Depuis 50 ans les monarchistes de la NAR veulent un Orléans pour la France

En avril 2021, la Nouvelle Action Royaliste fête ses 50 ans. À l’occasion de cet anniversaire, l’un des fondateurs du mouvement royaliste, ayant notamment tenté sa chance à la présidentielle dans les années 70, Bertrand Renouvin répond à 2 heures de questions dans un film souvenir.

YouTube video

Lire aussi : Le Parti royaliste israélien demande le retour à la monarchie : bientôt le royaume d’Israël ?

La NAR fête ses 50 ans

Dans une atmosphère soixante-huitarde, quelques dissidents de la Restauration nationale, elle-même l’héritière de l’Action française de Charles Maurras, quittent le parti et fondent leur propre mouvement, en 1971, la Nouvelle Action française. Les fondateurs, Bertrand Renouvin, Yvan Aumont et Gérard Leclerc sont encore aujourd’hui des figures du mouvement.

Le mouvement royaliste de gauche gaulliste aurait souhaité que le jeu de séduction du général de Gaulle, qui faisait miroiter au comte de Paris une éventuelle restauration de la monarchie, se soit concrétisée dans les années 60. Au-delà des revendications royalistes, la Nouvelle Action française, rebaptisée Nouvelle Action Royale, en 1978, est aussi une société de pensée. La Nouvelle Action Royale organise ses fameux Mercredis de la NAR, où débats et échanges d’idées sont au cœur du programme.

Bertrand Renouvin répond à 2 heures d’interview à l’occasion du 50e anniversaire de la Nouvelle Action Royaliste (Photo : capture d’écran YouTube)

Lire aussi : Jean d’Orléans : La monarchie britannique «a survécu aux aléas du temps et aux querelles»

Deux heures d’interview avec Bertrand Renouvin

En 1974, le parti se rêve de passer à la vitesse supérieure en envoyant son candidat à la présidentielle. Bertrand Renouvin, âgé de seulement 31 ans, se présente à l’élection. Bertrand Renouvin est né à la prison de La Santé, là où sa mère avait épousé son père, tous deux des résistants.

Bertrand Renouvin se présentera face à Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand, suite à l’organisation des élections précipitées après la disparition de Pompidou. Dans son message de campagne, le candidat royaliste faisait alors remarquer que Pompidou n’avait pas nommé son successeur, provoquant une «rupture dans la continuité de l’État» et que la France se retrouvait alors «livrée aux mains des partis, [eux-mêmes] divisés en querelles de clans».

Il obtiendra 0,17% des voix, soit environ 43 700 votes. Outre le score, qui peut paraitre dérisoire, rappelons que pour être candidat, Bertrand Renouvin a dû obtenir les 100 parrainages nécessaires d’élus. Environ 170 signatures ont été obtenus même si tous les parrains n’étaient pas forcément royalistes, précise Bertrand Renouvin dans le film réalisé à l’occasion du 50e anniversaire de la NAR.

YouTube video

La Nouvelle Action française enverra huit autres candidats, aux élections législatives cette fois-ci, en 1978, avant de changer de nom pour Nouvelle Action Royaliste. En 1984, Bertrand Renouvin sera nommé au Conseil économique et social et le parti fera le choix de soutenir à plusieurs occasions le candidat socialiste aux élections présidentielles.

En outre, la NAR publie aussi son célèbre bimensuel Royaliste. Autrefois, le mouvement publiait aussi le Lys Rouge. De nombreuses personnalités ont eu des contacts d’une manière ou d’une autre avec le mouvement, ne serait-ce que par leur présence à l’un ou l’autre Mecredi de la NAR.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr