aimer le messager, mais y a-t-il quelque chose de mal dans le message ? »

Source : Daily Mail

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr