Comment la reine de Suède a aidé sa famille dans le besoin en Allemagne de l’Est

Silvia Sommerlath, devenue reine de Suède en 1976, a grandi entre l’Allemagne et le Brésil. Dans un nouveau livre consacré à la reine Silvia et à sa famille pendant la guerre froide, on y apprend comment l’épouse du roi Carl XVI Gustaf a aidé les siens, et en particulier un cousin handicapé, qui vivait à Berlin-Est.

Un nouveau livre consacré à la famille allemande de la reine Silvia de Suède parle de l’aide apporté à la famille Sommerlath qui vivait à Berlin-Est (Photo : KAY NIETFELD/dpa /ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Mary de Danemark commémore les 30 ans de la chute du Mur de Berlin avec Lech Wałęsa

La famille Sommerlath a vécu une période difficile en RDA

Un livre écrit par la célèbre journaliste de SVT Ingrid Thörnqvist revient sur l’histoire de la famille Sommerlath, qui a connu des périodes difficiles jusqu’à la chute du mur de Berlin. Silvia Sommerlath, fille d’un homme d’affaires allemand et d’une Brésilienne, est née à Heidelberg en Allemagne, en 1943. Après la Seconde Guerre mondiale, ses parents déménagent au Brésil, et Silvia rentrera en Allemagne au début de son adolescence.

La reine Silvia a continué à aider les siens en Allemagne après être devenue reine de Suède. Ici avec son père, Walter Sommerlath, qui fêtait ses 89 ans en 1990 (Photo : Marcus Thielen/ DPA / ABACAPRESS.COM)

En 1972, la jeune Silvia, engagée comme hôtesse aux Jeux olympiques de Munich, croise le regard du prince héritier Carl Gustaf de Suède, qui deviendra roi en 1973, à la mort de son grand-père. En 1976, ils se marient et Silvia Sommerlath accède directement au rang de reine de Suède. Elle quitte alors sa famille, dont une partie vie des moments difficiles en RDA.

Lire aussi : La reine Silvia appelle la Première dame allemande à l’occasion de l’ouverture d’un foyer pour jeunes à Berlin

La reine Silvia a aidé un cousin handicapé qui vivait à Berlin-Est

La reine Silvia, 76 ans, a accepté de participer à la rédaction du livre de la journaliste Ingrid Thörnqvist et s’est confiée sur ses souvenirs de cette époque. Elle se rappelle qu’il était très difficile de revenir en Allemagne et que voir sa famille était presqu’impossible. Elle se souvient surtout de son oncle, Ernst Sommerlath, qui était prêtre. À l’époque, les hommes d’Église étaient très surveillés.

« C’était très compliqué d’obtenir la permission de rendre visite à mon oncle Ernst et à sa famille. Il était autorisé à garder sa villa, mais il y avait toujours un espion qui vivait dans la maison. Ils contrôlaient toutes les conversations, toute leur vie, tout ce qu’ils faisaient », explique la reine Silvia dans le livre.

Le livre parle également de la cousine de Silvia, Cornelia Grude, et de son fils Alexander, né avec des lésions cérébrales permanentes. En RDA, il n’y avait pas d’aides pour les personnes handicapées ni même de fauteuils roulants pour Alexander. L’enfant n’était même pas autoriser d’aller à l’école. Grâce à son statut de reine de Suède, Silvia a pu obtenir quelques faveurs et aider également financièrement et matériellement ses cousins, dont Alexander.

« Le soutien que nous avons reçu était incroyable. La reine a envoyé une chaise spéciale qu’Alexandre pouvait utiliser. Nous n’avions jamais rien vu de tel. Cela signifiait tellement. Dans un colis en provenance de Suède est arrivée un chaise roulante spéciale, adaptée aux enfants plus âgés », témoigne Cornelia Grude, cousine de la reine Silvia, dans le livre.

Un nouveau livre raconte la vie de la famille de Silvia en RDA (Photo : Ekerlids)

Source : Carl-Gustaf Svingel och Silvias familj i det kalla krigets Berlin

Lire aussi : Silvia de Suède reçoit un prix pour son engagement et ses fondations qui viennent en aide aux enfants

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr