Le roi de Suède qui a succombé à une indigestion après une choucroute et 14 desserts

Le roi Adolphe-Frédéric de Suède est connu d’un point de vue historique comme étant le premier roi élu de la dynastie Holstein-Gottorp. Dans les livres historiques pour enfants, les petits Suédois le connaissent surtout comme le roi ayant succombé à une indigestion. L’appétit gargantuesque du souverain, le Mardi gras, lui vaudra sa mort le 12 février 1771.

Le roi Adolphe-Frédéric de Suède est connu des enfants comme le roi ayant succombé à son dernier repas très copieux (Image : domaine public)

Lire aussi : Charles d’Orléans : premier poète de la Saint-Valentin

Un roi glouton aux maigres pouvoirs

C’est en 1743, que les États de Suède élisent le prince Adolphe-Frédéric de Holstein-Gottorp pour devenir prince héritier du pays. Ce prince germanique, originaire du Schleswig, était prince-évêque de Lübeck, dont la capitale est Eutin. Le prince héritier deviendra le premier roi de Suède de la famille Holstein-Gottorp, issue d’une branche de la famille Oldenbourg, en 1751. Parent avec la famille impériale russe, on voit en lui le candidat idéal pour améliorer les relations avec la Russie.

Adolphe-Frédéric de Holstein-Gottorp, issu de la famille des ducs de Schlewig-Holstein, a été élu pour devenir le prochain roi de Suède (Image : Histoires Royales)

Adolphe-Frédéric est connu pour avoir été un roi faible. Le pouvoir est aux mains d’un Parlement tyrannique dont il tente de se défaire, en vain. Son fils, Gustave III, tentera également la même manœuvre. La reine Louise-Ulrique, épouse d’Adolphe-Frédéric, fut aussi active dans ce domaine.

Le roi Adolphe-Frédéric a eu un pouvoir très faible (Image : Domaine public)

Lire aussi : La princesse Palatine : une grande dame étonnante à Versailles

Le repas de la mort d’Adolphe-Frédéric de Suède

Le 12 février 1771, le roi Adolphe-Frédéric se fait servir son repas. Et quel repas. Ce jour-là, afin de bien se remplir le ventre avant d’entamer le Carême, il débutera par quelques entrées au caviar, suivies d’une soupe au chou. À table, on lui sert du hareng, du homard, sans oublier une choucroute. Bien entendu, le souverain arrosait son repas au champagne.

Lorsqu’il eut englouti tout son repas, il attendit encore son dessert. Impossible pour lui de ne pas manger ce dessert dont il raffolait tant, le semla. Le semla est un dessert suédois qui se mange traditionnellement au Mardi gras, explique le journal anglophone suédois The Local. Autrement dit, ce dessert est tellement riche et calorique, qu’il permet de tenir pour les jours de jeûne du Carême.

Le semla de trop pour le roi de Suède

Le semla est une brioche fourrée à la pâte d’amende fouettée. Le roi de Suède en aurait mangé pas moins de 14 ce jour-là, comme le rappelle non sans humour le Palais royal de Stockholm, à l’occasion de ce mardi gras et en mémoire du 250e anniversaire de la mort de ce roi glouton.

Le Palais royal rappelle que les semlor (pluriel de semla), dévorés après le « magnifique souper royal » ne ressemblaient pas encore à ceux que l’on mange aujourd’hui. Encore moins raffinés que ceux en vente actuellement dans les pâtisseries suédoises, il faut préciser que la brioche était servie dans une assiette creuse remplie de lait chaud.

Le Palais royal a rendu hommage à Adolphe-Frédéric en photographiant un semla devant son portrait (Photo : Sara Friberg/Kungl. Hovstaterna)

Lire aussi : Meurtre, accident, suicide ? La mort de Rama VIII, un insondable mystère

« Après le dîner copieux, Adolphe-Frédéric a commencé à se sentir mal. Il a été aidé dans une pièce voisine où il est mort », écrit le Palais sur ses réseaux sociaux, partageant avec humour une photo d’un semla posé devant le portrait du souverain. L’indigestion du roi est à l’origine de troubles de santé fulgurants. Il succombera d’un accident vasculaire cérébral provoqué après son repas d’ogre.

Le poète, proche de la cour de Suède, écrira avec humour dans le journal du 16 février, quelques jours après la mort du souverain, que le semla devait être « condamner à l’exil de Suède, car il a commis un assassinat royal ».

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr

No Comments Yet

Comments are closed