Le roi Willem-Alexander prononce son discours de Noël dans le salon ADN du palais Huis ten Bosch

Le roi Willem-Alexander des Pays-Bas a prononcé son traditionnel discours de Noël ce 25 décembre 2022. Cette année, le souverain a choisi de s’exprimer depuis le salon ADN du palais Huis ten Bosch à La Haye.

Lire aussi : Le discours de Noël original du roi Willem-Alexander avec la Bible à la main

Le roi des Pays-Bas prononce son discours de Noël dans une salle très personnelle du palais

Chaque année, le roi des Pays-Bas choisit un autre décor pour enregistrer son traditionnel message de Noël. En 2022, le roi Willem-Alexander a enregistré son message dans l’atypique salon ADN de son domicile, le palais Huis ten Bosch, à La Haye. Après l’abdication de la reine Beatrix, des travaux d’aménagement de grande ampleur ont été entrepris, entre 2016 et 2019, pour accueillir le nouveau roi et sa famille. L’ancien salon vert a été rebaptisé salon ADN en raison des petites briquettes qui recouvrent le mur.

Le roi Willem-Alexander a choisi d’enregistrer son discours dans le salon ADN de son domicile en 2022 (Photo : RVD – Bart Maât)

L’artiste Jacob van der Beugel, influencé par l’art de la céramique britannique, a recouvert les murs de cette salle de la séquence ADN du roi Willem-Alexander et de la reine Máxima. Les souverains ont accepté de donner leur ADN pour personnaliser les murs grâce à un enchaînement de dizaines de milliers de briques rouges et blanches. Trois ans ont été nécessaires pour réaliser le projet et il a fallu trois semaines pour installer les briques sur le mur.

(RVD – Bart Maât)

Lire aussi : La famille royale des Pays-Bas invite son chien sur la photo de Noël en tenue de gala

Le roi Willem-Alexander a déclaré : « Beaucoup d’entre vous ont une ombre d’inquiétude à propos de ce Noël. « C’est une période difficile », me disent les gens. Y a-t-il assez d’argent pour payer les factures maintenant que tout est devenu si cher ? Où puis-je enfin trouver un logement convenable ou une chambre d’étudiant ? Et qu’en est-il de l’avenir de mon entreprise ?

C’est aussi une période de confrontation. Car le changement climatique ne nous oblige-t-il pas à faire des choix drastiques ? Et ne nous heurtons-nous pas à des limites dans notre pays à l’espace restreint et aux intérêts conflictuels ? Nous sentons dans nos sabots que nous ne pouvons plus reporter les décisions difficiles. Les patchs et les pansements d’urgence n’aident plus. Cela doit être différent.

Cela nous confronte à la question de savoir où nous voulons aller. Quelle société voulons-nous vraiment ? Et comment s’accrocher à nos valeurs – liberté, égalité, justice sociale – sur la voie d’un nouvel équilibre ?

Très compliqué ! Je comprends l’incertitude qui peut être ressentie dans de nombreux endroits. Le stress et aussi la colère. Cela peut alors soulager un moment de se défouler. Mais il ne faut pas s’enliser dans la recherche de boucs émissaires et la critique cynique ou l’indifférence.

YouTube video

La démocratie ne signifie pas que ceux qui crient le plus fort obtiennent ce qu’ils veulent. La démocratie, c’est travailler ensemble dans le respect des droits fondamentaux de chacun à des solutions auxquelles le plus grand nombre peut s’identifier. Cela implique un examen attentif de tous les intérêts.

Ce dernier point est essentiel, par exemple dans la relation entre les zones rurales et urbaines. Il est grand temps de renforcer le lien. Nous avons désespérément besoin les uns des autres.

Essayons – où que nous vivions – d’échapper aux préjugés. Assurons-nous de ne pas nous perdre ! Accordez-vous au moins le bénéfice du doute. Mon appel à chacun de vous et à chacune d’entre vous est : connectez-vous, écoutez, réfléchissez, rejoignez-nous !

Parfois, il peut être utile de regarder vers l’extérieur et de s’inspirer de l’exemple des autres. Comme le peuple ukrainien qui se dresse depuis dix mois contre la violence brutale de la Russie, avec un courage et une unité incroyables. La promesse de Noël – l’espoir de la paix – vit dans tous les cœurs ukrainiens et dans le nôtre.

La sagesse des personnes âgées peut également être source d’inspiration. Je me souviens de ‘Gratitude’, un petit livre du neurologue Oliver Sacks, écrit vers la fin de sa vie. Cela le rendait heureux de voir des gens jeunes et talentueux tout autour de lui. « L’avenir est entre de bonnes mains », écrit-il.

« L’avenir est entre de bonnes mains. » J’aimerais lui dire. Je les rencontre partout. Des jeunes avec des idéaux et de l’imagination. Ils se sentent coresponsables et sont prêts à prendre l’avenir sur leurs épaules.

Il y a tellement de résilience dans la jeune génération ! Mais les jeunes ne peuvent pas le faire seuls. Ils disent à juste titre : « Ne mettez pas tout sur nous. Écoutez-nous, donnez-nous de l’espace, faites-nous confiance, aidez-nous, mais prenez vos responsabilités et soyez à la hauteur ! »

Nous ne nous en rendons pas toujours compte, mais nous sommes capables de bien plus que nous ne le pensons. Je suis convaincu que nous pouvons aussi mener à bien des problèmes très complexes et panser des plaies douloureuses, afin d’avancer ensemble. Même lorsqu’il y a des émotions intenses impliquées.

Un exemple important en est la reconnaissance des souffrances infligées aux personnes à l’époque coloniale. Au cours de l’année écoulée, ma femme et moi avons parlé de ce sujet à des personnes de tous âges, y compris des descendants de personnes qui vivaient en esclavage il y a plusieurs générations. Cela retiendra notre attention au cours de l’année commémorative à venir. Nous restons impliqués.

Personne n’est désormais à blâmer pour les actes inhumains qui ont été infligés à la vie d’hommes, de femmes et d’enfants. Mais en affrontant honnêtement notre passé commun et en reconnaissant le crime contre l’humanité qu’est l’esclavage, nous jetons les bases d’un avenir commun.

Un avenir dans lequel nous nous dresserons contre toutes les formes contemporaines de discrimination, d’exploitation et d’injustice. Les excuses présentées par le gouvernement sont le début d’un long chemin. Continuons à nous serrer les coudes, même dans les moments intenses avec de fortes émotions.

Marieke Lucas Rijneveld a écrit son propre poème lorsqu’elle a décidé de ne pas traduire The Hill We Climb après une certaine agitation. Ça s’appelle « Tout Habitable ». Une combinaison d’empathie, d’espoir et de croyance en notre avenir ensemble.

Voici les dernières lignes : « Vous voulez fraterniser, vous voulez un poing, et peut-être que votre main n’est pas encore assez forte, ou vous avez d’abord besoin de l’autre personne. Saisir pour se réconcilier, vous devez réellement ressentir l’espoir que vous faites quelque chose qui améliorera le monde, mais vous ne devez pas oublier ceci : après vous être agenouillé, relevez-vous et redressez votre dos.»

Je vous souhaite à tous – où que vous soyez et quelles que soient vos circonstances personnelles – un Noël béni.

Avatar photo
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr