Le roi Mswati III gracie des détenus pour son 53e anniversaire

Ce 19 avril 2021, le roi Mswati III d’eSwatini, dernier monarque absolu d’Afrique, fête son 53e anniversaire. Le souverain swazi a pour l’occasion décidé d’accorder son pardon à un certain nombre de détenus. La ministre de la Justice a détaillé les conditions nécessaires pour obtenir la grâce royale.

Le roi Mswati III a accordé sa grâce royale à un certain nombre de détenus pour son 53e anniversaire (Photo : Flickr/US State Department/Wikimedia Commons)

Lire aussi : Les 15 femmes du roi Mswati III d’Eswatini : 34 enfants, évasions, mariage forcé, enlèvements de mineures,…

Le cadeau du roi Mswati III aux détenus swazis

Le roi Mswati III, 67e fils du roi Shobuza II, qui affirme avoir guéri du coronavirus grâce à un vaccin taïwanais, règne sur le Swaziland depuis 1986. Pour son 50e anniversaire, le 19 avril 2018, le roi a débaptisé son pays, dont le nom rappelait la période coloniale, et la renommé eSwatini. En 2020, pour son 52e anniversaire, le roi avait dû annuler toutes les cérémonies publiques, en raison de la pandémie mondiale de coronavirus, et avait reversé le budget prévu pour la fête à la lutte contre le covid-19.

Pour son 53e anniversaire, ce 19 avril 2021, le coronavirus court toujours dans le pays et le roi n’a pas prévu de célébrations. Il a toutefois voulu marquer le coup en accordant sa grâce à un «certain nombre» de détenus. Le nombre exact n’a pas été communiqué.

La ministre de la Justice Pholile Shakantu en a fait l’annonce lors d’une conférence de presse la veille. Quatre catégories de détenus peuvent espérer obtenir la grâce. La première catégorie est celle des prisonniers qui n’ont plus que six mois de peine à devoir purger. Deuxièmement, un certain nombre de détenus qui ont encore plus de six mois à purger voient leur peine réduite à six mois. Sont exclus de cette réduction les condamnés à mort, les détenus en cours de procès et les anciens condamnés à mort dont la peine à été commuée à la perpétuité.

Pourront immédiatement sortir de détention les détenus considérés comme ayant des problèmes de santé mentale. Ils seront libérés sous condition d’avoir un dossier médical qui le permet.

Enfin, la quatrième catégorie de détenus concerne les prisonniers âgés de 70 ans ou plus, les prisonniers en phase terminale et les prisonniers souffrant d’une maladie chronique. Des exceptions sont cependant à noter pour cette catégorie. Ne pourront être graciés les prisonniers condamnés à la peine capitale ou les condamnés pour meurtre, viol, trahison, corruption et vol.

«Les membres de leur famille et la communauté dans son ensemble sont priés de fournir une aide transitoire à ces détenus pour assurer une réinsertion en toute sécurité dans la communauté. Tous les détenus qui ont reçu le pardon royal sont avisés et avertis de bien se conduire lorsqu’ils rentrent chez eux», conclut la ministre de la Justice en rapportant les conditions de grâce dictées par le roi Mswati III.

Selon Prison Insider, la population carcérale en eSwatini était de 3450 prisonniers en 2020, ce qui représente un taux d’incarcération de 258 détenus pour 100 000 habitants. Les détenus sont répartis dans les 12 prisons que compte le pays. L’eSwatini est un pays coincé entre l’Afrique du Sud et le Mozambique, qui compte 1,1 million d’habitants. À titre de comparaison le taux d’incarcération en France est de 104 détenus pour 100 000 habitants.

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr