Albert II de Monaco condamne les attaques de déstabilisation anonymes envers ses proches

L’affaire agite le Rocher et le Palais princier depuis quelques jours. Le prince souverain Albert II a été mis au courant des tentatives de déstabilisation menées par un site internet anonyme, qui souhaite faire tomber des têtes au sommet de l’État monégasque. Le prince Albert II condamne vivement les propos relayés sur ce site et affirme sa confiance envers ses proches visés, alors que la cible ultime des attaques pourrait être le souverain lui-même.

Lire aussi : Jacques et Gabriella de Monaco accompagneront Albert II à la COP26 en Écosse

Des proches du prince Albert II victimes d’une campagne de déstabilisation

Depuis plus d’une dizaine de jours, le site Les dossier du Rocher, enregistré à l’étranger il y a plusieurs mois, publie un ensemble de documents volés, des copies d’e-mails, des décisions de justice et des correspondances privées, qui seraient des preuves de collusion au sommet de l’État. Cinq personnalités proches du souverain sont visées par ces accusations. Parmi elles, l’avocat du prince Albert II, le président du Tribunal Suprême de Monaco, un ministre, le comptable du prince et un homme d’affaires.

Thierry Lacoste, l’avocat du prince Albert II, est l’une des victimes des dénonciations d’un site anonyme (Photo : Marco Piovanotto/ABACAPRESS.COM)

Selon ce site, hébergé en Arizona, ces personnalités auraient formé une sorte de club, permettant d’y régler leurs affaires entre eux. Le site anonyme publie chaque semaine des nouveaux documents qui prouveraient des «faits de malversation, corruption et de traffic d’influence qui ont lieu à Monaco». Le principal fait dénoncé pour le moment concerne une décision du Tribunal Suprême dans l’affaire du projet immobilier de l’esplanade des Pêcheurs.

Le site a été mis en ligne, au moment où une annonce d’un remaniement gouvernemental est imminente. Selon une source proche du dossier, relayée par Le Figaro, cette campagne vise à «déstabiliser la Principauté et faire main basse sur le Rocher». Les principaux concernés ont tous déposé des plaintes par le biais de leur avocat, que ce soit à Monaco ou au civil à Paris pour «diffamation», «accusations mensongères» et «accusations calomnieuses» ou encore «violation de la correspondance et hacking».

Lire aussi : Pandora Papers : une sœur du roi Mohammed VI du Maroc impliquée

Le prince Albert II réaffirme sa confiance et promet des représailles

Monaco-Matin a mené l’enquête et a permis de découvrir que certains sites qui relaient ces informations, ont été créés par des sociétés écran aux États-Unis et en Islande. Les sites sont également soutenus par divers comptes sur les réseaux sociaux. «Une organisation solide qui suppose des moyens financiers et techniques.» Pour le journal local monégasque, «la manœuvre apparait directement dirigée vers le souverain, pour tenter de le fragiliser ainsi que les institutions nationales».

Le souverain condamne fermement les attaques (Photo : Chris Emil Janssen/Imago/ABACAPRESS.COM)

Interrogé par Monaco-Matin, le prince Albert II est sorti de sa réserve : «Je condamne cette campagne diffamatoire et anonyme de rumeurs mensongères et de calomnie qui cible plusieurs serviteurs d cela Principauté». Le chef d’État a affirmé que ses proches visés sont connus «pour leur intégrité et probité».

Le prince Albert espère que l’enquête permette d’identifier les personnes qui se cachent derrière «ces manœuvres honteuses» et qu’elles soient poursuivies en justice. Concernant le remaniement gouvernemental qui approche, le souverain a déclaré que ces tentatives de déstabilisation ne l’empêcheraient pas de maintenir son agenda. «Ces manipulations […] ne m’impressionnent pas».

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr