La comtesse de Paris aux funérailles de la comtesse douairière à Saint-Jean-de-Luz

Au lendemain de ses funérailles à Paris, une seconde messe a été célébrée en mémoire de la princesse Micaela d’Orléans, à Saint-Jean-de-Luz, avant de rejoindre sa dernière demeure. L’épouse du prétendant au trône de France était présente avec l’une de ses filles.

Lire aussi : La famille royale de France aux funérailles de la princesse Micaela d’Orléans

Le dernier adieu à la princesse de Joinville dans le sud de la France

La princesse Micaela d’Orléans, comtesse douairière de Paris, a rejoint son époux le 13 mars 2022. Elle ne reposera malheureusement pas à ses côtés. Le prince Henri d’Orléans est inhumé dans la Chapelle royale de Dreux, aux côtés de sa mère, Isabelle d’Orléans-Bragance, dans la crypte circulaire. La dépouille de Micaela rejoindra le caveau de sa famille, à Saint-Jean-de-Luz.

Le 22 mars, des obsèques ont été célébrées en l’église Saint-Germain-l’Auxerrois de Paris, considérée comme la paroisse des rois de France. Un frère, une sœur et un neveu du défunt prince Henri d’Orléans ont assisté à cette cérémonie célébrée par le recteur de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Le prince Michel, la princesse Chantal et le prince Charles-Louis d’Orléans étaient présents avec leur épouse et époux.

Photo des funérailles célébrées à Paris le 22 mars en présence de membres de la famille royale de France (Photo : David Nivière/Abacapress)

Lire aussi : Photos exclusives de Micaela et Henri d’Orléans : la comtesse douairière de Paris a retrouvé l’amour de sa vie

Le 23 mars, la dépouille de la princesse de Joinville a quitté Paris et a rejoint le sud de la France. C’est à Saint-Jean-de-Luz, dans les Pyrénées-Atlantiques, qu’une seconde messe de funérailles a été célébrée en l’église Saint-Jean-Baptiste, en mémoire de la princesse Micaela. Cette cérémonie, plus intime, a permis aux membres de la famille de la défunte de se réunir. Son fils, Alexis Francis-Bœuf, était présent aux deux cérémonies.

La dépouille de la veuve de l’ancien prétendant au trône de France repose devant le retable de l’église Saint-Jean-Baptiste où Louis XIV a épousé Marie-Thérèse d’Autriche en 1660 (Photo : Thibaud Moritz/ABACAPRESS.COM)

L’église Saint-Jean-Baptiste de Saint-Jean-de-Luz est réputée pour son impressionnant retable doré en bois. Ce retable a été conçu au 17e siècle. L’église est connue dans la France entière car elle fut le théâtre d’un grand événement de l’histoire de France. C’est dans cette église du Pays basque que le roi Louis XIV a épousé l’archiduchesse Marie-Thérèse d’Autriche le 9 juin 1660.

La princesse Philomena, comtesse de Paris, épouse du beau-fils de la princesse Micaela discute avant la messe avec Alexis, le fils de la défunte (Photo : Thibaud Moritz/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Décès de la princesse Micaela : la belle-mère du comte de Paris avait 83 ans

Pour cette seconde messe de funérailles, qui a précédé l’inhumation de la défunte dans le caveau familial au cimetière de Saint-Jean-de-Luz, la princesse Philomena, comtesse de Paris, avait fait le déplacement avec sa deuxième fille, la princesse Louise-Marguerite d’Orléans. La princesse Philomena représentait son époux, beau-fils de la défunte, et elle était le seul membre de la famille royale à assister à la seconde cérémonie.

La comtesse de Paris avec sa deuxième fille, la princesse Louise-Marguerite, en discussion avec Alexis Francis-Bœuf (Photo : Thibaud Moritz/ABACAPRESS.COM)

La comtesse douairière de Paris repose au cimetière de Saint-Jean-de-Luz

La comtesse douairière reposera dans le cimetière paysager du quartier Karsinenea à Saint-Jean-de-Luz. Après les funérailles, le cercueil a rejoint le caisson temporaire, durant la durée des travaux d’aménagement de ce nouveau cimetière.

Le caisson temporaire où repose la princesse Micaela avant l’aménagement du nouveau cimetière (Photo : Thibaud Moritz/ABACAPRESS.COM)

Micaela Cousino est née le 30 avril 1939, fille d’Antonia Quiñones de Léon, 4e marquise de San Carlos et de Luis Maximiliano Cousiño, héritier d’une famille de pionniers chiliens. La famille Cousiño, originaire de Galice, en Espagne, s’est installée au Chili au 18e siècle où elle s’est enrichie dans les mines d’argent et en développant l’industrie. L’arrière-grand-père de Micaela fut député et son arrière-arrière-grand-père était sénateur. Micaela a fait carrière à Madrid et à Paris, dans une agence de presse et dans l’édition. De 1961 à 1966, elle fut mariée à Jean-Robert Bœuf, dont elle a un fils, Alexis Francis-Bœuf.

En 1974, lors d’une soirée, elle rencontre le prince Henri d’Orléans, fils aîné du comte de Paris, qui porte alors le titre de comte de Clermont depuis son premier mariage. En 1977, le comte de Clermont et son épouse, la duchesse Marie-Thérèse de Wurtemberg se séparent civilement. Le mariage d’Henri et Marie-Thérèse était une union arrangée, ayant choisi son épouse dans une liste imposée par son père, d’où sont issus cinq enfants, dont l’actuel comte de Paris. Le divorce civil est prononcé en 1984 et la nullité du mariage religieux est déclarée en 2008.

Le 26 septembre 2009, le prince Henri d’Orléans, comte de Paris, se marie religieusement à Micaela, princesse de Joinville, en l’église Saint-Jean-Baptiste de l’Uhabia à Arcangues, près de Biarritz (Photo : David Nivière)

Micaela Cousino et Henri d’Orléans se sont mariés civilement en 1984, puis religieusement en 2009. En 1990, le comte de Paris accorde à Micaela, sa nouvelle belle-fille, le titre de princesse de Joinville. L’ex-épouse du comte de Clermont, la duchesse Marie-Thérèse, mère des enfants de France, reçoit le titre de duchesse de Montpensier à son divorce.

Au décès du comte de Paris en 1999, le comte de Clermont succède à son père et Micaela est connue dès lors comme la comtesse de Paris. Son époux est décédé le 21 janvier 2019 à 85 ans, le jour d’anniversaire de l’exécution de Louis XVI. La comtesse douairière de Paris vivait une vie discrète depuis le décès de son époux. Elle est décédée le dimanche 13 mars 2022 à 83 ans.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr