Le premier discours de Noël du roi Charles III depuis la chapelle du château de Windsor

Ce 25 décembre 2022, le roi Charles III a prononcé son premier discours de Noël en tant que chef d’État du Royaume-Uni depuis le début de son règne. Le roi Charles a décidé de perpétuer la tradition du discours de Noël mais il a fait le choix original de prononcer son discours depuis la chapelle du château de Windsor.

Lire aussi : Le roi Felipe VI met en garde contre les divisions qui menacent l’Espagne dans son discours de réveillon de Noël 2022

Le roi Charles III consacre une partie de son discours de Noël à la reine Elizabeth II

Comme la reine Elizabeth II, le roi Charles III a prononcé l’un de ses discours annuels ce 25 décembre. Le discours de Noël du souverain britannique est toujours un grand moment pour la Nation. Le discours de cette année est le premier prononcé par le roi Charles III depuis le début de son règne en septembre dernier et le premier qui n’est pas prononcé par la reine Elizabeth II en 70 ans.

Contrairement à la reine Elizabeth II, qui a toujours prononcé son discours derrière l’un de ses bureaux, le roi Charles III a décidé de prononcer son premier discours depuis la chapelle Saint-Georges du château de Windsor, à quelques mètres de la crypte où est enterrée sa mère.

YouTube video

Lire aussi : Le discours de Noël 2022 du grand-duc Henri de Luxembourg

« Je me tiens ici dans cette magnifique chapelle de Saint-Georges au château de Windsor, si près de l’endroit où ma mère bien-aimée, la défunte reine, repose avec mon cher père. Je me souviens des lettres, des cartes et des messages profondément touchants que tant d’entre vous ont envoyés à ma femme et à moi-même, et je ne saurais assez vous remercier pour l’amour et la sympathie que vous avez manifestés à toute notre famille.

Noël est une période particulièrement poignante pour nous tous qui avons perdu des êtres chers. Nous ressentons leur absence à chaque tournant familier de la saison et nous nous souvenons d’eux dans chaque tradition adorée.

Dans le chant de Noël très apprécié “O petite ville de Bethléem”, nous disons comment “dans tes rues sombres brille la lumière éternelle”. La croyance de ma mère dans le pouvoir de cette lumière était une partie essentielle de sa foi en Dieu, mais aussi de sa foi dans les gens, et c’en est une que je partage de tout mon cœur. C’est une croyance en l’extraordinaire capacité de chaque personne à toucher avec bonté et compassion la vie des autres et à faire briller une lumière dans le monde qui l’entoure.

C’est l’essence de notre communauté et le fondement même de notre société. Nous le voyons dans le dévouement désintéressé de nos forces armées et de nos services d’urgence, qui travaillent sans relâche pour assurer notre sécurité à tous et qui agissent si magnifiquement alors que nous pleurons le décès de notre défunte reine. Nous le voyons dans nos professionnels de la santé et de l’aide sociale, nos enseignants, et bien sûr tous ceux qui travaillent dans la fonction publique dont la compétence et l’engagement sont au cœur de nos communautés. Et en cette période de grande anxiété et de difficultés, que ce soit pour ceux qui, dans le monde entier, sont confrontés à des conflits, à la famine ou à une catastrophe naturelle, ou pour ceux qui, chez eux, trouvent des moyens de payer leurs factures pour nourrir et réchauffer leurs familles, nous le voyons dans l’humanité de personnes à travers nos nations et le Commonwealth, qui réagissent si facilement au sort des autres.

Je tiens particulièrement à rendre hommage à toutes ces personnes merveilleusement gentilles qui donnent si généreusement de la nourriture ou des dons, ou ce bien le plus précieux de tous, leur temps, pour soutenir ceux qui les entourent dans le plus grand besoin. Avec les nombreuses organisations caritatives, qui font un travail si extraordinaire dans les circonstances les plus difficiles, nos églises, synagogues, mosquées, temples et gurdwaras se sont une fois de plus unis pour nourrir les affamés, en leur apportant amour et soutien tout au long de l’année. Une telle solidarité sincère est l’expression la plus inspirante d’aimer son prochain comme soi-même. Le prince et la princesse de Galles ont récemment visité le Pays de Galles, mettant en lumière des exemples pratiques de cet esprit communautaire.

Il y a quelques années, j’ai pu réaliser le souhait de ma vie de visiter Bethléem et l’église de la Nativité. Là, je suis descendu dans la chapelle de la crèche, et je me suis tenu dans une révérence silencieuse près de l’étoile d’argent qui est incrustée sur le sol et marque le lieu de la naissance de notre Seigneur Jésus-Christ. Cela signifiait plus pour moi que je ne peux l’exprimer, de me tenir à cet endroit où, comme la Bible nous le dit, la lumière qui est venue dans le monde est née.

Alors que Noël est bien sûr une fête chrétienne, le pouvoir de la lumière surmontant les ténèbres est célébré au-delà des frontières de la foi et de la croyance. Donc, quelle que soit votre foi, ou si vous n’en avez pas, c’est dans cette lumière vivifiante et avec la véritable humilité qui réside dans notre service aux autres, que je crois que nous pouvons trouver l’espoir pour l’avenir. Célébrons-le donc ensemble et chérissons-le toujours. De tout mon cœur, je souhaite à chacun de vous un Noël de paix, de bonheur et de lumière éternelle. »

Avatar photo
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr