Le roi Felipe VI met en garde contre les divisions qui menacent l’Espagne dans son discours de réveillon de Noël 2022

À 21 heures précises ce 24 décembre 2022, le roi Felipe VI d’Espagne a prononcé son traditionnel discours de Noël. Le roi Felipe a rappelé les faits marquants de cette année 2022, soulignant la guerre en Ukraine et l’incertitude qui règne dans chaque foyer. Le roi Felipe a prononcé un discours rassembleur, rappelant les divisions qui menacent aujourd’hui l’Espagne et la démocratie.

YouTube video

Lire aussi : Le discours de Noël 2022 du grand-duc Henri de Luxembourg

Discours complet du roi Felipe VI du 24 décembre 2022

Le 24 décembre, jour du réveillon de Noël, le roi Philippe de Belgique, le grand-duc Henri de Luxembourg et le roi Felipe VI d’Espagne prononcent leur discours annuel. D’autres souverains, comme le roi Willem-Alexander des Pays-Bas ou le roi Charles III, prononcent leur discours le jour de Noël. Enfin, d’autres attendent le Nouvel an pour présenter leurs vœux.

Le roi Felipe VI prononce son traditionnel discours de réveillon de Noël (Photo : capture d’écran vidéo Casa de SM el Rey)

Lire aussi : Le discours de Noël 2022 du roi Philippe : « Notre plus grande richesse, ce sont les liens que nous tissons »

Cette année, le roi Felipe VI a déclaré : « Je suis très heureux d’être dans vos maisons et de continuer à accomplir cette tradition de transmettre mes meilleurs vœux, en particulier pour la paix, en cette veille de Noël ; et aussi de partager avec vous quelques réflexions sur les événements les plus pertinents de l’année qui s’achève.

2022 a été − elle l’est encore − compliquée et difficile. Comme ces dernières années n’ont pas été faciles. Juste au moment où nous pensions avoir dépassé le pire de la pandémie – certainement la meilleure nouvelle – en février, la Russie a envahi l’Ukraine et, depuis lors, nous avons assisté à 10 mois de guerre qui ont déjà provoqué un niveau de destruction et de ruine insupportable à imaginer en notre réalité quotidienne. Nous avons vécu les souffrances du peuple ukrainien et continuons de ressentir, avec une profonde tristesse, la perte de milliers de vies humaines.

Nous adressons notre mémoire et notre affection aux réfugiés ukrainiens dans notre pays et à tous leurs compatriotes, particulièrement aujourd’hui.

Ainsi, nous sommes face à une nouvelle guerre en Europe, aux frontières de certains de nos partenaires et alliés européens, et donc proches de nous ; et cela affecte non seulement l’Ukraine, mais a également une importance mondiale.

Par conséquent, notre sécurité a également été affectée. L’Espagne, en plus de renforcer la capacité de défense collective avec nos alliés, s’est jointe à la grande majorité de la communauté internationale pour soutenir l’Ukraine ; et de réaffirmer son engagement que la souveraineté, l’intégrité territoriale et l’indépendance des États sont des principes inaliénables d’un ordre international fondé sur des règles et qu’il doit toujours rechercher la paix. 

En ce sens, le sommet de l’OTAN qui s’est tenu en Espagne, à Madrid, a servi à renforcer l’unité de tous les membres de l’Alliance, mais aussi de l’Union européenne.

Cette guerre, ainsi que les effets de la pandémie, ont également, comme on le voit, un impact profond sur l’économie ; Elle a provoqué une crise énergétique lourde de conséquences pour l’industrie, le commerce, les transports et surtout pour les économies familiales.

La hausse des prix, notamment alimentaires, provoque l’insécurité dans les habitations. Devoir s’occuper des tâches quotidiennes, comme allumer le chauffage ou la lumière ou remplir le réservoir d’essence, finit par être une source d’inquiétude et implique – dans bien des cas – d’importants sacrifices personnels et familiaux. Car, en effet, il y a des familles qui ne peuvent faire face à cette situation de manière prolongée et qui ont besoin du soutien continu des pouvoirs publics pour en atténuer les effets économiques et sociaux.

Tout le nouveau scénario que nous vivons – la guerre, la situation économique et sociale, l’instabilité et les tensions dans les relations internationales – provoque logiquement une grande inquiétude et incertitude dans notre société. Nous ne pouvons pas ignorer la gravité de ces problèmes, mais nous ne pouvons pas non plus nier que les choses peuvent changer et s’améliorer.

Tout d’abord – et encore une fois – nous devons avoir confiance en nous, en tant que Nation. La transformation et la modernisation de l’Espagne au cours des 4 dernières décennies, grâce au succès de notre transition vers la démocratie et à l’approbation de notre Constitution, garantissent cette confiance. Tout comme elle se justifie aussi par le dépassement d’autres crises économiques, sociales ou institutionnelles que nous avons connues ; la plus récente, celle du Covid. Nous sommes un pays qui, comme aujourd’hui, a toujours su répondre – non sans difficultés ni sacrifices – à toutes les adversités, qui n’ont pas été rares tout au long de ces années.

En plus de croire en nous-mêmes, en nos capacités, nous avons besoin – toujours, mais plus encore dans les moments difficiles – du plus grand engagement de tous envers notre démocratie et envers l’Europe, envers l’Union européenne, qui sont les deux piliers sur lesquels reposent notre présent et notre avenir.

Les démocraties du monde entier sont exposées à de nombreux risques qui ne sont pas nouveaux ; mais lorsqu’ils les subissent aujourd’hui, ils acquièrent une intensité particulière. Et l’Espagne ne fait pas exception. Mais il y en a trois sur lesquels je veux me concentrer car ils me semblent très importants : la division en fait partie. La détérioration de la coexistence en est une autre ; l’érosion des institutions est la troisième.

Un pays ou une société divisée ou confrontée n’avance pas, il n’avance pas ou ne résout pas bien ses problèmes, il ne génère pas de confiance. La division rend les démocraties plus fragiles ; l’union, bien au contraire, les renforce.

En Espagne, nous le savons par notre propre expérience. Notre Constitution, fruit du dialogue et de la compréhension, représente l’union réalisée entre les Espagnols, comme un engagement pour l’avenir, la diversité et l’harmonie, pour une jeune démocratie. Aujourd’hui, après toutes ces années, nos valeurs constitutionnelles sont ancrées dans notre société ; et pour cette raison, elles sont la référence où nous, Espagnols, devons continuer à trouver l’union qui assure la stabilité, la cohésion et le progrès. Et cela nous garantit une coexistence qui, comme je l’ai souvent souligné, est notre plus grand héritage.

Une coexistence qui exige dans notre vie collective la pleine reconnaissance de nos libertés, ainsi que le respect et la considération des personnes, de leurs convictions et de leur dignité. Que vous avez besoin d’être guidé par la raison ; qui demande de faire passer la volonté d’intégration avant la volonté d’exclusion.

Dans cette tâche, nous devons renforcer nos institutions. Des institutions solides qui protègent les citoyens, répondent à leurs préoccupations, garantissent leurs droits et aident les familles et les jeunes à surmonter bon nombre de leurs problèmes quotidiens. Des institutions qui répondent à l’intérêt général et exercent leurs fonctions avec une collaboration loyale, dans le respect de la Constitution et des lois, et sont un exemple d’intégrité et de droiture. Et c’est un objectif quotidien auquel les Institutions doivent toujours s’engager.

Je crois qu’en ce moment, nous devons tous faire preuve de responsabilité et réfléchir de manière constructive aux conséquences que l’ignorance de ces risques peut avoir pour notre syndicat, pour notre coexistence et nos institutions.

Nous ne pouvons pas tenir pour acquis tout ce que nous avons construit. Près de 45 ans se sont écoulés depuis l’approbation de la Constitution et bien sûr beaucoup de choses ont changé et continueront de changer. Mais l’esprit qui lui a donné naissance, ses principes et ses fondements, qui sont l’œuvre de tous, ne peuvent être affaiblis ou oubliés. Ils sont une valeur unique dans notre histoire constitutionnelle et politique que nous devons protéger, car ils sont le lieu où nous, Espagnols, nous reconnaissons et où nous nous acceptons, malgré nos différences ; l’endroit où nous avons vécu ensemble et où nous vivons ensemble dans la liberté.

L’Europe est le deuxième engagement que j’évoquais tout à l’heure. L’Europe représentait et représente pour l’Espagne aussi la liberté. Elle a contribué à consolider notre démocratie, à stimuler notre croissance économique et notre développement social.

Aujourd’hui, nous partageons nombre de leurs problèmes et contribuons à leurs décisions avec nos propres personnalités et intérêts. Les défis communs auxquels nous sommes confrontés, qu’ils soient sanitaires, financiers ou liés à notre modèle énergétique ou environnemental, reçoivent des solutions intégrées dans le cadre commun de l’Union européenne. Pour cette raison, ce qui se décide chaque jour dans l’Union affecte – et beaucoup – la vie quotidienne de tous les Espagnols. C’est la réalité.

Nous sommes l’Europe, mais nous avons aussi besoin de l’Europe, qui est notre grand cadre de référence politique, économique et social et qui, par conséquent, nous offre certitude et sécurité. Je suis sûr que l’engagement de l’Espagne sera renforcé avec la présidence tournante de l’Union qu’elle assumera l’année prochaine. 

J’ai dit au début que nous vivons à une époque, sans aucun doute, d’incertitude. Mais si le succès d’une nation dépend du caractère de ses citoyens, de la personnalité et de l’esprit qui animent sa société, nous devons avoir des raisons d’envisager l’avenir avec espoir. 

Nous sommes l’une des grandes nations du monde, avec plusieurs siècles d’histoire, et nous, les Espagnols, devons continuer à décider ensemble de notre destin, de notre avenir. Prendre soin de notre démocratie; protéger la coexistence; renforcer nos institutions. 

Nous devons continuer à partager des objectifs avec un esprit permanent de renouvellement et d’adaptation à l’époque. Avec confiance dans notre pays, dans une Espagne que je connais bien, courageuse et ouverte sur le monde : l’Espagne qui recherche la sérénité, la paix, la tranquillité ; une Espagne responsable, créative, vitale et solidaire. Cette Espagne est celle que je vois, celle que j’entends, celle que je ressens chez beaucoup d’entre vous ; et celui qui, encore une fois, sortira vainqueur. C’est entre nos mains à tous. 

Et enfin, en cette nuit très spéciale, je vous remercie beaucoup pour votre attention et, avec la reine et nos filles la princesse Leonor et l’infante Sofía, je vous souhaite un très joyeux Noël et une nouvelle année.»

Avatar photo
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr