Emmanuel-Philibert veut organiser une réunion internationale pour imaginer la renaissance de l’Italie post-coronavirus

Le prince Emmanuel-Philibert de Savoie, petit-fils du dernier roi d’Italie, Humbert II et fils de l’actuel prétendant au trône d’Italie, a accordé une interview au quotidien italien Corriere della Sera, en période de crise du coronavirus. Pour l’héritier de la Maison royale d’Italie, le coronavirus connaitra un après. Il souhaite que cet « après », soit l’occasion idéale pour que son pays connaisse une renaissance, artistique, économique, politique, culturelle…

Le prince Emmanuel-Philibert veut se servir de la période post-crise pour faire renaitre l’Italie

Tout savoir sur : Les royautés et le coronavirus

Emmanuel-Philibert s’exprime à propos de la crise du coronavirus

«C’est un moment tellement douloureux », confie le futur prétendant au trône d’Italie, interrogé par Corriere della Sera. « Mais j’en appelle aux grands entrepreneurs italiens, aux gourous internationaux de la finance et de l’économie, aux grands maîtres de la culture : venez en Italie, venez à Milan en septembre et devenez avec nous tous les architectes de la renaissance du plus beau pays du monde, berceau de l’art et de la culture et de l’industrie. C’est mon engagement envers l’Italie, mon pays, que j’aime plus que tout ». 

Lire aussi : Message du grand-duc Sigismond de Toscane aux Toscans en période de coronavirus

Une grande réunion est nécessaire pour imaginer la renaissance de l’Italie

Le prince Emmanuel-Philibert a déclaré être en train de plancher sur une initiative qui permettra aux grandes personnalités du monde culturel, économique et des affaires mondiales, à se réunir à Milan, à l’automne prochain. Il s’agit pour lui de son défi post-coronavirus. Il souhaite mettre au point « une grande rencontre internationale pour essayer d’imaginer l’Italie de demain ».

Concernant cet « après » coronavirus, l’héritier du trône en est conscient, « ce sera dur. Très dur. Mais ce sera l’occasion de renouveler notre patrie, de créer de solides bases sociales, culturelles et économiques pour l’Italie pour nos enfants et petits-enfants». Bien entendu, le prince de Venise n’a pas manqué d’exprimer « sa gratitude envers tous ceux qui dédient la leur vie pour notre survie à tous : médecins, infirmiers, personnel de santé, bénévoles, protection civile, carabiniers, police, armée. » Il n’a pas oublié de remercier les associations qui ont réussi à collecter des fonds en un temps record. La Maison de Savoie, a elle aussi participé financièrement, grâce aux dons récoltés auprès des chevaliers membres des différents ordres royaux d’Italie.

Lire aussi : La grande-duchesse Maria de Russie s’adresse aux Russes en période de crise du coronavirus

La cérémonie d’introduction de Vittoria reportée en octobre

Le journal italien a également tenu à revenir sur un petit contre-temps imposé par la pandémie, dans le déroulement de l’agenda de la Maison de Savoie. En début d’année, l’annonce avait fait l’effet d’une bombe. La Maison royale abolissait la loi salique, le prince Victor-Emmanuel ayant signé les nouvelles règles de succession, permettant à ses deux petites-filles (les deux filles d’Emmanuel-Philibert) de prétendre au trône. En l’occurence, la princesse Vittoria est devenue l’héritière présomptive de son père. Une cérémonie d’entrée au sein de la Maison royale était normalement prévue le 14 mars à Altacomba. Celle-ci a été annulée suite au confinement imposé en Italie. À ce sujet, le prince Emmanuel-Philibert a déclaré n’avoir pas encore déterminé de date précise pour la cérémonie d’entrée de sa fille, mais il se pourrait qu’elle ait lieu le premier weekend d’octobre, en même tant que la tenue annuelle d’investiture des ordres de la Maison de Savoie.

Source : Corriere della Sera

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr