La reine Silvia achète la première fleur de printemps pour les enfants en situation précaire

Il est de tradition que la reine de Suède achète la première fleur de printemps. Cette fleur artificielle, attachée sur une épingle comme un pins, est vendue depuis 1907 au profit des enfants en situation de précarité. Cette année, à cause de la pandémie de coronavirus, la vente des traditionnels Majblomman se fait uniquement via internet.

YouTube video

Lire aussi : La reine Silvia se soucie des difficultés qu’ont les enfants à vivre avec des allergies

Une vente numérique en 2021

Un peu à l’instar de la vente du célèbre poppy que portent les Britanniques à leur boutonnière, les Suédois ont instauré la tradition du Majblomman, littéralement «la fleur de mai». Cette fleur printanière artificielle, qui change de couleur chaque année, est vendue pour la bonne cause. Cette année, la fleur est rose et elle a été conçue par Elin Eisele, une jeune fille de 13 ans.

La fleur de printemps est habituellement vendue dans les lieux publics, comme à la sortie des supermarchés. En 2021, en raison de la crise sanitaire, la vente a exclusivement lieu sur internet. Il est possible de commander sa fleur sur le site construit spécialement pour l’occasion.

La reine Silvia a été la première à recevoir la fleur de printemps qu’elle a commandée, respectant la tradition. Habituellement, la reine achète sa «fleur de mai», à l’issue d’une visite d’enfants au château. Pour lancer la campagne, un film promotionnel a été tourné, dans lequel on peut voir la reine qui reçoit sa fleur chez elle et l’accroche à sa poitrine. La reine a toujours son bras en écharpe, depuis qu’elle est tombée et s’est fracturée le poignet au mois de février.

L’action est menée par Majblomman, qui est la plus grande association de protection de l’enfance de Suède. Majblomman travaille pour améliorer les conditions des enfants et lutter contre la pauvreté des enfants dans le pays. Les bénéfices de la vente des fleurs servent à soutenir différents projets d’aide à l’enfance. À l’origine, l’argent récolté servait à soigner les malades de la tuberculose.

Source : Kungahuset

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr