Le roi Philippe et la reine Mathilde rencontrent les chefs traditionnels au village de Katanga pour parler de reforestation

La visite historique du roi Philippe et de la reine Mathilde en République démocratique du Congo se poursuit. Le roi et la reine des Belges ont visité ce samedi le village Katanga. Lors de cette visite, entouré de chefs traditionnels, le couple royal s’est intéressé à la thématique de la déforestation.

Lire aussi : Marché aux pagnes et fleuve Congo : Deuxième jour du roi Philippe et de la reine Mathilde au Congo

Le roi et la reine des Belges rencontrent les chefs coutumiers

Après plusieurs jours à Kinshasa, capitale de la RDC, le roi Philippe et la reine Mathilde ont pris la direction de Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga. Ce samedi, le roi Philippe et la reine Mathilde se sont déplacés au village de Katanga, à 90 km au nord de Lubumbashi, près de la ville de Luishia. C’est cette petite bourgade qui a donné son nom à la grande province du Congo.

Le roi Philippe et la reine Mathilde sont accueillis au village de Katanga avec des drapeaux belges (Photo : Palais royal)

Le roi Philippe et la reine Mathilde ont été accueillis par les leaders traditionnels. Une tente était dressée pour y asseoir la délégation belge et les représentants congolais. Les souverains ont assisté à un spectacle organisé pour leur venue.

La visite avait surtout lieu dans le but de découvrir un projet de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). La FAO soutient leurs États membres « dans les efforts qu’ils font pour réduire l’insécurité alimentaire, éradiquer la faim, accroître la productivité de l’agriculture et renforcer les capacités des communautés vulnérables à affronter et à surmonter les chocs et les crises ».

La reine Mathilde accueillie par les chefs traditionnels à Katanga (Photo : F.Andrieu / Agencepeps/Isopix/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Première journée du roi Philippe et de la reine Mathilde à Kinshasa : repentances dès le début du voyage au Congo

La préservation des forêts de miombo

Dans cette région minière au sol rouge, les arbres que l’on retrouve dans ces forêts sont principalement des miombos. « Quatre-vingts pour cent de ces savanes ont disparu depuis la fondation de Lubumbashi par les colons en 1910 à cause de l’activité d’extraction, mais aussi pour les terres agricoles. Un pour cent disparait encore chaque année, ce qui a une influence considérable sur les capacités d’absorption du CO2 qu’elles représentent », explique la RTBF.

La Belgique soutient le projet Global Environment Facility (GEF), un projet de reboisement durable qui tient compte des besoins de la population locale et qui implique chacun de ses membres personnellement. 

Le roi Philippe s’est aussi exprimé devant les autorités congolaises, parmi lesquelles le Premier ministre, Jean Michel Sama Lukonde, le gouverneur du Haut-Katanga, Jacques Kyabula Katwe, des sénateurs et députés nationaux. « Votre communauté s’implique au quotidien dans la préservation de la forêt de Miombo. Votre contribution à la lutte contre le changement climatique doit tous nous inspirer. La Belgique vous félicite et vous remercie pour vos efforts. Je tiens aussi à saluer l’audace des chefs coutumiers qui ont accepté de se lancer dans cette expérience », a déclaré le roi des Belges dans un discours relayé par un média local.

Ce dimanche 12 juin, le roi Philippe et son épouse entament le dernier volet de leur voyage. Ils s’envoleront pour Bukavu, capitale de la province du Sud-Kivu à proximité de la frontière de l’est avec le Rwanda. C’est dans cette région sécuritairement instable que les souverains termineront leur voyage.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr