Le duc de Kent à l’enterrement à Ypres de 9 soldats britanniques tombés il y a 100 ans

Le prince Edward, duc de Kent, était à Ypres ce 17 novembre pour assister à la mise en terre de neuf cercueils contenant les dépouilles de soldats britanniques morts durant la Première guerre mondiale. Entouré des familles de certains soldats identifiés, le cousin de la reine Elizabeth II a assisté à cette émouvante cérémonie organisée dans ce cimetière militaire en Belgique, là où ils reposeront dorénavant, parmi des dizaines de milliers de tombes d’autres soldats du Commonwealth. Il s’est ensuite recueilli au mémorial de la Porte de Menin.

Lire aussi : Le duc de Kent marque les 50 ans d’un régiment au palais de Holyrood

Le duc de Kent au cimetière militaire de Tyne Cot

En 2018, en faisant des travaux de construction, huit corps ont été retrouvés en Belgique. Un neuvième corps a été retrouvé séparément. Les experts ont permis d’identifier sept des neuf dépouilles à l’aide des objets personnels trouvés sur eux. Il s’agit de soldats britanniques décédés lors de la bataille de Passendale, en octobre 1917. Le village de Passendale est situé à une dizaine de kilomètres au nord-est d’Ypres, dans la province de Flandre-Occidentale.

Le duc de Kent assiste à la cérémonie d’enterrement des soldats britanniques (Photo : Gareth Fuller/PA Photos/ABACAPRESS.COM)

Ce 17 novembre, le duc de Kent, 86 ans, s’est rendu en Belgique pour représenter la famille royale lors du dernier adieu à ces soldats, dont huit appartenaient au 11e bataillon des Northumberland Fusiliers. Les dépouilles ont été enterrées dans le cimetière de militaire de Tyne Cot, près de Passendale. Les familles des soldats identifiés avaient aussi fait le déplacement pour assister à cette mise en terre émouvante.

Lire aussi : Le duc de Kent se lève à Wimbledon pour saluer celle à l’origine du vaccin d’AstraZeneca

Le duc de Kent se recueille à la Porte de Menin

Après l’enterrement des soldats, le duc de Kent s’est rendu à la Porte de Menin où il a déposé une couronne de fleurs sous l’arc. Cette porte, située à la sortie de la ville d’Ypres, sert de mémorial aux soldats du Commonwealth morts lors de la Première guerre mondiale. Le mémorial, qui rappelle la forme d’un arc de triomphe, a été édifié en 1927. Le nom de plus de 54 000 hommes disparus est inscrit sur les murs de la porte. Depuis 1928, sans interruption, la même cérémonie se déroule à 20 heures précises tous les jours.

Le duc de Kent se recueille à la Porte de Menin (Photo : Gareth Fuller/PA Photos/ABACAPRESS.COM)
La Porte de Menin est un mémorial en mémoire des soldats du Commonwealth. Il s’agit d’un arc qui traverse la route permettant de sortir d’Ypres (Photo : Wikimedia Commons)

Tous les jours, le trafic est interrompu sous la porte à 20 heures. Les clairons de la brigade d’Ypres jouent le Last Post, qui est la sonnerie aux morts réglementaire dans l’armée britannique. Cette cérémonie a lieu depuis 1928 et lors de la Seconde guerre mondiale, la Belgique étant occupée par les Allemands, elle fut déplacée et eut lieu symboliquement en Angleterre pour ne pas interrompre la tradition. Le soir même de la libération d’Ypres par les Polonais en septembre 1944, la cérémonie repris à 20 heures à la Porte de Menin.

Photo d’archives d’une cérémonie du Last Post qui a lieu chaque soir à 20 heures sous la porte (Photo : Wikimedia Commons)

La cérémonie habituelle se termine par les clairons qui jouent le Réveil, un appel joué historiquement en début de journée, pour réveiller les troupes du sommeil et les rappeler à leurs devoirs. Comme l’explique l’Evening Sandard, cette sonnerie de réveil «symbolise non seulement un retour à la vie quotidienne à la fin de la cérémonie, mais aussi l’ultime résurrection des morts au Jugement dernier.»

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr