Le palais de Tatoï après les incendies : une résidence royale dans les cendres

Le palais de Tatoï retrouvera-t-il un jour ses splendeurs d’antan ? Son état de délabrement était constaté depuis des décennies. Les récents incendies ont totalement ravagé ce qu’il restait encore de ce palais qui a été témoin de naissances de petits princes grecs et de rires partagés lors des vacances d’été de la famille royale grecque. C’est aussi ici, dans le cimetière du domaine, que sont enterrés les membres de la famille royale. Les photos après l’incendie laissent à prévoir de gros chantiers s’il fallait enfin rouvrir le site au public.

Lire aussi : Siméon II de Bulgarie récupère un domaine royal à l’issue d’une longue bataille contre l’État

La résidence d’été au destin cauchemardesque

Le 5 août 2021, les incendies qui ravagent actuellement la Grèce se sont dangereusement approchés du site de Tatoï, à 30 kilomètres au nord d’Athènes. C’est ici qu’est situé le palais de Tatoï, une demeure qui fut la résidence d’été de la famille royale grecque depuis son achat par Georges 1e, avec des fonds privés, en 1880.

À Tatoï sont nés des princes et des princesses, y compris le roi Paul 1e, père du roi Constantin II, dernier roi des Hellènes, et de la reine émérite Sofia d’Espagne. Le cimetière à côté du palais sert de lieu de repos à plus de vingt membres de la famille, dont le roi Georges 1e et le prince André, père du prince Philip, duc d’Édimbourg. Certaines tombes sont à même le sol dans le jardin, d’autres sont protégées dans un petit mausolée. Il y a quelques mois, la tombe du roi Paul 1e avait été vandalisée.

Photo du palais de Tatoï prise le 7 août, au lendemain des incendies qui ont ravagé le site (Photo : Eurokinissi via ZUMA Press Wire/ABACAPRESS.COM)

Vers 4 heures du matin, le 6 août, le vent a subitement changé de direction, ayant pour effet de stopper la progression des flammes. L’incendie s’est arrêté au pied du palais, venait à peine lécher quelques façades. Au vu des photos prises après l’incendie, les murs principaux n’ont pas été touchés. Ce qui semble être une dépendance a par contre été réduite en cendres.

Une partie du domaine a été touché par les flammes (Photo : Eurokinissi via ZUMA Press Wire/ABACAPRESS.COM)

Le prince Nikolaos, le deuxième fils du roi Constantin II, vit à Athènes et s’est rendu au palais de Tatoï pour assister aux opérations de sauvetage par les pompiers. Le prince a été interviewé par la télévision, alors qu’il supervisait le transfert des biens, aux côtés de son épouse, la princesse Tatiana. Depuis quelques temps, des objets de valeurs avaient été entreposés dans le palais, alors qu’il était question de transformer Tatoï en musée. Les objets ont été évacués sur ordre du ministre de la Culture, après une visite du Premier ministre Kyriakos Mitsotakis sur les lieux.

Le prince héritier Paul de Grèce et de Danemark ainsi que son épouse, la princesse héritière Marie-Chantal ont réagi à la catastrophe. Ils ont envoyé des messages de soutien aux pompiers et ont remercié les autorités pour leur travail. «Je remercie les braves pompiers, l’armée et les volontaires pour leur tentative continue d’aider à sauver la Grèce des horribles incendies», a écrit le fils ainé du roi Constantin II sur ses réseaux sociaux.

Le palais de Tatoï : un combat de plusieurs décennies

Le palais Tatoï était déjà en décrépitude depuis bien longtemps, depuis l’abolition de la monarchie. Il avait d’abord subi un premier incendie en 1916. L’histoire de la famille royale est elle-même très mouvementée. À plusieurs reprises contraintes à l’exil, le palais familial était à chaque fois abandonné puis réinvesti à chaque retour d’exil. C’est en 1973, au dernier coup qui fut porté à la monarchie, que le dernier roi des Hellènes, Constantin II, vit son palais pour la dernière fois. Il en avait déjà perdu la propriété en 1964, suite à un coup d’État.

Le palais de Tatoï avant les incendies. Il tombe en ruines depuis des années (Photo : Alamy/Abacapress)

Bien que le palais ait été confisqué à la famille en exil, des tractations auront lieu avec l’État grec pour récupérer la propriété, durant les années 80. En 1992, l’État grec reconnait que la famille royale possède le terrain de Tatoï et ils obtiennent le droit de venir récupérer les biens qui se trouvent à l’intérieur. Le déménagement, qui a lieu en 1993, se fait à l’aide de 9 containers. Le déménagement est subitement arrêté, suite aux protestations de la population et l’année suivante la propriété est de nouveau confisquée à la famille. Une bonne partie des biens récupérés a été vendue aux enchères en 2007.

La tombe du roi Paul 1e et de son épouse, la reine Frederika, à Tatoï avant les incendies. Ils sont les parents du roi Constantin II de Grèce et de la reine Sofia d’Espagne (Photo : domaine public)

Finalement, en 2002, l’État grec reconnait que la propriété appartient à la famille. En portant l’affaire devant la Cour européenne des Droits de l’Homme, le roi Constantin II obtient un dédommagement fixé à 13,2 millions d’euros. Une somme cinq à six fois inférieure à l’estimation du bien, qui suite au payement de l’indemnité par l’État lui revient.

L’entrée du site abandonné depuis des années, avant les incendies (Photo : Wikimedia Commons)

Le roi Constantin II a créé avec son épouse la Fondation Anne-Marie pour y recevoir la somme. La fondation soutient aujourd’hui des initiatives d’aides aux citoyens grecs victimes de catastrophes naturelles. Alors que le palais tombait en ruines, en 2019, le ministère de la Culture a finalement décidé qu’il devrait être rénové pour y installer un musée dédié à l’histoire de la famille royale. La rénovation semble compromise vu l’état de délabrement après l’incendie.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr