Le prince Charles s’intéresse au nettoyage des débris spatiaux

Le prince Charles s’est rendu lundi au siège de l’agence spatiale Astroscale à Harwell. Le prince de Galles s’est intéressé aux mesures prises par le Royaume-Uni pour rendre les voyages spatiaux durables.

Lire aussi : Le prince Charles s’adresse aux leaders au G20 à Rome

Le prince de Galles visite l’agence spatiale Astroscale

Le prince Charles était à l’agence spatiale Astroscale en ce début de semaine. Cette société est spécialisée dans le prélèvement de débris orbitaux. Présente dans plusieurs pays, le siège principal de l’entreprise est situé à Tokyo, au Japon. Astroscale soutient les gouvernements et les entreprises du monde entier et les encourage à faire un usage durable de l’espace.

(Photo : Adrian Dennis/PA Wire/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Camilla de Bourbon-Siciles, amie de Buzz Aldrin, craint la Guerre des Étoiles

Selon Astroscale, la pollution spatiale est un problème mondial majeur. On estime que 36 500 objets de plus de dix centimètres flottent déjà dans l’espace. Ces objets peuvent y rester des centaines d’années si rien n’est fait. L’agence spatiale veut donc nettoyer l’orbite autour de la terre et enlever tous les ordures qui s’y trouvent.

Durant cette visite, le prince Charles a pu apprendre comment son pays travaille et collabore avec cette entreprise pour rendre l’espace plus durable. La branche britannique de l’entreprise est installée dans le campus Harwell.

Selon Daily Mail, le ministre des Sciences, George Freeman, qui accompagnait le prince Charles lors de cette visite, a annoncé que l’Agence spatiale britannique fournirait 1,7 million de livres sterling pour 13 nouveaux projets visant à suivre et à éliminer les débris spatiaux dangereux.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr