Les objets personnels d’une princesse hawaïenne multimillionnaire partent aux enchères sur Internet

L’épouse de la princesse Abigail Kawananakoa est-elle derrière cette vente aux enchères organisée sur Internet ? Depuis quelques jours, des objets appartenant à la princesse font leur apparition sur une plateforme de vente aux enchères. Certains objets partiront pour quelques dizaines ou centaines de dollars, lorsque la vente se clôturera le 12 juillet. Cette vente attise encore plus les querelles entre la famille, les conseillers juridiques et de l’entourage de la princesse hawaïenne de 94 ans qui se battent les uns les autres depuis des années pour gérer la fortune de la vieille dame jugée sénile.

La princesse Abigail Kawananakoa et son épouse Veronica Gail Worth lors d’une audience au tribunal, toujours avec leur chihuahua Girlie Girl

Lire aussi : Une princesse hawaïenne de 93 ans se bat pour que sa femme gère sa fortune de 215 millions $

L’épouse d’Abigail Kawananakoa se débarrasse de quelques objets de collection pour renflouer ses caisses

Malgré les 215 millions $ qui reposent sur un compte en banque appartenant à la princesse Abigail Kawananakoa, son épouse, Veronica Gail Worth, est un peu à court de liquidité, car pour le moment, personne ne peut toucher à cet argent. C’est la raison pour laquelle plusieurs objets de collection ont été mis en vente sur un internet. Rapidement, les collectionneurs ont identifié l’origine de ces objets rares, comme une lampe fabriquée dans une noix de coco, qui a été fabriquée à une époque antérieure à l’arrivée des colons européens à Hawaï. Cet objet de collection pourrait partir pour 336 $, le 12 juillet prochain. En tout, ce compte, visiblement géré par l’épouse de la princesse, a mis 400 objets en vente.

Mais depuis mercredi, il semblerait que le site ait mis en suspens les différentes enchères. Un message de la plateforme indique que la famille Kawananakoa s’est opposée à la vente d’objets personnels, jugeant indécent que des « objets culturels qui n’ont pas de prix » puissent être acquis « par n’importe quel étranger possédant une carte de crédit », a déclaré l’un des gérants de la Fondation Abigail KK Kawananakoa.

La princesse Abigail, qui dispose d’une immense fortune héritée de son arrière-grand-père, James Campbell, a toujours été très active et appréciée à Hawaï, dépensant son argent dans de nombreux œuvres caritatives, sociales ou culturelles. James Campbell était un colon irlandais ayant fait fortune dans les plantations de cannes à sucre à Hawaï, devant l’un des plus grands propriétaires de l’archipel.

Lire aussi : Meghan Markle perd la première bataille contre les tabloïds : 50 000£ de frais lui sont réclamés

La bataille prendra bientôt fin avec une décision de justice très attendue

Durant l’été 2020 nous saurons enfin qui sera désigné comme trustee (mandataire) de la fortune d’Abigail Kawananakoa. En 2017, Jim Wright, le conseiller juridique de la princesse avait fait en sorte de devenir le mandataire légal d’Abigail, suite à une attaque cérébrale. Ceux qui souhaitent prendre la main sur sa fortune juge qu’elle a perdu ses facultés mentales suite à l’attaque, la partie adverse assure qu’elle a toute sa tête.

Afin de reprendre le contrôle sur son argent, la princesse a épousé sa compagne de 24 ans sa cadette, Veronica Gail Worth, avec qui elle partageait déjà sa vie depuis 20 ans. Le mariage n’a malheureusement pas pu arranger les choses. Avant de statuer définitivement sur qui aura le droit de gérer le patrimoine d’Abigail, la justice a confié provisoirement l’argent de la vieille dame à un gestionnaire de la First Hawaiian Bank. L’argent est donc gelé et la princesse ainsi que son épouse doivent à présent vivre avec les liquidités que le gestionnaire accepte de mettre à leur disposition.

« Ces articles sont des biens personnels provenant du chalet Punaluu de Mme Kawananakoa, qu’elle ne visite plus », a déclaré son avocat, Bruce Voss, dans un communiqué. « Tous les bénéfices de la vente seront versés sur un compte pour aider à payer les dépenses personnelles de Mme Kawananakoa. » Depuis toujours, la princesse prend soin à faire en sorte que que son héritage familial serve au bien des habitants, déclarant un jour que ses origines familiales « l’obligent à prendre soin des Hawaïens ». C’est en 2007, lors de la dissolution de l’entreprise familiale Campbell Estate, qui pesait 2 milliards de dollars, que la princesse Abigail a hérité d’un huitième du patrimoine, soit environ 215 millions.

Lire aussi : Le « roi de Tahiti » condamné à 1 an de prison

Qui est Abigail Kawānanakoa ?

C’est à Hawaï que se trouve le seul palais royal américain et les anciennes résidences royales. C’est sur ces îles, qui comptent aujourd’hui 1,5 million d’habitants, qu’ont vécu de nombreuses dynasties royales. Pendant plusieurs siècles, six petits royaumes se partageaient ces îles, jusqu’en 1810 où ils furent réunifiés en un seul royaume. Cinq rois du nom de Kamehameha se sont succédés, puis il y eut Lunalila, Kalākaua et enfin, la première reine Lili’uokalani. Elle fut également la dernière monarque, renversée en 1893.

Abigail Kawānanakoa est l’arrière-petite-nièce de la dernière reine Lili’uokalani. À l’âge de 6 ans, Abigail a été adoptée par sa grand-mère, comme le permet la tradition du hānai. Le grand-père d’Abigail, déjà décédé à sa naissance, était le prince David Kawānanakoa, fils de la sœur de la reine Kapi’olani, qui était l’épouse du roi Kalākaua. À la mort du roi Kalākaua, c’est sa sœur Lili’uokalani, qui fut la reine et dernière souveraine du royaume d’Hawaï. En adoptant Abigail, sa grand-mère faisait d’elle son héritière directe, devenant également la fille posthume de son grand-père, le prince David Kawānanakoa. Celui-ci avait été conforté par le roi Kalākaua (son oncle par alliance) comme figurant dans l’ordre de succession. Le roi lui avait accordé le titre d’Altesse royale, en 1883, et lui avait donné tous les privilèges princiers, voyant que la lignée risquait de s’éteindre.

D’ailleurs, à la mort de Kalākaua, c’est sa sœur Lili’uokalani qui fut la dernière reine d’Hawaï. Si la monarchie n’avait pas été abolie, c’est leur troisième sœur, la princesse Ka’iulani qui aurait été reine car Lili’uakalani n’avait pas d’enfants. Enfin Ka’iulani, elle non plus n’avait pas de descendance. C’est donc, le prince David Kawānanakoa, grand-père naturel d’Abigail (père d’adoption posthume) qui aurait était désigné comme successeur le plus direct au trône. Le prince David ayant eu plusieurs enfants, ce serait l’un d’eux ou l’un de leurs descendants qui serait sur le trône actuellement. La princesse Abigail aurait été une petite-cousine ou petite-nièce du roi ou de la reine.

Lire aussi : Le fils du roi maori condamné pour avoir violenté la mère de son bébé

Source : Star Advertiser

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.