Le coût de la monarchie britannique dépasse pour la première fois les 100 millions £

Les activités publiques de la famille royale britannique ont repris depuis quelques mois, après deux années chamboulées par la crise sanitaire. Avec des revenus touristiques en baisse en raison de la fermeture des palais pendant la pandémie et augmentation des coûts liée aux festivités du Jubilé de platine, la monarchie britannique doit puiser dans ses réserves. Pour la première fois, le coût de la monarchie dépasse les 100 millions de livres sterling.

Lire aussi : Le prince Charles et sa famille en grande forme pour le retour de la garden-party écossaise au palais de Holyrood

La crise sanitaire a impacté le budget de la monarchie

Le rapport annuel financier de la famille royale a été publié ce 29 juin 2022. Il reprend les chiffres de l’année fiscale 2021/2022 (mars 2021 à avril 2022). La monarchie a coûté au total 102,4 millions de livres (119 millions d’euros). C’est la première fois que le coût total dépasse la barre symbolique des 100 millions. Il faut toutefois rappeler qu’une grande partie de cette somme est utilisée pour un programme de rénovation du palais de Buckingham sur 10 ans, qui devraient mener jusqu’à 2027.

La subvention royale (Sovereign Grant) était de 86,3 millions de livres (100,3 millions d’euros) durant l’année écoule. Sur cette somme, 51,8 millions de livres (60,2 millions d’euros) servent à financer les activités de la famille royale (voyages, salaire des employés, activités, etc.). Il y a donc 34,5 millions de livres (40 millions d’euros) qui sont utilisés pour renflouer le fonds destiné à la rénovation du palais de Buckingham. Ce fonds est un programme de dix ans. Il est donc temporaire. Le coût des rénovations a lui-même connu une augmentation par rapport au budget initial. Le budget initial sur 10 ans était chiffré à 369 millions de livres.

Pour rappel, la subvention royale (Sovereign Grant) accordée à la reine Elizabeth II n’est pas directement payée par le contribuable. Il s’agit d’une rétrocession accordée par le gouvernement sur un pourcentage des bénéfices nets réalisés par le Crown Estate. Le gouvernement accorde une subvention qui correspond à 15% des bénéfices du Crown Estate de la Reine. Depuis la mise en place du fonds de rénovation de Buckingham, la subvention est temporairement passée à 25%.

Le Crown Estate est un portefeuille d’actifs principalement composé de propriétés (comme Windsor, Ascot, des centres commerciaux,…) dont le Trésor de Sa Majesté (soit le gouvernement) tire profit. La subvention (sans prendre en compte la rénovation de Buckingham) correspond à 15% des revenus engendrés par le Crown Estate lors des deux années antérieures. Le bénéfice net du Crown Estate pour l’exercice 2019/2020 s’élevait à 345 millions de livres sterling, ce qui correspond bien à une subvention (ou rétribution) de 51,8 millions de livres sterling pour 2021/22.

La monarchie a donc coûté 1,29 £ (1,50 €) à chaque citoyen britannique sur l’année écoulée. Ce chiffre comprend la part utilisée pour le programme de rénovation de Buckingham. Si on ne compte que la partie réellement utilisée pour faire fonctionner la monarchie, ce total revient à 77 pence (0,89€) par citoyen.

Le rapport financier annuel de la monarchie britannique a été rendu public pour l’année 2021/2022 (Photo : Stephen Lock / i-Images/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Elizabeth II apparaît au balcon de Buckingham avec les trois prochains rois pour clore son Jubilé de platine

La famille royale a assuré 2300 engagements en un an

Le rapport annuel détaille également toutes les activités menées par la famille royale. La reine Elizabeth II a personnellement assuré 201 engagements officiels durant l’année 2021/2022. La reine et les membres actifs de la famille ont assuré au total 2300 engagements au Royaume-Uni et à l’étranger.

Les comptes de Buckingham sont dans le rouge. Il va falloir cette année puiser dans les réserves car les chiffres dépassent de près de 15 millions ceux qui étaient annoncés. La différence est due à la fermeture des palais durant la crise sanitaire et à l’inverse, l’augmentation des dépenses en raison du Jubilé de platine.

Le manque à gagner dû à la fermeture des palais au public est estimé à 18 millions de livres. Malgré la réouverture des lieux au public ces derniers mois, les chiffres indiquent une fréquentation de moitié moins comparée à la période pré-covid. Buckingham s’est donc montré créatif en mettant en place d’autres types de visites et des revenus alternatifs, permettant de récupérer environ 9,9 millions de livres. Le dépassement des coûts est également dû aux activités plus intenses menées par la famille, notamment à l’étranger, en raison des célébrations du Jubilé de platine.

La famille royale a effectué de nombreux voyages à l’étranger, parfois pour de longues périodes, afin de célébrer les 70 ans de règne de la reine Elizabeth II dans les différents royaumes du Commonwealth. Par exemple, le voyage aux Caraïbes du duc et de la duchesse de Cambridge a coûté environ 226 000 livres (262 000 euros). Le coût total des voyages de la famille à l’étranger s’élève à 4,5 millions de livres. Le palais explique que le prince Charles a totalement fait passer au vert le carburant utilisé pour les avions transportant les membres de la famille royale. Le prix du carburant vert pour avion est nettement plus élevé.

Par ailleurs, la masse salariale du personnel de Buckingham représente 23,7 millions de livres sterling (27,5 millions d’euros) sur les 51,8 millions alloués par la subvention. Les employés qui travaillent pour la Reine correspondent à 491 temps plein. Les frais de ménage du palais de Buckingham s’élèvent à 700 000 livres, les dépenses alimentaires s’élèvent à 600 000 livres et les coûts de l’alcool servi durant les événements festifs officiels s’élèvent à 400 000 livres.

Par ailleurs, le prince de Galles a gagné 23 millions de livres grâce à son Duché de Cornouailles. Le prince Charles a versé volontairement 5,8 millions de livres (6,5 millions d’euros) aux impôts. Le prince Charles paie ses impôts depuis de nombreuses années sur base volontaire car il n’est pas soumis à l’imposition.

Pour la première fois, les trois grands bureaux de la famille (Buckingham, Clarence House et Kensington) ont aussi inclus le pourcentage de personnel issu de minorités ethniques dans leur rapport. À Clarence House, 10,6% du personnel qui travaille pour le prince Charles et Camilla est issu d’une minorité ethnique. À Buckingham, le chiffre est de 9,6%, alors qu’au palais de Kensington, 13,6% du personnel au service du prince William et sa famille est issu d’une minorité ethnique. L’objectif que s’était fixé Buckingham était d’atteindre les 10%. On estime que 13% de la population du pays est issue d’une minorité ethnique.

Quant au prince Harry, il est pour la première fois totalement indépendant financièrement et n’apparaît plus dans aucun rapport, que ce soit de Clarence Hosue ou de Buckingham. Il a donc payé lui-même les dépenses liées à son voyage à Pâques avec Meghan Markle, Archie et Lilibet. Pour rappel, il avait également remboursé totalement les 2,4 millions de livres qu’avaient coûté les rénovations de Frogmore Cottage, son domicile à Windsor.

Tous les articles sur argent
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr