Le duc de San Clemente dénonce les «calomnies» du chanteur Sting

Le chanteur britannique Sting, propriétaire d’un vignoble toscan depuis 1997, et les héritiers de l’ancien propriétaire du domaine se répondent par médias interposés. Le duc de San Clemente demande des excuses au chanteur, dont les déclarations dans la presse salissent la réputation de la famille. Sting a affirmé avoir été trompé par une ruse de la part du défunt duc, lors de l’achat de son vignoble.

Lire aussi : Catherine de Limburg Stirum et Frédéric de Gaiffier : la noblesse belge se déplace en Tunisie pour la bonne cause

Sting prétend avoir été trompé lors de l’achat de sa villa à Florence

Tout a commencé lorsque Sting a accordé une interview au journal italien Corriere della Sera. Sting, de son vrai nom Gordon Matthew Thomas Sumner, 69 ans, est devenu propriétaire du domaine Il Palagio, en 1997. Le chanteur a acheté se vignoble toscan, situé à quelques kilomètres de Florence, avec sa femme Trudie Styler. Ce manoir du XVIe siècle est entouré de 350 hectares de forêts, jardins, oliveraies et vignobles à flancs de collines.

Sting raconte son coup de foudre pour cette villa «délabrée, mais plein de charme». C’est alors que l’ancien propriétaire aurait fait preuve de ruse pour lui faire acheter son domaine. L’ancien propriétaire n’est autre que le duc Simone Vincenzo Velluti Zati de San Clemente, décédé en 2012. «Le duc nous a offert un verre de rouge dans une carafe lors d’une de nos premières visites à Il Palagio. Nous étions en train de négocier l’achat. Nous aimions beaucoup la propriété, même si elle était en ruines. Le duc m’a demandé si je voulais goûter le vin produit par le domaine et j’ai dit oui. C’était un excellent vin et cela m’a convaincu d’acheter également les vignobles».

La villa sur le domaine Il Palagio (Photo : DR)

Après avoir acheté le domaine, le chanteur a produit son vin et rapidement, il s’est rendu compte que ses invités avaient du mal à le boire. «Puis nous nous sommes rendu compte que le duc nous avait servi un Barolo et non un vin local», affirme le chanteur. «C’est alors que nous avons décidé de prendre notre revanche et de montrer qu’il était possible de produire un excellent vin à partir des vignobles du Palagio. Toute notre aventure toscane était en fait une façon de nous venger.»

YouTube video

Le duc de San Clemente lave l’honneur de son père

Ces déclarations du chanteur n’ont pas plu à l’actuel duc de San Clemente, fils de l’ancien propriétaire. Dans une interview accordée à Il Fatto Quotidiano, le duc de San Clemente, également prénommé Simone, qualifie les propos de Sting de «calomnie fausse et empoisonnée». «Outre le fait qu’un gentleman d’expérience internationale comme Sting ne devrait pas confondre Barolo et Chianti, Nebbiolo et Sangiovese, rien ne pourrait être plus étranger au caractère, aux habitudes, au comportement, en un mot, à l’esprit de mon père, que de se comporter comme un aubergiste escroc», rétorque le duc.

Sting affirme avoir été trompé lors de l’achat d’Il Palagio (Photo : Wikimedia Commons)

En plus de demander que le chanteur présente ses excuses, le duc a dit ce qu’il pensait de la rénovation de l’ancienne propriété familiale, à présent équipée d’une piscine et d’une salle de sport. «Aujourd’hui, la comparaison entre Il Palagio du passé et celui rénové aujourd’hui par Sting est déplorable. Le Palagio est désormais un complexe de style Palm Beach». Des propos repris dans Page Six.

«Il utilise même les armoiries de ma famille sur ses étiquettes de vin. Cela ne semble pas bien venu lorsqu’il choisit d’insulter publiquement mon père.» Aujourd’hui, Il Palagio produit 150 000 bouteilles par an. «Sting, qui au départ ne connaissait rien au vin, s’est trompé, ou a tout inventé», clame le duc.

La famille Velluti-Zati a obtenu le titre de duc de San Clemente en 1928. Le titre s’accompagne d’autres titres subsidiaires de marquis de Rifesi, baron de Campogrande et Cangemi, Patrizio Fiorentino. À la fin du XVIIIe siècle, Simone Vincenzo Velluti-Zati a acheté le Palazzo del Pretendente à Florence, appartenant alors à la famille Guadagni. Le palais florentin est aujourd’hui connu comme le palais de San Clemente.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr