Charles Quint et le 24 février : la triple date d’anniversaire de l’empereur

Ce 24 février 2020, l’empereur Charles Quint aurait eu 520 ans. Le 24 février 1500 naquit Charles de Habsbourg. À 6 ans, il devient roi d’Aragon. À 16 ans, il devient roi de Naples, roi de Jérusalem, roi d’Espagne puis empereur du Saint-Empire en 1519. Le 24 février 1530, a lieu son prestigieux couronnement par le pape Clément VII et 25 ans plus tard, le 24 février 1558, terriblement malade, il perd son titre d’empereur suite à sa demande d’abdication. Aujourd’hui, nous célébrons donc son 520e anniversaire, les 490 ans de son couronnement et les 462 ans de son abdication.

Charles Quint peint en 1932 par Christoph Amberger. (Crédits : Domaine public)

Lire aussi : La mâchoire caractéristique des Habsbourg serait due à la consanguinité qui leur a permis de régner sur toute l’Europe

Le 24 février 1500 : Naissance de Charles Quint et ascensions aux plus prestigieux trônes d’Europe

Le 24 février 1500, nait Charles, prince de Habsbourg à Gand, dans le comté de Flandre, un territoire appartenant à la famille de Habsbourg et dirigé par son père. Charles de Habsbourg est le fils de Philippe le Beau et de Jeanne de Castille, dite Jeanne la Folle. Le père de Charles, Philippe, règne sur le duché de Bourgogne, ayant hérité de ces territoires de sa mère, la duchesse Marie de Bourgogne, elle-même seule héritière de son père, Charles le Téméraire. Marie de Bourgogne épousera le futur empereur Maximilien, de la famille de Habsbourg. C’est ainsi que leur fils, Philippe, fut donc le premier habsbourgeois à diriger les Pays-Bas, qui furent auparavant bourguignons.

À sa naissance, Charles n’est pas encore destiné à devenir l’homme le plus puissant du continent. Son père est jeune et est l’héritier présomptif de l’empereur Maximilien. Sa mère, Jeanne, bien qu’infante de Castille n’est pas l’héritière directe de cette couronne. Le neveu de Jeanne, étant un mâle, est devant elle dans l’ordre de succession, mais celui-ci meurt peu de temps après la naissance de Charles. Jeanne devient l’héritière, puis elle hérite de la couronne, à la mort de sa mère, Isabelle la Catholique, en 1504. À peine deux ans plus tard, Philippe, l’époux de Jeanne et père de Charles, décède en voyage en Espagne. À cette date, en 1506, Charles devient donc héritier des possessions de son grand-père paternel et héritier de Castille, dont sa mère est la Reine. Son père étant duc de Bourgogne, Charles hérite directement de ce duché en 1506, âgé de seulement 6 ans. À l’époque, le duché de Bourgogne a proprement parlé était devenu une possession du roi de France. En réalité, les ducs de Bourgogne habsbourgeois possédaient le comté de Bourgogne (qui correspond à la Franche-Comté) et tous les territoires des Pays-Bas (qui s’étendent sur les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et du nord de la France actuels).

Ferdinand II, le père de Jeanne de Castille (dite la Folle) ne souhaite pas qu’elle hérite du trône d’Aragon et des autres trônes qu’il occupe, elle qui avait déjà hérité du trône de Castille à la mort de son épouse. Il fait emprisonner sa fille à Tordesillas et il s’arrange pour émanciper son petit-fils, Charles, déjà duc de Bourgogne depuis ses 6 ans. Charles devient donc l’héritier de son grand-père en 1515 et en hérite à sa mort, un an plus tard. Nous sommes en 1516, à la mort de son grand-père Ferdinand II (dit le Catholique), Charles de Habsbourg, duc de Bourgogne devient alors roi d’Aragon, qui comprend divers territoires réunis sous cette même couronne, comme le royaume de Naples ou celui de Sicile.

Par la même occasion, le jeune Charles, devenu roi d’Aragon, en profite pour destituer sa mère du trône de Castille, qui de toute façon est emprisonnée depuis 1509. Charles réunit alors les deux trônes et devient roi des Espagnes le 14 mars 1516.

Charles Quint vers 1516, époque à laquelle il est roi des Espagnes à la place de sa mère. Peinture de Bernard van Orley (Crédits : Domaine public)

Le 12 janvier 1519 tout s’accélère. Maximilien 1e, archiduc d’Autriche, décède d’une crise d’apoplexie. C’est son petit-fils Charles qui hérite des territoires autrichiens. Maximilien 1e est également empereur du Saint-Empire, et laisse le trône impérial vacant, étant un titre que l’on obtient suite à une élection. Plusieurs candidats sont en lice pour le titre impérial. Par un jeu de votes des puissants de l’époque, le titre revient à Charles, roi des Espagnes. En juin 1519, Charles se rend à Aix-la-Chapelle pour être couronné empereur du Saint-Empire romain germanique.

Le 24 février 1530 : Couronnement de Charles Quint par le pape Clément VII

Plus de 10 ans après son ascension sur le trône impérial, Charles V connait son apogée. Il se fait alors couronner officiellement selon la tradition carolingienne, c’est-à-dire par le Pape en personne. Le couronnement de Charles Quint se déroule à la basilique San Petronio de Bologne. Le pape Clément VII dirige la cérémonie, tandis que le cardinal Alexandre Farnèse lui appose la sainte onction.

Tableau peint par Pérugin, représentant le couronnement de Charles Quint par le pape Clément VII le 24 février 1530. (Crédits : Domaine public)

Lire aussi : Michel 1e : le premier tsar de la dynastie Romanov

Le 24 février 1558 : L’abdication définitive de Charles Quint

Aussi rapide que fut l’ascension de Charles Quint, la fin de sa vie fut lente, dans l’agonie, se délaissant peu à peu de ses territoires. Une guerre d’héritage a lieu, alors que Charles Quint souffre de la goutte. L’année 1555 marque un tournant dans la vie de l’empereur. Bien qu’il ait toujours répudié sa mère, Jeanne de Castille, il apprend sa mort et est affecté par celle-ci. Ses maladies s’accumulent, souffrant d’asthme, de diabète, d’hémorroïdes et de nombreux maux liés à ses longues chevauchées.

Il prépare son héritage depuis quelques années, léguant en secret certains territoires à son fils, Philippe, devenu notamment roi de Naples et dynastiquement solide suite à son mariage avec Marie Tudor.

Le 22 octobre 1555, Charles Quint réunit les chevaliers de la Toison d’or pour leur faire part de sa décision de se retirer. Il abdique le 25 octobre, au palais de Coudenberg à Bruxelles, et fait reconnaitre son fils Philippe comme héritier. Quelques mois plus tard, en janvier 1556, il se rend en Espagne pour se délaisser de ses fonctions espagnoles et les transmettre là aussi à son fils.

Abdication de Charles Quint au palais de Coudenberg, faisant reconnaitre son fils, Philippe, le 25 octobre 1555. Peinture datant de 1841 de Louis Gallait (Crédits : Domaine public)

En 1558, alors qu’il a renoncé à la plupart de ses territoires en faveur de son fils, il est temps de se séparer de son pouvoir suprême, celui d’empereur du Saint-Empire. Il abandonne la Franche-Comté et les territoires des duchés de Bourgogne, demande aux électeurs du Saint-Empire d’accepter son abdication. Les électeurs acceptent son abdication le 24 février 1558, et élisent, sous le conseil de Charles Quint, Ferdinand, son frère cadet. L’abdication définitive a lieu le jour d’anniversaire des 58 ans de Charles Quint, exactement 28 ans après sont couronnement par le Pape.

Peu de temps après son abdication, Charles Quint se retire au monastère de Yuste, en Estrémadure. Il y mourut le 21 septembre 1558 de la malaria, à l’âge de 58 ans. En 1574, ses dépouilles mortelles sont transférées à la nécropole de l’Escurial qu’a fait édifier son fils Philippe.

Source : Wikipedia

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr