Les monarchistes tchèques offrent une couronne au petit-fils du dernier roi de Bohême

Les monarchistes tchèques, bien que ne représentant qu’une poignée de personnes, sont très actifs. Plusieurs associations et même partis politiques espèrent le retour d’un Roi. Le candidat qui obtient les faveurs à ce titre est Karl de Habsbourg-Lorraine, respectant sans discussion les règles de succession en vigueur dans l’ancien royaume, puisqu’il est le petit-fils du dernier empereur d’Autriche, également dernier roi de Hongrie et dernier roi de Bohême. Pour son anniversaire, les monarchistes se sont cotisés pour lui offrir la couronne qu’il mérite, la couronne de saint Venceslas… à peu de choses près.

Réplique de la couronne de saint Venceslas exposée au château de Prague (Photo : WikiCommons)

Lire aussi : Francesca Thyssen-Bornemisza et sa famille en confinement dans le monastère croate de l’île de Lopud

Karl de Habsbourg-Lorrain va recevoir la réplique de la couronne de saint Venceslas

Ce 11 janvier 2021, l’archiduc Karl de Habsbourg-Lorraine qui a officialisé son divorce et présenté sa nouvelle compagne il y a quelques semaines, fêtera ses 60 ans. On l’oublie bien souvent mais le prétendant au trône impérial d’Autriche est également de facto prétendant au trône de Hongrie et au trône de Bohême. Son grand-père, le dernier empereur Charles 1e d’Autriche, connu comme le roi Charles III en Bohême, n’a jamais été couronné dans ce pays. Un privilège auquel aura droit Karl de Habsbourg. Du moins, il pourra ceindre la couronne, chez lui devant son miroir, grâce à la réplique de la couronne de saint Venceslas que lui réservent les monarchistes pour son anniversaire.

La couronne de saint Venceslas a été posée sur la tête d’un monarque pour la dernière fois en 1836, lors du couronnement de Ferdinand V. L’Association pour la restauration du royaume tchèque, fondée par Jindřich Holub, a commandé la réplique de la précieuse couronne au bijoutier Jiří Urban. Le président de l’association, Jindřich Holub, est par ailleurs maire de la petite commune de Pohleď.

Ferdinand V est le dernier roi de Bohême à avoir porté la couronne lors de son couronnement en 1836 (Image : Domaine public)

« Nous pensons que l’État tchèque manque d’un symbole de valeur durable, ce que la monarchie pourrait être dans le monde moderne », explique à Novinky le monarchiste. Selon lui, les familles royales héréditaires, qui ont des pouvoirs exécutifs limités, sont des représentants plus dignes de l’État que les présidents élus.

L’association a récolté des fonds de plusieurs autres associations et d’environ 130 donateurs privés pour payer la confection de la réplique de la couronne, qui a couté 300 000 couronnes tchèques, soit environ 11 400 €. Le bijou sera remis à un assistant de Karl de Habsbourg pour son anniversaire. Des photos de la réplique sont visibles sur Czech Radio.

Lire aussi : L’archiduc Georg devient ambassadeur de Hongrie en France

La couronne de saint Venceslas est cachée dans une chambre secrète dont le président de la République garde la clé

Avec le sceptre et l’orbe, la couronne de saint Venceslas fait partie des joyaux de la couronne de Bohême, gardés précieusement dans la cathédrale Saint-Guy de Prague, dont des répliques sont mises en exposition dans le musée du château de Prague. La couronne est la quatrième plus ancienne couronne royale d’Europe, fabriquée en 1346 pour le couronnement de Charles IV.

Le sceptre, l’orbe et la couronne. Les joyaux de la couronne de Bohême exposés au château de Prague (Photo : WikiCommons)

Lire aussi : La France restitue la couronne de la reine Ranavalona III : retour triomphal à Madagascar

La couronne en or 21 à 22 carats comprend aussi 19 saphirs, 44 spinelles, 1 rubis, 30 émeraudes et 20 perles. Elle porte le nom de Venceslas, saint patron des Tchèques. La couronne est si précieuse que l’originale est gardée dans une chambre forte au sein de la chapelle saint Venceslas dans la cathédrale Saint-Guy. Seules 7 clés permettent d’ouvrir cette chambre forte, dont un exemplaire de la clé est détenu par président de la République, un autre par le président du parlement, le président du sénat, le Premier ministre, le maire de Prague, l’archevêque de Prague et le doyen du chapitre métropolitain de Prague.

La couronne ne pouvait être que portée lors du couronnement et tout usurpateur se verrait mourrir dans l’année s’il osait poser la couronne sur sa tête, la malédiction de saint Venceslas se serait abattue sur lui.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr