L’Aston Martin du roi Baudoin et la BMW 507 du roi Constantin II mises aux enchères

Le 11 octobre prochain, durant le Zoute Grand Prix, l’événement tant attendu par les amateurs de voitures classiques et d’anciennes autos, deux voitures royales seront proposées à la vente. Il s’agit d’une Aston Martin DB2 de 1955 ayant appartenu au roi Baudoin de Belgique et d’une BMW 507 Series II Roadster de 1959 ayant appartenu au roi Constantin II de Grèce.

L’Aston Martin DB2 / 4 3.0-liter Sports Saloon du roi Baudouin est estimée entre 250 000 et 300 000 euros (Photo : Bonhams)

Lire aussi : Les objets personnels d’une princesse hawaïenne multimillionnaire partent aux enchères sur Internet

Qui achètera la BMW du roi Baudouin ?

Cette année, afin de respecter les mesures sanitaires, le public n’est pas invité à assister à la vente aux enchères des old-timers, organisée dans le cadre du Zoute Grand Prix. Les acheteurs potentiels pourront suivre la vente en ligne, sur le site de la maison de vente Bonhams. Parmi les différents véhicules proposés à la vente, deux véhicules ayant été achetés par des rois ont attiré notre attention.

L’Aston Martin DB2 / 4 3.0-liter Sports Saloon du roi Baudouin est estimée entre 250 000 et 300 000 euros. Dans les années 50, à l’époque de sa sortie, le magazine Autocar écrivait : « L’Aston Martin DB2 / 4 est une voiture chère conçue pour satisfaire le connaisseur de voitures de sport qui n’est pas limité par des considérations financières ».

Le roi Baudouin et son frère, le prince Albert, admire la BMW le jour de la réception du véhicule (Photo : Bonhams)

Lire aussi : Une photo de la reine Elizabeth II en kilt, jamais rendue publique, vendue aux enchères

Le roi Baudouin s’est fait livrer cette Aston Martin en février 1955, comme en atteste les documents de vente, qui seront vendus en même temps que la voiture. Une photo du jour où Baudouin réceptionne la voiture, accompagné de son frère, le futur roi Albert II, fait également partie du lot. Sur la photo, on y voit les deux frères admirer le bolide, qui possède des plaque diplomatiques françaises. La voiture a été vendue une première fois en 1989, puis restaurée complètement en 2001 et 2008, et a été vendue la dernière fois en 2011. Son dernier propriétaire l’a très peu utilisée.

Lire aussi : La robe velours que Diana a portée pour danser avec John Travolta, mise aux enchères pour 410 000 €

La BMW 507 du roi Constantin II pourrait partir à plus de 3 millions d’euros

Une autre voiture classique, ayant appartenu au roi Constantin II de Grèce en 1959 pourrait elle partir entre 2,9 et 3,1 millions d’euros, samedi prochain. « Pour ceux qui pouvaient se permettre du style à tout prix, cette svelte roadster de BMW était la voiture à voir », explique la maison de vente Bonhams.

Le prince héritier Constantin conduit sa BMW 507 immatriculée 36 (Photo : Bonhams)

Lire aussi : Le diadème de la princesse Cécilie de Prusse vendu aux enchères à près de 390 000 €

«  L’idole de la pop Elvis Presley, les stars de cinéma Alain Delon et Ursula Andress, le prince Rainer de Monaco et l’Aga Khan » font partie de ceux qui ont un jour acheté ce modèle. « Néanmoins, une clientèle aussi limitée, même exclusive, ne pouvait pas soutenir à eux seuls la production de la 507, qui a cessé en décembre 1959 ». Seuls 252 modèles de cette voitures ont été vendus.

Le roi Constantin II, qui n’était pas encore le roi des Hellènes mais le prince héritier de Grèce à l’époque de l’achat, roulait dans les rues d’Athènes avec la simple plaque d’immatriculation « 36 ». La voiture a été vendue par le Roi en 1961. Les papiers de la vente font également partie du lot aux enchères. Elle a ensuite été achetée en 1989 par son propriétaire actuel, qui la possède donc depuis plus de 30 ans. Lors de son achat , la BMW 507 était en très mauvais état.

Source : Bonhams

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr