La reine Elizabeth II refuse de rendre les restes d’un prince éthiopien et déclenche un incident diplomatique

Depuis 12 ans, le gouvernement éthiopien implore la reine Elizabeth II de leur rendre les restes de la dépouille du prince Alemayehou. Ce prince exilé en Grande-Bretagne fin du 19e siècle est enterré dans les catacombes du château de Windsor et la reine refuse de le rendre à son pays, malgré les demandes à répétition du gouvernement.

Le fils de l’Empereur d’Éthiopie a vécu auprès de la reine Victoria

Dans les catacombes du château de Windsor, à côté de la Chapelle Saint-Georges, repose le prince Alemayehou. Il est le fils du negusse negest Téwodros II, qui s’est suicidé lorsque les force armées britanniques ont envahi le pays, en 1868. L’empereur Téwodros II avait pris le consul de Grande-Bretagne ainsi que des Européens en otages, tenus captifs dans sa forteresse. Lorsque son armée fut détruite et que sa forteresse fut prise par les Britanniques, il a préféré se suicider, d’une balle dans la tête. Envoyé en Angleterre (ou pris captif par les Anglais, cela dépend des versions et des points de vue de chaque camp), le fils du roi des rois, le prince Alemayahou, est amené à rencontrer la reine Victoria.

Le prince Alemayehou avant d’être emmené en Angleterre (Photo :commons.wikimedia)

Le prince Alemayehou a eu l’honneur d’être enterrer dans les catacombes à Windsor

La reine Victoria, qui fut non seulement une grande reine, fut aussi une appelée la grand-mère de l’Europe. En plus de ses 9 enfants, tout au long de sa vie, elle a adopté des enfants, de façon non-officielle. Ce fut le cas du petit prince Alemayahou qu’elle trouvait « mignon, poli et gracieux ». Orphelin (sa mère ayant perdu la vie suite à une maladie attrapée juste après la mort de son mari), le prince Alemayehou a vécu à la cour d’Angleterre durant quelques années. En 1879, il meurt, atteint de la tuberculose. C’est la reine Victoria qui a exigé que son corps soit enterré dans les catacombes.

Le prince Alemayehou, habillé en Européen, une fois arrivé en Angleterre

L’Éthiopie exige à le reine de rendre la dépouille du prince

Depuis 2007, l’Éthiopie souhaite récupérer la dépouille. Après 12 ans de demandes incessantes, l’ambassadeur d’Éthiopie à Londres, Fesseha Shawel Gebre a une fois de plus imploré la reine de l’écouter. Monsieur Fesseha n’est pas tendre dans ses propos et l’incident diplomatique n’est pas loin. « S’il n’avait pas été enlevé, s’il n’avait pas perdu son père, il aurait été le prochain roi d’Éthiopie ». Comme réponse officielle, le secrétaire de la reine a répondu à l’ambassadeur qu’elle n’acceptait pas sa requête car d’autres corps ont été enterrés à cet endroit, et que personne ne voulait porter préjudice aux autres dépouilles. En effet, rien qu’entre 1845 et 1887, 40 personnes ont été enterrées dans les catacombes.

Elizabeth II refuse d’exhumer le corps

Pour identifier la dépouille en question, il faudrait exhumer plusieurs corps et procéder à des analyses. « Je ne pense pas qu’ils aient oublié où ils l’ont mis. Il existe des registres », rétorque l’ambassadeur, peu convaincu par l’excuse. « Est-ce qu’elle irait au lit heureuse chaque soir si l’un des membres de la famille royale britannique était enterré ailleurs, tenu captif comme un prisonnier de guerre », continue l’ambassadeur. Le Royaume-Uni a déjà fait preuve de bonne volonté, en mars dernier, lorsque le Musée national de l’armée de Chelsea, a rendu à l’Éthiopie, une mèche de cheveux ayant appartenu à Téwodros. Cette mèche avait été coupée de la tête de l’empereur par les Britanniques, lors de leur victoire. Le porte-parole du palais a commenté publiquement le désaccord : « Nous sommes au courant de ce problème sensible et complexe. Cela fait de nombreuses années qu’on en parle avec le gouvernement éthiopien ».

Qui était le prince Alemayehou ?

Né en 1861, dans l’Empire éthiopien, le prince Alemayehou est le fils du negus negest Téwodros II. Élevé à la cour impériale, il est tenu captif par les Anglais, suite au suicide de son père et est envoyé en Angleterre. À sa mort, la reine Victoria lui fera l’honneur de l’enterrer dans les catacombes de la Chapelle Saint-Georges. Il est encore aujourd’hui le seul membre d’une famille royale étrangère à y reposer.

Dessin de l’empereur Téwodros II

Son père Téwodros II est negus negest. Le titre veut dire « roi des rois ». C’est pourquoi, en français, on l’appelle parfois roi Téwodros et parfois empereur. Jusqu’en 1974, l’Éthiopie était un empire, aussi désigné sous le nom d’Abyssinie. L’Éthiopie et le Liberia furent les deux seuls pays africains à rester indépendants durant la période coloniale européenne. Avant la fin de l’Empire en 1974, l’Éthiopie, l’Iran et le Japon étaient les trois seuls pays à être des empires. Aujourd’hui, seul le Japon l’est encore. Le nom Téwodros est aussi francisé en Théodore et on peut parfois lire son nom en tant que Théodore II, roi d’Abyssinie.

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.