Le roi du Bhoutan appelle à plus de fermeté et de discipline personnelle lors de la 114e fête nationale

Le roi Jigme Khesar Wangchuck a prononcé son traditionnel discours de fête nationale ce 17 décembre. Dans son discours, le roi du Bhoutan a rappelé le contexte de la crise sanitaire mais il a aussi fait part des ses craintes quant à la possibilité de manquer le virage technologique. Étonnamment, le roi du Bhoutan, qui a un règne plus moderne que son père, a demandé à plus de fermeté et d’autres valeurs centrales du règne de son père.

Lire aussi : La reine du Bhoutan emmène ses deux fils dans le village de ses ancêtres

Discours de fête nationale du roi Jigme Khesar Wangchuck en 2021

Le roi Jigme Khesar Wangchuck a débuté son discours en rappelant le contexte sanitaire actuel. «Malgré les menaces de la pandémie de Covid-19, nous avons continué à poursuivre avec succès nos objectifs nationaux.» Le roi s’est aussi félicité du fait que «le gouvernement royal a réussi à vacciner la grande majorité de notre peuple. Cela a été possible grâce à l’aide généreuse de nombreux pays comme l’Inde, les États-Unis d’Amérique, la Chine, le Danemark, la Bulgarie, la Croatie et d’autres partenaires de l’Initiative COVAX. La qualité et l’efficacité de vaccins tels que Pfizer, Moderna, AstraZeneca, Covishield et Sinopharm ont été impressionnantes. Le peuple du Bhoutan apprécie profondément l’aide qui nous a été fournie en ces temps difficiles.»

Le roi affirme qu’aujourd’hui le Bhoutan «est en sécurité et en paix» mais que la population n’a qu’une seule envie, savoir quand se terminera la pandémie. « S’il est difficile de fournir une réponse définitive, la tâche la plus importante qui nous attend est de rester pleinement préparés et vigilants.» Le roi a rappelé la nécessité de «redoubler d’efforts pour lutter contre la pandémie.»

Après avoir parlé de la crise sanitaire, le roi a listé quelques uns des défis prochains qui attendent la population. «Notre voyage à venir sera semé d’embûches. Au cours de notre vie, la population mondiale augmentera de façon exponentielle. Cette situation sera aggravée par les pandémies récurrentes et l’impact du changement climatique. L’accès inégal au savoir et à la technologie créera de plus grandes disparités en matière d’éducation, d’opportunités et de richesse. Les conflits entre les nations puissantes peuvent être inévitables. Blockchain, Fintech, Quantum Computing, réalité artificielle, réalité virtuelle, Metaverse, Robotics, Machine Learning et Web 3.0 ne sont que quelques-uns des changements rapides et radicaux provoqués par les avancées technologiques que nous commençons à voir. Les percées dans les nanotechnologies, les biotechnologies et la génomique transformeront l’avenir. Ce qui me préoccupe profondément, c’est de savoir si notre peuple sera en mesure de profiter de ces opportunités ou si nous serons laissés pour compte en raison de notre incapacité à nous adapter.»

Le roi Jigme Khesar Wangchuck lors du défilé de fête nationale à côté de son père, l’ancien roi Jigme Singye Wangchuck (Photo : ddp images/PPE/Royal House/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : 10 ans d’un amour royal et monogame au Bhoutan

Le roi a donné l’exemple de l’hydroélectricité, un secteur dans lequel le pays a réussi à s’imposer au moment opportun. «Il est impératif de saisir l’opportunité et d’améliorer les capacités de notre population, et de renforcer le cadre économique et de gouvernance pour exploiter le potentiel inauguré par ces changements technologiques rapides et dynamiques.» Le roi a pointé du doigt l’accès à l’enseignement, qui est encore restreint dans les zones rurales. «Nous devons comprendre que les connaissances et les compétences, si elles ne sont pas renouvelées, deviendront bientôt obsolètes. Nous devons nous inculquer une culture d’apprentissage tout au long de la vie.»

«À mesure que nos jeunes mûrissent et deviennent adultes, ils doivent assumer de plus grandes responsabilités. Ils devront prendre soin de leurs parents, travailler et se constituer un patrimoine pour assurer leur avenir. Lorsqu’ils ne trouvent pas d’opportunités chez eux pour réaliser leurs aspirations, ils se dirigent inévitablement vers l’étranger. Si nous ne parvenons pas à créer de meilleures opportunités économiques pour notre peuple dans notre pays d’ici une décennie ou deux, il y aura une pénurie de jeunes au Bhoutan.»

«Des experts et des professionnels étrangers ont déclaré que nos règles, réglementations, lois et procédures institutionnelles sont parmi les meilleures au monde. Pourtant, nous ne sommes pas en mesure d’en récolter les bénéfices. Nous sommes une société compatissante et soudée. Nous hésitons à donner nos opinions honnêtes ou à prendre des mesures audacieuses, qui pourraient risquer d’offenser ou de déplaire aux autres. En conséquence, la force de notre caractère national, illustrée par le courage et la détermination de nos ancêtres, s’est affaiblie ; la complaisance s’est installée, la discipline a diminué et la corruption est en hausse. Cela a malheureusement donné lieu à une perception populaire selon laquelle deux lois coexistent dans le même pays. Si nous permettons à de telles pratiques de proliférer, nous deviendrons plus vulnérables à des risques et dangers encore plus grands. Nous sommes tous conscients que nous sommes un petit pays enclavé et en développement avec une petite population et des ressources limitées. Alors que le monde qui nous entoure change rapidement et que l’avenir devient plus incertain, nous devenons plus vulnérables.»

«La force de notre caractère national, notre courage, notre courage et notre courage doivent définir chaque aspect de notre entreprise nationale. J’ai été témoin de l’audace, de la rigueur, de la détermination et de la sévérité qui avaient défini le règne de Sa Majesté le quatrième roi. Malheureusement, ces qualités se sont détériorées au cours des quinze dernières années de mon règne.»

«À partir de maintenant, nous devons tous adopter avec audace la responsabilité comme mesure de notre service, si nous hésitons, dévions et commettons une erreur au service de notre pays. En tant que roi, je dois d’abord et avant tout incarner l’idéal de responsabilité. Je ne dis pas cela pour déclencher une alerte ou de l’anxiété. Nous n’arrivons pas trop tard à définir nos priorités, à recentrer nos objectifs nationaux et à réaligner nos priorités et stratégies nationales. Si le roi, le gouvernement et le peuple continuent de travailler main dans la main avec dévouement, persévérance et courage, nous avons encore toutes les chances de renforcer davantage notre pays et d’atteindre une plus grande prospérité pour notre peuple.»

«La responsabilité doit désormais devenir la pierre angulaire de la gouvernance. Nous devons corriger ceux qui s’écartent, être fermes avec ceux qui ne livrent pas, remplacer ceux qui sont incompétents et mettre fin à ceux qui sous-performent et sont donc devenus une responsabilité pour notre système et notre nation. Nous ne devons pas hésiter à dénoncer ceux qui se livrent à des pratiques de corruption, afin d’envoyer un signal fort pour dissuader les autres de le faire.» Le roi a conclu son discours en expliquant que rien de ceci n’était nouveau. Cette prise de position reflète les discours de la population lors de leur vie quotidienne. «Plutôt que de laisser ces préoccupations et ces sentiments dans les confins de vos maisons, je les réarticule aujourd’hui en tant que roi et commandant de cette fête nationale.»

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr