Le roi Philippe restitue un masque kakuungu au Musée national de Kinshasa

C’est un premier moment clé de cette visite historique au Congo, qui s’est déroulé en matinée du 8 juin 2022. Le roi Philippe tenait à remettre un masque au Musée national de RDC, lors d’une visite dans ce musée en présence du président Tshisekedi. La restitution du masque kakuungu est un premier geste symbolique qui suit la volonté des autorités belges disposées à étudier la question des œuvres volées.

Lire aussi : Le roi Philippe remet l’ordre de la Couronne à un Congolais centenaire seul survivant de la Seconde Guerre mondiale

Le roi Philippe remet un masque au Musée national de Kinshasa

Ce 8 juin 2022, le roi Philippe et la reine Mathilde ont débuté leur premier jour de visite à Kinshasa, déjà arrivés la veille en République démocratique du Congo. Cette première journée d’un voyage historique, venant combler 12 ans sans visite royale, avait un programme bien chargé. Après s’être recueilli devant le Mémorial aux anciens combattants, le roi Philippe a rejoint le Musée national de la RDC (MNRDC) à Kinshasa.

Ce grand musée est le premier de son genre dans la capitale congolaise. Il a été inauguré en 2019 et a été financé grâce des fonds suds-coréens de la KOICA, l’Agence coréenne de coopération internationale. Ce musée d’histoire culturelle se concentre sur la valorisation d’objets culturels appartenant aux différentes ethnies du pays.

En juillet 2021, le gouvernement belge avait fixé une feuille de route concernant la restitution d’objets acquis au Congo de manière abusive lors du règne de Léopold II. En janvier 2022, un projet de loi a été approuvé par le Conseil des ministres qui vise à reconnaître le caractère aliénable des biens liés au passé colonial de la Belgique. Dans les jours à venir, le Parlement validera ce cadre juridique, puis des négociations débuteront avec le Congo afin de déterminer les conditions et les modalités de restitution.

Le roi Philippe dévoile le masque restitution au Congo dans le cadre d’un prêt de durée indéterminée avec le Musée national de Kinshasa, en présence du président Tshisekedi ce 8 juin 2022 (Photo : Abacapress)

Environ 128 000 objets ont été recensés dans une liste reprenant les biens considérés comme acquis abusivement, dont 84 000 proviennent du Congo, explique Le Soir. La grande majorité se trouve dans les collections du Musée d’Afrique centrale de Tervueren (appelé aujourd’hui Africa Museum). Pour marquer symboliquement cette nouvelle feuille de route gouvernementale, le roi Philippe a rendu une première œuvre, un masque kakuungu.

Ce masque a été sculpté par un certain Nkoy de l’ethnie Suku dans la région de Kwango (ex-Bandundu, Congo central). On connaît précisément son origine et ce masque ne fait pas partie de la liste des pièces volées ou spoliées puisqu’il a été acheté pour la somme de 250 francs en 1954 par Albert Maesen, soit « l’équivalent de 6,20 euros. Compte tenu de l’inflation depuis 1954, le montant serait aujourd’hui de 56 euros », selon les calculs du Soir. Puisqu’il ne s’agit pas d’une œuvre volée, le musée de Tervueren le possède en toute légalité et a décidé de le prêter au Musée national de Kinshasa pour une durée indéterminée.

« C’est la première fois depuis les années 1970 que le musée belge prête à nouveau une œuvre à un musée congolais. D’autres devraient suivre dans les prochains mois », écrit le quotidien belge. Le roi Philippe tenait particulièrement à cette cérémonie, qui s’est déroulée en présidence du président Félix Tshisekedi, pour souligner la collaboration des deux pays et la bonne entente sur le sujet.

Ce masque de dix kilos et d’1m30 était utilisé comme symbole de protection par le formateur des jeunes hommes chez les Suku, lors de leur initiation et des rites de passage à l’âge adulte. Après cette visite au musée, le roi sera reçu en audience par le président puis il s’adressera aux parlementaires dans l’après-midi pour prononcer le discours tant attendu concernant le passé colonial de la Belgique.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr