L’Australie nomme un ministre pour la République pendant les préparatifs du Jubilé de platine de leur souveraine

C’est une décision symbolique inédite et très importante que vient de prendre le tout nouveau Premier ministre australien. L’Australie accueille au sein de son gouvernement un ministre chargé de la transition républicaine. Matthew Thistlethwaite, en charge de ce portefeuille ministériel, a été nommé à quelques heures des célébrations du Jubilé de platine de la reine Elizabeth II, chef d’État d’Australie.

Lire aussi : La princesse Anne et son époux arrivent en calèche dans le stade de Sydney pour débuter leur voyage en Australie au nom de la reine

L’Australie fait un pas symbolique vers la république

Scott Morrison a été remplacé après 9 ans à la tête du gouvernement australien par le travailliste Anthony Albanese, suite à la défaite de la coalition des conservateurs aux dernières élections législatives. Le nouveau Premier ministre Anthony Albanese a prêté serment la semaine dernière et vient de finaliser la formation complète de son gouvernement, ce 31 mai 2022.

Photo officielle d’Anthony Albanese en tant que premier ministre de l’Australie (Photo : Australian Government/CC-4.0)

Parmi les membres de son gouvernement, on retrouve notamment Matthew Thistlethwaite, sénateur de Nouvelle-Galles du Sud et membre du parlement pour la circonscription de Kingsford Smith. Le politicien de 49 ans a, entre autres fonctions, hérité d’un portefeuille inédit. Il a été nommé ministre délégué pour la République.

Durant sa campagne, le travailliste Albanese avait rappelé sa volonté de mettre en place le processus de basculement de régime. Selon la Constitution, le chef d’État de l’Australie est le souverain britannique, en tant que royaume du Commonwealth. L’introduction de la Constitution rappelle que les habitants des différents États australiens « ont convenu de s’unir en un seul Commonwealth fédéral indissoluble, sous la couronne du Royaume-Uni ». Le point 2 du préambule ajoute que les prérogatives qui s’appliquent à « la Reine s’étendent aux héritiers et successeurs de Sa Majesté dans la souveraineté du Royaume-Uni. »

La reine Elizabeth II est le chef d’État de 15 pays, dont le Royaume-Uni, le Canada et l’Australie. Le Canada est le 2e plus grand pays au monde, l’Australie est le 6e en superficie et compte 25,7 millions d’habitants.

Matthew Thistlethwaite, nouveau ministre délégué pour la République (Photo : Department of Foreign Affairs and Trade/CC-3.0)

Selon la liste complète du nouveau gouvernement, Matthew Thistlethwaite sera aussi ministre délégué de la Défense et ministre délégué aux Affaires des vétérans. Le mouvement républicain principal du pays s’est félicité de cette nomination historique, comme le rapporte The Canberra Times. En 1999, la reine Elizabeth a été confirmée comme chef d’État à la tête de l’Australie, grâce à 55% des Australiens qui ont voté en sa faveur lors d’un référendum exceptionnel.

Lire aussi : 62% des Australiens ne veulent plus d’Elizabeth II comme chef d’État

La nomination d’un ministre délégué pour la République la veille du Jubilé de platine

Du 2 au 5 juin, le Royaume-Uni mais aussi les autres royaumes du Commonwealth fêtent les 70 ans de règne de la reine Elizabeth II. La reine est aussi à la tête du Commonwealth des Nations, un organisme intergouvernemental qui compte plus de 50 pays, dont des républiques qui sont des anciennes colonies britanniques.

En Océanie, la reine Elizabeth II règne sur cinq pays : l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les Tuvalu et les îles Salomon. Le dernier pays à avoir aboli la monarchie dans la région est les Fidji, en 1987.

La reine Elizabeth II est la reine de cinq pays en Océanie (Image : Histoires Royales)

Lire aussi : Ces 15 pays où règne la reine Elizabeth II

L’Australie est habitée depuis plus de 50 000 ans par les Aborigènes. Après plusieurs visites européennes au 17e siècle, c’est finalement en 1770 que les Britanniques revendiquent la moitié orientale de l’île. En 1788 est créée la Nouvelle-Galles du Sud, premier État de l’Australie. Le pays est une terre de bagne et sert de terre d’accueil pour les prisonniers britanniques.

En 1867, le prince Alfred, deuxième fils de la reine Victoria, fut le tout premier membre de la famille royale britannique à visiter l’Australie. Son long séjour lui a permis de voyager dans les grandes villes de tout le pays. En mars 1868, alors qu’il est encore en Australie, le prince échappe à une tentative d’assassinat. Sa blessure par balle nécessitera une intervention chirurgicale rapide et au bout de quelques semaines, il est capable de quitter l’Australie. On a fondé un hôpital à son nom à Sydney. La relation entre l’Australie et son souverain n’a pas été de tout repos. Aujourd’hui encore, les Australiens font partie des sujets de Sa Majesté les plus enclins à vouloir abolir la monarchie.

La princesse Anne et Sir Timothy Laurence font leur entrée dans le stade du parc olympique de Sydney à bord d’une calèche vieille de 150 ans, en avril 2022 (Photo : Kirsty O’Connor/PA Wire/ABACAPRESS.COM)

Pour assurer une présence physique royale dans le pays, George V avait nommé son troisième fils, le prince Henry, duc de Gloucester, en tant que gouverneur général d’Australie. La première visite d’un souverain en exercice fut celle d’Elizabeth II, en 1954. Durant son règne de 70 ans (en 2022), la reine Elizabeth II a visité l’Australie à 16 reprises. La dernière visite de la reine dans le pays date de 2011. Depuis quelques années, la reine ne quitte plus le Royaume-Uni, pour des raisons de santé. Elle envoie les membres de sa famille la représenter à l’étranger.

La dernière visite royale en Australie date d’avril 2022. La princesse Anne était invitée au Sydney Royal Easter Show, dans le cadre des festivités du Jubilé de platine de la reine Elizabeth II.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr