Guillaume et Stéphanie de Luxembourg visitent une ancienne mine à 70 mètres sous terre

Le couple héritier luxembourgeois a visité ce 11 février le Musée national des mines de Fer (MNM). Le prince Guillaume et la princesse Stéphanie ont découvert l’histoire de ce lieu qui était encore exploité jusque dans les années 60.

Lire aussi : Guillaume de Luxembourg au vieux quartier Al Bastakiya de Dubaï et à l’Etihad Museum

Le couple héritier luxembourgeois visite le Musée national des mines luxembourgeoises

Le grand-duc héritier Guillaume et la grande-duchesse héritière Stéphanie de Luxembourg se sont rendus au sud du pays, à Rumelange, pour visiter le Musée national des mines luxembourgeoises (MNM). La collection « comprend outils, machines, engins et documents d’archives ayant trait à l’exploitation du minerai de fer au Luxembourg depuis le milieu du XIXe siècle jusqu’aux années 1980 », explique le site du musée.

(Photo : Maison du Grand-Duc / Sophie Margue)

Lire aussi : Stéphanie de Luxembourg visite deux expositions à Koerich

De nombreux objets se trouvent mis en situation dans les galeries de la mine Walert. La mine, qui sert aujourd’hui de musée, était exploitée depuis 1891 jusqu’à 1963. La mine a été ouverte au public dès 1973.

(Photo : Maison du Grand-Duc / Sophie Margue)
(Photo : Maison du Grand-Duc / Sophie Margue)

Malgré la crise sanitaire et des ouvertures aménagées en 2021, le musée a tout de même attiré 7000 visiteurs sur l’année. Le minsitre du Tourisme, Lex Delles, accompagnait le couple héritier lors de cette visite. Ils ont été accueillis sur les lieux par le bourgmestre de Rumelange, qui est aussi le président de l’association MNM.

(Photo : Maison du Grand-Duc / Sophie Margue)
(Photo : Maison du Grand-Duc / Sophie Margue)

Comme tous les autres visiteurs, Guillaume et Stéphanie ont été conduits par un train minier jusqu’à la galerie principale, située à plus de 70 mètres sous terre. « Au cours de cette exploration, des explications et des anecdotes ont été distillées sur l’exploitation de la mine que les ouvriers surnommaient « Mausfal » (souricière) en raison du danger qui les guettait quotidiennement. Les visiteurs du jour ont ainsi pu se rendre compte des conditions de travail dantesques des mineurs », explique la Cour grand-ducale.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr