Iñaki Urdangarin obtient la semi-liberté

L’ancien duc de Palma de Majorque voit ses conditions de détention encore plus allégées. Il y a quelques semaines, Iñaki Urdangarin avait quitté la prison de Brieva pour rejoindre un centre d’insertion sociale, bénéficiant d’un nouveau programme de réinsertion réservé aux criminels financiers. Il lui avait cependant été refusé d’atteindre le grade 3, une décision à laquelle il avait fait appel. Le juge vient de lui donner raison, ce qui signifie une semi-liberté, la dernière étape avant la libération conditionnelle.

Iñaki Urdangarin photographié cette semaine à la sortie de son travail (Photo : EFE/ Rodrigo Jimenez /ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Iñaki Urdangarin, l’infante Cristina et leurs enfants en promenade pendant le congé pénitentiaire d’Iñaki

L’époux de l’infante Cristina atteint la dernière étape avant la liberté conditionnelle

Iñaki Urdangarin, 53 ans, époux de l’infante Cristina, purgeait sa peine depuis le 18 juin 2018, dans un quartier isolé, au sein de la prison pour femmes de Brieva. Condamné, notamment pour trafic d’influence et corruption, il venait de bénéficier d’un nouveau régime de réinsertion mis en place pour les criminels financiers. De ce fait, depuis la fin décembre, il avait pu quitter la prison et rejoindre un centre d’insertion sociale d’Alcalá de Henares, tout en continuant son travail en tant que bénévole au centre de jour Don Orione. Ce nouveau programme de réinsertion étant encore en phase de test, les conditions étaient encore un peu floues.

Le Secrétariat général des établissements pénitentiaires lui avait cependant refusé l’étape suivante, qui consistait à atteindre l’incarcération de grade 3, le système pénitentiaire espagnol permettant une réinsertion progressive par étapes. L’ancien champion de handball avait fait appel, suite à ce refus.

Iñaki Urdangarin obtient gain de cause en appel et atteint la détention de stade 3

Un appel qui a été entendu par Florencio de Marcos, juge de la Cour de contrôle pénitentiaire de Castille-et-León. Le juge lui permet donc d’obtenir le grade 3 tant attendu. Le procureur a fait savoir qu’il ne ferait pas appel à cette décision, comme l’a rapporté El País.

Cela veut donc dire que le beau-frère du roi Felipe aura droit ç des conditions de détention encore plus souples. Dorénavant, il dormira au centre de réinsertion du lundi au jeudi. En journée, il effectue son travail de bénévole et les fins de semaine, il peut les passer à l’extérieur, dans sa famille par exemple. Depuis décembre, il devait encore y dormir le vendredi. Également, il bénéficie de 36 jours de congé pénitentiaire par an, au lieu de 24.

Surtout, le grade 3 signifie qu’il s’agit de la dernière étape avant la liberté conditionnelle. Il peut dorénavant enclencher le processus. Le 1e mai 2022, il aura purgé deux-tiers de sa peine et on pourra potentiellement le relâcher à cette date. Pour valider cette remise de peine, il doit remplir plusieurs critères, qui sont principalement, une évaluation positive de son comportement lors de la détention et d’occuper une activité professionnelle ou sociale, ce qui est le cas actuellement, puisqu’il travaille tous les jours de la semaine dans une maison d’accueil.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr