Emmanuel-Philibert de Savoie reçoit la réplique de la couronne d’Italie pour son père

Aucun roi d’Italie n’a été couronné. La fameuse couronne de la famille royale de Savoie a existé et a malheureusement été détruite. Elle a toutefois continué à exister sous forme de symbole héraldique et elle fut décrite à travers des textes de loi. Un chevalier des ordres dynastiques de la Maison de Savoie en a réalisé une copie exacte, qu’il a apportée jusqu’à Genève pour la remettre à Victor-Emmanuel de Savoie, prétendant au trône d’Italie. C’est son fils, le prince Emmanuel-Philibert qui a réceptionné la précieuse couronne pour son père.

Lire aussi : Les monarchistes tchèques offrent une couronne au petit-fils du dernier roi de Bohême

La couronne perdue de la famille de Savoie qui devint le symbole du royaume d’Italie

Il fut un temps où la famille royale de Savoie possédait une véritable couronne en or et en velours. La Couronne de Savoie a été fabriquée à l’époque où la famille royale a commencé à régner sur le royaume de Sardaigne, c’est pourquoi on l’appelle aussi la Couronne de Sardaigne. Durant les guerres napoléoniennes, et lorsque le Piémont fut envahi, la couronne du roi fut démontée, fondue et les pierres revendues. La couronne n’a jamais été reproduite de façon officielle. Lorsqu’en 1861, sous Victor-Emmanuel II, les différents royaumes du territoire italien furent unifiés en un seul royaume d’Italie, le roi n’avait aucune couronne à poser sur sa tête.

Victor-Amédée III, qui fut roi de Sardaigne de 1773 à 1796, pose ici avec la Couronne de Sardaigne, qui sera détruite quelques années plus tard lors des guerres napoléoniennes (Photo : Wikimedia Commons)

La Couronne de Sardaigne, ne doit pas être confondue avec la Couronne de fer, véritable joyaux qui date de l’époque du royaume d’Italie médiéval et qui a été conservée. Cette couronne est très reconnaissable par sa forme en bandeau et est encore exposée aujourd’hui dans la cathédrale de Monza.

Comme dans toutes les monarchies, les blasons, armoiries, titres, médailles honorifiques, parfois le drapeau ou l’hymne national, les décors royaux ont été officialisés et protégés par des décrets royaux. Le décret royal du 1e janvier 1890 décrit précisément les armoiries du royaume d’Italie, surmontées de la Couronne, qui ont servi de symbole héraldique au pays.

Représentation habituelle de la Couronne de Savoie, devenue la Couronne d’Italie, comme la décrit le texte de loi de 1890 (Photo : domaine public)

Lire aussi : Emmanuel-Philibert de Savoie, Louis de Bourbon et le duc de Bragance au mariage du grand-duc Georges de Russie

Le texte de loi décrit la Couronne de Sardaigne ou de Savoie comme ceci : Elle «est fermée par huit pics dorés (donc 5 sont visibles sur la représentation) posés sur des feuilles et des croix». Les pics se réunissent sur le dessus, «décorés à l’extérieur de grosses perles depuis le centre et supportant un globe doré encerclé». Le globe est surmonté d’une croix dont les trois branches sont trifoliées. D’autres motifs sont décrits dans le texte, comme les importants nœuds de Savoie qui sont représentés entre les pierres.

Un artiste reproduit la Couronne d’Italie pour l’offrir au prétendant au trône

Franco Mariani, un artiste de Cesano Maderno, de la province de Monza et de la Brianza, avait le rêve de reproduire la prestigieuse couronne des Savoie. Franco Mariani est par ailleurs chevalier de l’ordre des Saints-Maurice-et-Lazare, un ordre dynastique dirigé par la famille de Savoie, dont le grand maitre de l’ordre est le chef de la famille, à savoir Victor-Emmanuel de Savoie, fils unique du dernier roi d’Italie, Humbert II.

Ce 30 octobre, la famille royale de Savoie organisait son Chapitre général des ordres dynastiques à Genève. Franco Mariani et un ami, également membre de l’ordre, ont fait le voyage depuis leur village de Lombardie jusqu’en Suisse pour rencontrer l’héritier du prétendant au trône et lui remettre la couronne qu’ils offrent à leur «roi».

Le prince Emmanuel-Philibert de Savoie, prince de Venise, réceptionne la Couronne d’Italie au nom de son père (Photo : Ordini Dinastici della Real Casa di Savoia/Autorisation pour Histoires Royales)

Il a fallu deux ans à l’artiste pour confectionner cette précieuse couronne. Le journal local Prima Monza explique que la couronne est sertie «d’émeraudes, rubis, diamants et saphirs sur une structure en laiton doré». Emmanuel-Philibert, prince de Venise, a réceptionné le cadeau pour son père. «Un cadeau particulièrement apprécié par Emmanuel-Philibert, qui a complimenté l’artiste autodidacte aux multiples facettes».

Le cadeau a été apprécié par le prétendant au trône, qui a remercié l’artiste pour son incroyable travail, qu’il a lui-même financé, à travers une lettre. Dans sa lettre, Victor-Emmanuel «a exprimé le souhait que la Couronne royale, tout en restant en pleine propriété de la Maison royale, revienne en Brianza pour être exposée, en emprunt permanent, dans la Villa royale de Monza. En signe de la proximité de la Maison royale avec la Lombardie et celui qui a confectionné l’œuvre», comme le rapporte le communiqué de la famille de Savoie. Ainsi, l’artiste pourra admirer son œuvre plus souvent et en faire profiter le public.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr