Fayçal II : le jeune roi d’Irak assassiné qui inspira Hergé

C’est avec dignité que le roi Fayçal II mourut assassiné le 14 juillet 1958. Il ne montra aucune résistance lorsque la troupe d’assaut de l’armée irakienne, qui avait pénétré dans le palais royal, ordonna son exécution dans la cour, en même temps que d’autres membres de sa famille. Mort à 23 ans, le roi Fayçal fut le dernier roi d’Irak, membre de la famille royale hachémite, descendant de la prestigieuse lignée des rois de Hedjaz et petit-fils du seul et unique roi de Syrie.

Lire aussi : La dernière princesse irakienne est morte à 100 ans : Badyia avait échappé au massacre de la famille royale

Fayçal II : l’enfant-roi

Le roi Faycal II est monté sur le trône, le 4 avril 1939. Né le 2 mai 1935, il avait bientôt 4 ans quand il fut appelé à régner sur le royaume d’Irak, un royaume né en 1921 pendant le règne de son grand-père, Fayçal 1e. Le royaume d’Irak fut néanmoins administré par un mandat britannique jusqu’en 1932. C’est le fils du roi de Hedjaz et chérif de La Mecque, Fayçal 1e, qui fut le premier roi d’Irak jusqu’à sa mort. Fayçal 1e fut par ailleurs, le premier et dernier roi de Syrie. Le frère de Fayçal 1e, Abdallah, fut quant à lui roi de Jordanie. Le fils de Fayçal 1e, Ghazi, lui succéda sur le trône d’Irak. Le roi Ghazi, à son tour, mourut le 4 avril 1939 assassiné, laissant sur le trône son fils de 3 ans, Fayçal II. Plusieurs théories existent concernant l’assassinat de Ghazi, la plus fréquente étant le complot familial qui visait à éliminer Ghazi, soupçonné d’être homosexuel.

Le roi Fayçal II fut secondé durant quasiment tout son règne par Abdelilah ben Ali, oncle de son père, qui fut nommé régent. Ce dernier continua à exercer une grande influence sur le jeune Fayçal, même à partir de sa majorité en 1953. En 1948, Fayçal rencontre une jeune Française en Suisse, Geneviève Arnault. Il l’épouse en 1957. Elle deviendra veuve seulement un an après leur mariage. Cette dernière ressortira de l’anonymat des années plus tard, concernant des affaires de mœurs.

Embed from Getty Images

L’assassinat de Fayçal II d’Irak

La famille royale irakienne, qui ne fut jamais réellement acceptée, depuis la création de la monarchie, fut la première cible des nationalistes, alors que peu à peu des mouvements révolutionnaires se sont formés dans la population et au sein de l’armée. La famille royale, originaire d’Arabie saoudite, mise au pouvoir sans consultation du peuple, ainsi que le ressentiment que le Roi agissait en vassal des Britanniques, a provoqué une révolution. Abdul Karim Qasim, mieux connu en français sous le nom de général Kasem, dirigea les troupes irakiennes vers Bagdad pour prendre d’assaut le palais royal, alors que la tension était montée à son comble dans tous les pays du Golfe, en Liban, en Syrie et en Jordanie.

Le roi Fayçal II d’Irak en visite à Balmoral peu de temps après l’accession au trône de la reine Elizabeth II, en présence du duc d’Édimbourg, de la princesse Anne et du prince Charles (Photo : Getty)

Le coup d’État a lieu le 14 juillet 1958. Le roi Fayçal demande à sa garde de ne montrer aucune résistance et les révolutionnaires s’en prennent à toute la famille, bien décidés à ne laisser aucun survivant. Le roi Fayçal II, le prince héritier Abdallah (oncle du roi), et de nombreux membres de sa famille ne montrèrent aucun signe de résistance et furent assassinés contre un mur de la cour du palais royal. La dépouille du roi fut ensuite traînée dans la rue et pendue à la porte du bâtiment du ministère de la Défense avant d’être brûlée. Le roi Fayçal, âgé de 23 ans, n’avait pas de descendance. Dans ce massacre, seuls quelques membres éloignés de la famille royale ont survécu. Ce fut notamment le cas de la princesse Badyia (sœur de la mère du roi) et de son fils, de 2 ans, Sherif Ali ben Al-Hussein.

Le prétendant au trône d’Irak

Sherif Ali ben Al-Hussein, aujourd’hui 64 ans, cousin germain de l’ancien roi Fayçal II, est le plus proche parent du roi, encore en vie. À ce titre, il est l’actuel prétendant au trône d’Irak. Sherif Ali ben Al-Hussein se présente également au poste de Premier ministre du pays. Selon certains monarchistes, sa prétention au trône n’est pas valide, n’étant pas dynaste. Il est apparenté au dernier roi par sa mère (qui était la tante du roi), la dernière constitution du royaume d’Irak ne lui aurait jamais permis d’apparaitre dans l’ordre de succession au trône, l’ordre de succession ne pouvant se poursuivre qu’à travers les branches masculines. Il n’a d’ailleurs aucun ancêtre ayant été roi d’Irak, sa mère étant la sœur de l’épouse du roi Ghazi. Il est par contre tout de même descendant du roi du Hedjaz, son grand-père étant Ali, dernier roi du Hedjaz.

Le roi Fayçal II inspira Hergé pour le personnage d’Abdallah

En 1939, l’auteur belge Hergé publie les premiers dessins en noir et blanc de Tintin au pays de l’or noir dans les Aventures de Tintin, dont l’action se situe en Palestine sous mandat britannique. La publication de l’histoire est interrompue par la guerre et reprendra par après. Il s’agit de la bande-dessinée de Tintin la plus politique, qui s’inspire de la situation géopolitique complexe dans les pays du Golfe. Le livre sort en couleurs en 1950 et en 1971, l’histoire est modifiée, situant le récit dans le pays imaginaire de Khemed et non plus en Palestine.

Hergé s’inspire d’une photo du jeune roi Fayçal II d’Irak pour dessiner Abdallah, le jeune prince arabe kidnappé pour faire pression contre l’émir. Le prince Abdallah est dépeint comme un enfant-roi, un petit garçon capricieux, qui mènera même la vie dure à Milou.

Cette photo du roi Fayçal II a inspiré Hergé pour son personnage d’Abdallah (Images : Domaine public, Moulinsart)

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.