La princesse Margaret a-t-elle embrassé le président Johnson ? The Crown saison 3 épisode 2, la vérité historique

Bien que la série The Crown permette de revivre les grands moments de l’histoire britannique et de nous replonger dans certains grands moment de la famille royale, elle n’en reste pas moins une œuvre de fiction et d’ailleurs, le porte-parole de la reine a précisé que la famille royale ne cautionnait pas la série. Il est vrai que les créateurs s’en donnent à cœur joie pour épicer le scénario.

Dans l’épisode 2 de la saison 3, la princesse Margaret est en voyage aux États-Unis avec son époux, le comte de Snowdon, en 1965. Lors d’une soirée à la Maison Blanche, la sœur de la reine Elizabeth n’en fait qu’à sa tête, allant jusqu’à provoquer et séduire le président américain Lyndon B. Johnson et de lui voler un baiser sur la bouche. La princesse a-t-elle volé un baiser au président ?

Dans la série, la princesse Margaret est en rébellion permanente

Comme on peut le voir dans la série, la princesse Margaret est envoyée par sa sœur, la reine Elizabeth, pour décrocher un prêt de la part des Américains. Les caisses britanniques sont vides et un petit soutien financier de la part de leurs amis de toujours ne serait pas de refus. Cependant, le président Johnson, interprété par Clancy Brown, n’en a que faire des Britanniques depuis qu’ils ont un Premier ministre de gauche et encore plus de leur famille royale, un concept qu’il peine même à comprendre. En même temps, la princesse Margaret, interprétée par Helen Bonham Carter, vit des moments difficiles avec son époux, le comte de Snowdon, interprété par Ben Daniels. Sans parler de sa frustration d’être la « numéro 2 » depuis sa naissance. Si on ajoute à cela son tempérament de feu et son caractère enclin à la rébellion, les créateurs de la série ont trouvé un moyen d’exprimer ses frustrations. Elle se transforme alors en petite princesse dévergondée capable d’embrasser un président s’il le faut…

Dans la série, la princesse Margaret embrasse le président Lyndon B. Johnson

La princesse Margaret n’a pas embrassé le président Johnson!

Sauf que dans la réalité, la visite de la princesse Margaret aux États-Unis n’avait déjà pas pour but d’obtenir un prêt américain. La visite avait certes un aspect économique, mais cela tenait plus de l’ordre diplomatique. Le parti travailliste fraichement installé avec le Premier ministre Wilson voulait rassurer les États-Unis que malgré le changement de cap économique du Royaume-Uni, ils resteraient toujours des alliés commerciaux.

La réalité historique : Faux !

La princesse Margaret n’a jamais embrassé le président Johnson sur la bouche, et rien n’indique même qu’elle se soit comportée de la sorte, lors de cette soirée à la Maison Blanche. Quant au dénouement de l’histoire, la série laisse croire que ce baiser aurait résolu l’affaire et aurait permis au Royaume-Uni de retrouver ses bonnes relations avec les Américains. Là encore, on peut en douter. Bien que le voyage de la princesse Margaret se soit bien terminé, pendant le reste du mandat de Johnson et de Wilson, les relations entre les deux hommes sont toujours restées tendues, voire compliquées.

Photo prise à la Maison Blanche lors du dîner de gala, de gauche à droite : Antony Armstrong-Jones, 1e comte de Snowdon, Claudia Johnson et Lyndon B. Johnson

Autre petite erreur au passage. Dans la série, dans le but d’amadouer le président, la reine a décidé d’inviter Johnson au château de Balmoral en Écosse, afin de participer à une partie de chasse. L’argument était de lui faire comprendre qu’il serait un privilégié, étant donné qu’il serait le premier président américain invité dans la résidence d’été de la reine. Sauf que dans la réalité, avant lui, en 1959 le président Dwight Eisenhower avait bien été invité à Balmoral.

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.