Pourquoi les souverains du grand-duché de Luxembourg abdiquent-ils ?

Alors que le grand-duc Jean et la grande-duchesse Charlotte de Luxembourg ont décidé de prendre leur retraite, la grande-duchesse Marie-Adélaïde et le grand-duc Guillaume Ier ont été contraints de quitter le trône pour des raisons plus sombres. En ce 12 novembre 2019, 55 ans jour pour jour que la grande-duchesse Charlotte a décidé d’abandonner ses fonctions en faveur de son fils, revenons sur ces abdications multiples qui ont presque fait office de tradition au grand-duché de Luxembourg.

Pour quelles raisons les monarques du grand-duché de Luxembourg renoncent-ils au trône ?

Autrefois, une abdication était synonyme de désaveux ou d’abandon. Certains monarques y ont été contraints lors de périodes politiques tumultueuses alors que d’autres décident simplement qu’il est temps de laisser leur place à leur successeur. C’est la tendance actuelle, comme il est arrivé en Belgique avec Albert II, Wilhelmine aux Pays-Bas ou Juan Carlos en Espagne. Mais il y a un petit pays qui souhaite battre un record en la matière : le grand-duché de Luxembourg. En 200 ans d’existence, le pays a connu neuf souverains dont quatre ont présenté leur démission. 

Guillaume Ier, premier grand-duc, premier à abdiquer

Le premier a avoir abdiqué, est Guillaume Ier d’Orange. Il s’agit aussi du premier grand-duc de Luxembourg. En charge du duché lors de son occupation par les Pays-Bas, c’est naturellement qu’il sera appelé à diriger le pays lorsqu’il prit son indépendance. Guillaume Ier est donc souverain des Pays-Bas et de Luxembourg, en même temps. Très impliqué dans la politique belge, il va s’intéresser à la révolution en Belgique. Il va également vouloir se remarier avec une Wallonne, Henriette d’Oultremont. Lorsque son pays perdit une partie de son territoire, qui fut rattaché à la Belgique, il décide de quitter ses fonctions, avoué vaincu. Il pourra se marier librement avec l’élue de son cœur, originaire du pays qui venait d’assimiler une partie de son territoire.

Marie-Adélaïde jeune et malade

En 1912, Marie-Adélaïde devient la première grande-duchesse régnante de Luxembourg depuis l’indépendance du pays. Elle est également la première femme à la tête du territoire depuis Marie-Thérèse d’Autriche au 18e siècle. Elle ne déroge pas à la règle des premières fois, en étant également le première grande-duchesse à abdiquer. Marie-Adélaïde n’a que 18 ans lorsqu’elle devient grande-duchesse. Elle était sur le trône lors de la Première Guerre mondiale. Après seulement 7 ans, elle décide d’abdiquer en 1919, suite aux pressions du peuple luxembourgeois qui n’apprécie pas ses accointances. Elle décide alors de se retirer dans un couvent de carmélites à Modène, en Italie. À cause de soucis de santé, elle doit mettre fin à cette nouvelle vocation. Elle décède en Allemagne à l’âge de 29 ans.

Charlotte de Luxembourg et son fils partent en retraite

La grande-duchesse Charlotte, succède à sa sœur, Marie-Adélaïde, malgré l’impopularité de son mariage avec un ancien officier qui a combattu contre les Alliés. La grande-duchesse Charlotte a elle-même été confrontée à la question relative au maintien de la monarchie au Luxembourg. Un référendum sur la question monarchique au Luxembourg a eu lieu en 1919, quelques mois après son accession au trône. Le peuple luxembourgeois s’est prononcé favorable au maintien de la monarchie à 77,8% mais surtout au maintien de la grande-duchesse Charlotte, alors qu’un changement de famille dynastique faisait également partie des propositions de vote.

https://www.instagram.com/p/B4w1NxPHr06/

La grande-duchesse Charlotte abdique en 1964, à l’âge de 68 ans, après 45 ans à la tête du pays. C’est son fils Jean qui lui succède. Et pour ne pas changer la nouvelle règle qui vient d’être instaurée par sa mère et par sa tante auparavant, le grand-duc Jean abdique en 2000, en faveur de son fils. Il s’agit-là d’une nouvelle façon de régner. Les monarques prennent leur retraite, laissant leur place à la nouvelle génération. De Monaco, à la Belgique, en passant par les Pays-Bas et l’Espagne, les nouveaux monarques de ces pays ont tous pris leurs fonctions suite à l’abdication de leur père ou de leur mère.

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr