Ces 15 pays où règne la reine Elizabeth II

Elizabeth II fête son Jubilé de platine en 2022. La reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord règne depuis 70 ans sur sa partie des îles britanniques mais aussi sur un ensemble de royaumes répartis dans le monde entier. Ces pays, totalement indépendants, ont Elizabeth II pour chef d’État. En 2022, ils sont encore au nombre de 14, en plus du Royaume-Uni. Elizabeth II est donc reine du Canada, reine d’Australie, mais aussi reine du Tuvalu ou encore, reine de Jamaïque.

Lire aussi : Le prince William reconnaît qu’il ne sera peut-être jamais le chef du Commonwealth

Le Royaume-Uni et ses territoires d’outre-mer

La reine Elizabeth II est le chef d’État de 15 pays dans le monde. Elle porte de nombreux titres, sauf celui de reine d’Angleterre. Elizabeth II n’est pas la reine d’Angleterre, tout simplement car le royaume d’Angleterre n’existe plus depuis 1707.

« Elizabeth II, par la grâce de Dieu, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et de ses autres royaumes et territoires, chef du Commonwealth, défenseur de la Foi » est le titre officiel en forme longue, porté par la reine Elizabeth au Royaume-Uni. (Photo : The Sun . Photo by The Sun/News Licensing/ABACAPRESS.COM)

Le souverain britannique est le chef d’État du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, un pays principalement situé sur deux îles, les îles britanniques. L’une des deux îles est la Grande-Bretagne, l’autre est l’île d’Irlande. La Grande-Bretagne est composée de trois nations : l’Angleterre, Écosse et le Pays de Galles. En Irlande, sur la partie au nord de l’île, l’Irlande du Nord, est incluse dans le Royaume-Uni. La partie sud est la République d’Irlande. Cette partie a totalement pris son indépendance de la Couronne britannique et ne fait même plus partie du Commonwealth des Nations.

Le Royaume-Uni a été formé par l’accumulation successive des différentes nations au fil des siècles. Dès le 13e siècle, puis définitivement au 16e siècle la principauté de Galles a été absorbée par le royaume d’Angleterre. En 1542, le roi d’Angleterre fait aussi de l’île voisine, l’Irlande, son royaume. À la mort d’Elisabeth 1e d’Angleterre et d’Irlande sans descendance, son royaume revient à son cousin, le roi Jacques VI d’Écosse. Il est le premier souverain à la fois d’Écosse, d’Angleterre et d’Irlande. Durant les siècles suivants, les royaumes vont perdre leur indépendance pour nous former qu’un seul royaume.

Le souverain britannique devient roi de trois royaumes distincts en même temps à partir de 1603 (Image : Histoires Royales)
La partie sud de l’Irlande est devenue une république et quitté le Commonwealth des Nations. La partie nord de l’île est une partie du Royaume-Uni (Image : Histoires Royales)

Pour être complet, le Royaume-Uni ne se limite pas à l’île de Grande-Bretagne et à la moitié de la partie nord de l’île d’Irlande. Comme certaines autres grandes puissances, il possède aussi des territoires d’outre-mer. À l’instar de la France ou des Pays-Bas, certaines îles d’outre-mer sont considérées à part entière comme une extension du territoire britannique. Elles se situent principalement dans les Antilles et l’Atlantique Sud. Plusieurs de ces territoires font l’objet de disputes avec d’autres pays.

Ces territoires n’étant pas indépendants et étant considérés comme le Royaume-Uni à part entière, lorsque le pays était encore dans l’Union européenne, jusqu’au Brexit, ils permettaient à l’Europe de s’étendre dans des zones très reculées du monde. Les territoires britanniques d’outre-mer sont : Antigua, les Bermudes, les îles Caïmans, Gibraltar, les îles Vierges britanniques, les îles Malouines, Montserrat, les îles Pitcairn, Sainte-Hélène avec Ascension et Tristan Da Cunha, et les îles Turques-et-Caïques. En plus de ces territoires d’outre-mer, il existe quatre territoires aux statuts particuliers : Akrotiri et Dhekelia, le Territoire britannique de l’océan Indien, la Géorgie du Sud-et-les îles Sandwich du Sud, et le Territoire britannique de l’Antarctique. Les raisons du statut particulier de ces territoires sont variées.

Le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord avec ses territoires d’outre-mer (Image : Histoires Royales)

Enfin, plusieurs îles de la Manche sont vassales de la Couronne britannique. Jersey, Guernesay et l’île de Man sont des dépendances de la Couronne britannique.

Lire aussi : Le jour où Sydney a appris que Victoria était devenue reine… depuis près de 4 mois

Les pays du Commonwealth

Au 18e, puis surtout au 19e siècle, les Britanniques colonisent des territoires du monde entier. Les temps glorieux de l’Empire britannique sont souvent associés au règne de la reine Victoria, qui commence en 1837. L’Empire britannique se démantèle par la suite, connaissant des conflits avec l’Irlande, puis le statut de Westminster reconnaît en 1931 la souveraineté externe de tous les dominions de l’Empire. En 1926, est formé le Commonwealth et en 1947, les Britanniques perdent l’Inde avec la fin du Raj britannique. La dernière colonie britannique est Hong Kong, qui fut rétrocédée à la Chine en 1997.

Au fur et à mesure que les pays prennent leur indépendance, ils restent toutefois, pour certains d’entre eux, des royaumes du Commonwealth. Les royaumes du Commonwealth sont des pays indépendants qui ont choisi de garder le souverain britannique comme chef d’État. La reine Elizabeth II ne pouvant régner physiquement sur tous ces territoires, elle est représentée sur place par un gouverneur général.

Certaines anciennes colonies de l’Empire britannique ont choisi d’abolir la monarchie lors de leur prise d’indépendance. Ces pays sont à présent des républiques. Il existe quelques exceptions, comme Bruneï par exemple, où lors de la prise d’indépendance, le pays a choisi d’avoir un monarque plutôt qu’un président. Il s’agit principalement de pays où le souverain local a continué à exister et à avoir un certain pouvoir y compris durant la période de l’Empire, car les Britanniques toléraient les souverains locaux. Pour la plupart de ces anciennes colonies britanniques, devenues des républiques ou ayant leur propre souverain, elles ont choisi de rester membre du Commonwealth des Nations, une organisation intergouvernementale (avec quelques exceptions, comme l’Irlande, par exemple). Depuis sa création, le chef d’État britannique est le chef du Commonwealth des Nations. Lors de son sommet en 2018, un consensus a été accordé par tous les pays pour s’accorder sur le fait que le prince Charles sera bien le prochain chef du Commonwealth des Nations. Rien n’oblige à ce que William, une fois roi, dirige aussi le Commonwealth. Il sera par contre le roi, et donc le chef d’État, des royaumes du Commonwealth restants.

La reine Elizabeth II entourée d’une cinquantaine de représentants des gouvernements des 54 pays du Commonwealth des Nations dont la reine Elizabeth II est le chef d’État de 15 de ces pays (16 à l’époque de la photo prise en 2018) (Photo : Jonathan Brady/PA Wire/ABACAPRESS.COM)

Le Commonwealth des Nations est composé de 54 pays égaux. Trente-huit pays sont simplement membres du Commonwealth des Nations, parmi ceux-ci 34 sont des républiques et 8 sont des monarchies avec leur propre souverain. Les 15 autres pays sont les royaumes du Commonwealth, dont le Royaume-Uni, qui sont des monarchies avec le souverain britannique en tant que chef d’État.

Lire aussi : L’Australie rebaptisera une île au nom d’Elizabeth II pour ses 70 ans de règne

Cinq pays en Océanie

En Océanie, la reine Elizabeth II est reine de cinq pays, situés dans le Pacifique Sud : l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les Tuvalu et les îles Salomon. Le dernier pays à avoir aboli la monarchie est les Fidji. Les Fidji sont devenues une république en 1987. En 2009, le pays a même été exclu du Commonwealth des Nations suite à un coup d’État et à la non-tenue d’élections. Le pays a finalement retrouvé sa place dans le Commonwealth après la tenue d’élections démocratiques en 2014.

La reine Elizabeth II est la reine de cinq pays en Océanie (Image : Histoires Royales)

1. Australie

Avec près de 7,7 millions de kilomètres carrés, l’Australie est le 6e plus grand pays au monde. Il s’agit de la plus grande île du monde et du plus grand pays de l’hémisphère sud. Habitée depuis plus de 50 000 ans par les Aborigènes, après plusieurs visites européennes au 17e siècle, c’est finalement en 1770 que les Britanniques revendiquent la moitié orientale de l’île. En 1788 est créée la Nouvelle-Galles du Sud, premier État de l’Australie. Le pays est une terre de bagne et sert de terre d’accueil pour les prisonniers britanniques.

L’Australie est composée de l’île principale, de plusieurs très petites îles et d’une île secondaire, la Tasmanie. Sa population au dernier recensement de 2013 était de 23,4 millions d’habitants. L’estimation actuelle de la population en 2022 est de 26 millions d’habitants.

En 1867, le prince Alfred, deuxième fils de la reine Victoria, fut le tout premier membre de la famille royale britannique à visiter l’Australie. Son long séjour lui a permis de voyager dans les grandes villes de tout le pays. En mars 1868, alors qu’il est encore en Australie, le prince échappe à une tentative d’assassinat. Sa blessure par balle nécessitera une intervention chirurgicale rapide et au bout de quelques semaines, il est capable de quitter l’Australie. On a fondé un hôpital à son nom à Sydney. La relation entre l’Australie et son souverain n’a pas été de tout repos. Aujourd’hui encore, les Australiens font partie des sujets de Sa Majesté les plus enclins à vouloir abolir la monarchie.

Pour assurer une présence physique royale dans le pays, George V avait nommé son troisième fils, le prince Henry, duc de Gloucester, en tant que gouverneur général d’Australie. La première visite d’un souverain en exercice fut celle d’Elizabeth II, en 1954. Durant son règne de 70 ans (en 2022), la reine Elizabeth II a visité l’Australie à 16 reprises. La dernière visite de la reine dans le pays date de 2011. Depuis quelques années, la reine ne quitte plus le Royaume-Uni, pour des raisons de santé. Elle envoie les membres de sa famille la représenter à l’étranger.

La princesse Anne et Sir Timothy Laurence font leur entrée dans le stade du parc olympique de Sydney à bord d’une calèche vieille de 150 ans (Photo : Kirsty O’Connor/PA Wire/ABACAPRESS.COM)

La dernière visite royale en Australie date d’avril 2022. La princesse Anne était invitée au Sydney Royal Easter Show, dans le cadre des festivités du Jubilé de platine de la reine Elizabeth II.

Lire aussi : La princesse Anne et son époux arrivent en calèche dans le stade de Sydney pour débuter leur voyage en Australie au nom de la reine

2. Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande est située à 2000 km de l’Australie. Contrairement à l’Australie, qui était habitée depuis des dizaines de millénaires par les Aborigènes, la terre néo-zélandaise est restée vierge de toute habitation humaine pendant très longtemps. Il s’agit d’un territoire où l’habitation humaine est la plus récente puisque les Maoris sont arrivés en Nouvelle-Zélande entre 1030 et 1300. Les premiers européens sont arrivés en 1642.

La Nouvelle-Zélande fut une colonie britannique officielle en 1788. Elle obtient son autonomie partielle avec l’assouplissement des lois coloniales britanniques, sa souveraineté en 1947, puis prend son indépendance définitive en 1988. Le territoire est réparti sur deux îles principales, appelées l’Île du Nord et l’Île du Sud. Sa population actuelle est de 5 millions d’habitants.

Le prince Alfred, duc d’Édimbourg, second fils de la reine Victoria fut le premier membre de la famille royale britannique à visiter Wellington, la capitale, lorsqu’il est arrivé en 1869 à bord du HMS Galatea, après avoir été blessé par balle en Australie. Il faudra attendre 1901 pour la prochaine visite royale, effectuée par le futur George V et la future reine Mary. La reine Elizabeth II a mis les pieds en Nouvelle-Zélande en 1953, dans le cadre de sa tournée des royaumes du Commonwealth, après son ascension sur le trône. En tout, la reine Elizabeth II a visité 10 fois le pays.

3. Papouasie-Nouvelle-Guinée

Les Papous se sont installés sur une île située entre le Sud-Est asiatique et l’Océanie il y a environ 50 000 ans. Il y a environ 3500 ans, d’autres ethnies malaisiennes et polynésiennes s’installent sur cette île. L’île prendra le nom de Nouvelle-Guinée au 16e siècle, lorsque les Européens (Espagnols) arrivent sur l’île et voient une ressemblance entre la population locale et celle de Guinée, en Afrique.

L’île de Nouvelle-Guinée est divisée en deux parts quasi égales. La partie occidentale appartient aujourd’hui à l’Indonésie. La partie orientale, disputée comme une colonie allemande et une colonie britannique, devient britannique à la chute de l’Empire allemand. Cette partie britannique, appelée Papouasie-Nouvelle-Guinée, obtient sa pleine indépendance en septembre 1975. La Papouasie-Nouvelle-Guinée reste toutefois un royaume du Commonwealth.

Ce pays peu connu est pourtant bien plus grand que l’Allemagne, l’Italie ou le Japon. Sa population avoisine les 9 millions d’habitants en 2022. La reine Elizabeth II a visité le territoire en 1974, juste avant sa prise d’indépendance. Son époux l’avait déjà visité dès 1956. Le prince Charles a assisté aux cérémonies de prise d’indépendance en 1975, puis il a réalisé plusieurs voyages mémorables dans le pays, notamment lorsqu’il a prononcé un discours en tok pisin, le créole du pays, en 2012. Elizabeth II a visité le pays en tant que reine de Papouasie-Nouvelle-Guinée à de nombreuses reprises depuis l’indépendance du royaume.

La princesse Anne reçoit un lei, un collier de fleurs, à son arrivée sur le tarmac de l’aéroport international Jackson à Port Moresby, le 11 avril 2022 (Photo : Kirsty O’Connor/PA Wire/ABACAPRESS.COM)

La dernière visite d’un membre de la famille royale britannique en Papouasie-Nouvelle-Guinée date d’avril 2022, lorsque la princesse Anne et son époux, Sir Timothy Laurence se sont rendus à Port Moresby pour célébrer le Jubilé de platine de la reine Elizabeth II.

Lire aussi : La princesse Anne arrive en Papouasie-Nouvelle-Guinée : honneurs militaires et collier de fleurs

4. Tuvalu

Les Tuvalu sont un des pays les moins connus au monde. Cela est dû à sa toute petite superficie et à sa position extrêmement reculée. Les Tuvalu sont un archipel polynésien composé de neuf atolls habités. La superficie totale des atolls est de 26 km carrés, ce qui en fait le 4e État indépendant le plus petit du monde derrière le Vatican, Monaco et Nauru. Après les Tuvalu, viennent Saint-Marin, le Liechtenstein et les Îles Marshall.

Les atolls sont habités par les Polynésiens depuis le premier millénaire. Ce n’est qu’en 1568 que le premier Européen (un Espagnol) arrive sur un atoll de l’archipel. Le pays compte aujourd’hui 11 300 habitants. La plus grande ville, Vaiaku, est située sur l’atoll Funafuti, qui compte environ 6300 habitants.

Longtemps, l’archipel porte le nom d’Îles Ellice, durant la période de la colonisation britannique qui en fait son protectorat en 1892. En 1974, les Îles Ellice se séparent d’une partie de son territoire (les îles Gilbert) qui prend son indépendance. Cette partie est connue aujourd’hui comme les Kiribati. En 1975, les Îles Ellices adoptent un nom autochtone, Tuvalu. Depuis 1978, les Tuvalu sont un État indépendant, une monarchie à la tête de laquelle, la reine des Tuvalu est Elizabeth II.

YouTube video

La première visite de la reine Elizabeth II aux Tuvalu date seulement de 1982. Il faut attendre 2012 pour que d’autres membres de la famille royale britannique se rendent sur place. Cette année-là, le prince William et Catherine Middleton, duc et duchesse de Cambridge, y ont été envoyés pour célébrer le Jubilée de diamant de la reine.

5. Îles Salomon

Les Îles Salomon sont situées à l’est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Ce vaste ensemble d’îles regroupe deux archipels différents, composés d’une douzaine d’îles principales et près d’un millier de petites îles. La superficie totale de l’État de Salomon est supérieure à celle de l’Albanie et est proche de celle de l’Arménie. Le pays compte près de 700 000 habitants, dont 68 000 vivent à Honiara, la capitale située sur l’île de Guadalcanal.

C’est vers 1890 que les Britanniques établissent leur colonie sur une partie de ses îles, disputées avec l’Empire allemand, jusqu’à la Première Guerre mondiale puis le théâtre d’affrontements terribles avec le Japon pendant la Seconde Guerre mondiale. L’autonomie est accordée aux Salomon en 1976 et son indépendance est proclamée en 1978. L’État reste toutefois un royaume du Commonwealth.

La reine des Îles Salomon a visité le pays en 1974, accompagnée de sa fille, la princesse Anne, elle-même accompagnée de son premier époux, Mark Phillips. Le prince Philip, duc d’Édimbourg, a visité le pays seul à deux reprises. La reine Elizabeth II y est retournée en 1982. Le duc et la duchesse de Cambridge ont visité le pays en 2012. Le prince Charles s’y est rendu en 2019.

Sept pays dans les Caraïbes

Dans les Caraïbes, la reine Elizabeth est toujours le chef d’État d’Antigua-et-Barbuda, des Bahamas, de la Jamaïque, de la Grenade, de Saint-Christophe-et-Niévès, de Sainte-Lucie et de Saint-Vincent-et-les Grenadines. Jusqu’en novembre 2021, Elizabeth II était encore la reine de la Barbade, dernier pays du Commonwealth où la monarchie a été abolie.

La reine Elizabeth II est le chef d’État de sept pays dans les Caraïbes. Le Belize, sur le continent américain, est parfois assimilé à un pays des Caraïbes de par sa proximité géographique, culturelle et son accès sur la mer des Caraïbes. Tout comme, les Bahamas ne sont pas officiellement un pays des Caraïbes mais plutôt d’Amérique du Nord. La notion de Caraïbes est vaste et les définitions sont disputées (Image : Histoires Royales)

Les Antilles comptent un certain nombre de royaumes du Commonwealth, de territoires britanniques d’outre-mer mais aussi de territoires d’outre-mer néerlandais et français.

Les Bahamas se partagent les îles Lucayes avec un territoire britannique d’outre-mer qui sont les îles Turques-et-Caïques (Image : Histoires Royales)

Lire aussi : Elizabeth II n’est plus reine de la Barbade : le prince Charles assiste à la cérémonie de transition républicaine

1. Antigua-et-Barbuda

Antigua-et-Barbuda comprend, comme son nom l’indique, l’île d’Antigua et l’île de Barbuda, dont l’île d’Antigua n’est située qu’à une cinquantaine de kilomètres de la Guadeloupe. Autour de ce pays, se trouve aussi l’île de Montserrat, un des derniers territoires britanniques d’outre-mer.

Antigua-et-Barbuda a une superficie de 442 km2 pour près de 100 000 habitants, dont près de 25 000 vivent à Saint John’s, la capitale, sur Antigua. Les premiers habitants sont les Ciboneys, des Amérindiens arrivés dans les Antilles environ 400 ans avant notre ère. Colonie espagnole, française puis anglaise, le pays a pris son indépendance en 1981 tout en restant un royaume du Commonwealth. La reine d’Antigua-et-Barbuda est Elizabeth II.

La première visite d’Elizabeth II date de 1966. Sa sœur, la princesse Margaret avait visité le pays dès 1955. De nombreuses visites royales ont été organisées ces dernières décennies dans le pays et dans les Caraïbes de façon générale.

2. Bahamas

Les Bahamas peuvent aussi être considérées en Amérique. Nous les avons classées dans les Caraïbes, car elles ne se situent pas en Amérique continentale mais dans les eaux au large de l’Amérique. Les Bahamas sont aussi membre de la Communauté caribéenne (CARICOM), bien que son économie soit plutôt tournée vers l’Amérique, de par sa proximité avec la Floride. La définition de Caraïbes est assez floue, qu’il s’agisse de politique, de communauté, de culture ou de proximité géographique.

Les Bahamas se partagent les îles Lucayes avec un territoire britannique d’outre-mer qui sont les îles Turques-et-Caïques. La superficie totale des îles des Bahamas, proches de la Floride, s’élève à près de 14 000 km2 et on y compte près de 340 000 habitants. Deux tiers des Bahamiens vivent sur l’île de New Providence, là où se situe aussi la capitale, Nassau, autrefois appelée Charles Town. Nassau est un hommage à Guillaume III d’Orange-Nassau, le stadhouder hollandais qui fut l’époux de la reine Marie II d’Angleterre et fut lui-même roi d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande à partir de 1689.

Les Bahamas font partie des premières îles du continent qui ont été découvertes par les Européens. C’est d’ailleurs à San Salvador, une île des archipels bahamiens, que Christophe Colomb a posé les pieds pour la première fois en Amérique, en 1492. Après des incursions fréquentes des Espagnols sur ces îles, les archipels passent peu à peu aux mains des Anglais. Le pays a pris son indépendance du Royaume-Uni en 1973 mais est resté un royaume du Commonwealth.

La reine Elizabeth II a visité les Bahamas pour la première fois avec son époux en 1966 puis en 1975. Elle y est retournée en 1977 à l’occasion des festivités de son Jubilé d’argent. Dans le cadre de réunions du Commonwealth, elle est retournée à Nassau, la capitale des Bahamas, en 1985. Sa dernière visite remonte à 1994. Le prince de Galles était présent sur place en 1973 pour assister aux cérémonies officielles de prise d’indépendance du pays.

La dernière visite royale aux Bahamas date de mars 2022, lorsque le duc et la duchesse de Cambridge se sont rendus dans le pays, dans le cadre des festivités du Jubilé de platine de la reine Elizabeth II.

Le duc et la duchesse de Cambridge rencontrent le premier ministre des Bahamas et son épouse, Philip et Anne-Marie Davis (Photo : Chris Jackson/PA Wire/ABACAPRESS)

Lire aussi : La duchesse de Cambridge débarque en aigue-marine aux Bahamas : dernière halte de William et Catherine Middleton dans les Caraïbes

3. Jamaïque

Le royaume de Jamaïque compte 2,8 millions d’habitants, ce qui en fait le pays le plus peuplé des Caraïbes dont la reine Elizabeth II est le chef d’État. Le Belize est le plus grand en termes de superficie, si on considère le Belize comme faisant partie des Caraïbes.

La Jamaïque est peuplée depuis le premier millénaire. Ses premiers habitants sont les Arawarks, des Indiens d’Amérique du Sud arrivés dans les Antilles. L’île fut d’abord colonisée par les Espagnols puis devint une colonie britannique en 1670. Entre 1700 et 1800, plus d’un demi-million d’esclaves africains sont débarqués sur l’île. En 1962, la Jamaïque a obtenu son indépendance.

La relation entre les autochtones et les Britanniques fut toujours compliquée en Jamaïque. Lors de la dernière visite du duc et de la duchesse de Cambridge dans le pays, en mars 2022, le premier ministr a confirmé au prince William sa volonté d’abolir la monarchie. Le pays pourrait être le prochain royaume du Commonwealth à destituer la reine Elizabeth II.

Le gouverneur général de la Jamaïque a convié le duc et la duchesse de Cambridge à un dîner d’État en l’honneur des 70 ans de règne de la reine Elizabeth II, en mars 2022 (Photo : Toby Melville/PA Wire/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Le prince William parade dans son uniforme tropical blanc en Jamaïque : Catherine Middleton en dentelle blanche

4. Grenade

La Grenade est un État composé de cinq îles comprises dans l’archipel des Grenadines. Avant l’arrivée des Européens, les Indiens caraïbes avaient déjà expulsé les Arawarks de l’île de Grenade. Christophe Colomb baptisa l’île Concepcion, qui deviendra française en 1650. L’île devient britannique en 1763 avec la signature du traité de Paris. Grenade est devenue indépendante en 1974.

Les Grenadiens sont environ 114 000 et environ 33 000 d’entre eux vivent à Saint-Georges, la capitale. Elizabeth II s’est rendue en Grenade en 1966 puis la reine de Grenade est retournée à Saint-Georges en 1985 pour ouvrir le parlement. Le comte et la comtesse de Wessex ont visité la Grenade dans le cadre des festivités du Jubilé de diamant en 2012. Le prince Harry a visité le pays en 2016.

5. Saint-Christophe-et-Niévès

Saint-Christophe-et-Niévès ou Saint-Kitts-et-Nevis est le plus petit pays d’Amérique. Comme son nom l’indique, il comprend deux îles, Saint-Christophe et Niévès. La superficie totale des deux îles représente 261 km2. Le pays compte près de 54 000 habitants, dont 14 000 vivent à Basseterre, la capitale sur l’île de Saint-Christophe.

Les deux îles étaient autrefois habitées par les Indiens Kalinago. Christophe Colomb a découvert ces îles en 1493. Les Hugenots français se sont installés au 16e siècle, puis ont été chassés par les Espagnols. Longtemps, les Français et les Anglais se sont disputé les îles, après avoir massacré les Kalinago. Elles deviennent définitivement britannique en 1713. Le pays trouve son indépendance en 1983, gardant le souverain britannique comme chef d’État. En 1998, un référendum a manqué de peu la séparation de Saint-Christophe et de Niévès comme deux États distincts.

La reine Elizabeth II a visité St-Kitts-et-Nevis en 1966 puis en 1985. Le comte et la comtesse de Wessex ont visité le pays dans le cadre des festivités du Jubilé de diamant en 2012.

6. Sainte-Lucie

Située dans l’archipel des îles du Vent, Sainte-Lucie ne comprend qu’une seule île de 620 km2 pour environ 185 000 habitants, dont 20 000 vivent à Castries, la capitale et 70 000 dans la grande région autour de la capitale. Pour l’anecdote, l’île autrefois appelée Iouanalao par ses autochtones, fut baptisée Sainte-Lucie en l’honneur de Lucie de Syracuse. Il s’agit du seul pays indépendant au monde qui a été baptisé en prenant le nom d’une femme.

Disputée entre la France et la Grande-Bretagne, les Britanniques l’obtiennent officiellement en 1814. Son premier gouvernement local date de 1924. Sainte-Lucie a obtenu l’indépendance totale du Royaume-Uni en 1979. La reine de Sainte-Lucie est Elizabeth II, le pays étant toujours une monarchie en tant que royaume du Commonwealth. C’est la princesse Alexandra de Kent, cousine de la reine, qui a assisté aux cérémonies d’indépendance du pays en 1979.

La reine Elizabeth II s’est rendue à Sainte-Lucie en 1966 puis elle y est retournée, ainsi que plusieurs membres de sa famille. Le prince de Galles, par exemple, a visité Sainte-Lucie en 1989. Le comte et la comtesse de Wessex ont visité Saint-Lucie dans le cadre des festivités du Jubilé de diamant en 2012. Le prince Harry a visité le pays en 2016.

7. Saint-Vincent-et-les-Grenadines

Saint-Vincent-et-les-Grenadines est un État situé entre Sainte-Lucie et la Grenade. Son île principale est Saint-Vincent. Il comprend également un chapelet d’îles et d’îlots qui composent en grande partie l’archipel des Grenadines. La population est d’environ 100 000 habitants, dont 25 000 habitent Kingstown, la capitale.

Les îles sont principalement habitées par les Indiens Kalinago jusqu’à l’arrivée des Européens. Comme les nombreuses îles aux alentours, les Français et les Anglais se sont disputé les territoires jusqu’à leur obtention officielle par les Britanniques en 1783, ce qui n’empêchera pas les conflits de continuer. Saint-Vincent-et-les-Grenadines a pris son indépendance totale en 1979 gardant toutefois Elizabeth II comme chef d’État.

La reine Elizabeth II a visité Saint-Vincent-et-les-Grenadines en 1966 puis elle y est retournée en 1985. Le comte et la comtesse de Wessex ont visité le pays dans le cadre des festivités du Jubilé de diamant en 2012.

Deux pays en Amérique continentale

Deux pays situés sur le continent américain sont encore des monarchies : le Bélize et le Canada. Le Belize est situé en Amérique centrale et le Canada, en Amérique du Nord. Les Bahamas peuvent aussi être considérées en Amérique. Nous les avons classées dans les Caraïbes, car elles ne se situent pas en Amérique continentale mais dans les eaux au large de l’Amérique.

1. Bélize

Le Belize est le plus grand royaume du Commonwealth en Amérique latine, depuis que la Guyana est devenue une république en 1966. Sa superficie est comparable à celle d’Israël. Il est situé à la frontière sud du Mexique et à l’est du Guatemala. Le pays compte près de 400 000 habitants et avait pour capitale Belize City, avant que celle-ci ne soit transférée à Belmopan, jugée plus sûre. Le Belize a pris son indépendance du Royaume-Uni en 1981.

Le Belize fut longtemps appelé le Honduras britannique, durant toute la période coloniale et jusqu’à son indépendance en 1981. Le nom Belize a été adopté en référence à son ancienne capitale, qui elle-même porte le nom du fleuve qui traverse la ville.

Durant le règne d’Elizabeth II, le premier membre de sa famille à visiter le « Honduras britannique » était la princesse Margaret, en 1958. La reine Elizabeth II s’y est rendue en 1985 puis en 1994. Le duc d’Édimbourg s’y est rendu seul à deux reprises. Le prince Harry s’y est rendu en 2012 à l’occasion du Jubilé de diamant et c’est son frère, le prince William qui s’y est rendu en 2022, à l’occasion du Jubilé de platine.

Le prince William et Catherine Middleton ont rencontré le premier ministre Johnny Briceno dès leur arrivée au Bélize (Photo : Jane Barlow/PA Wire/Abacapress)

2. Canada

Le Canada, avec l’Australie, est l’un des royaumes du Commonwealth les plus connus au monde. Le Canada est le deuxième plus grand pays au monde, derrière la Russie. Sa dernière constitution d’indépendance date de 1982. Sa souveraineté totale était déjà accordée dès 1926. Le dominion du Canada avait vu le jour lors de l’unification de trois colonies en 1867.

L’histoire monarchique du Canada est vieille de plusieurs siècles, d’abord sous les rois de France aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, puis sous la Couronne britannique aux XVIIIe et XIXe siècles, et maintenant en tant que royaume à part entière, rappelle le site officiel de la monarchie britannique.

De nombreux membres de la famille royale britannique ont effectué, très tôt, des visites au Canada. Mais il faudra attendre 1939 pour que le premier souverain en exercice, George VI, vienne visiter le pays. Depuis lors, la reine et de nombreux membres de sa famille s’y rendent régulièrement.

Lors de la cérémonie officielle de couronnement de la reine Elizabeth II à Westminster en juin 1953, elle fut ointe de l’huile sacrée et prêta serment en tant que reine Royaume-Uni, du Canada, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, de l’Afrique du Sud, du Pakistan et de Ceylan. L’Afrique du Sud, le Pakistan et le Ceylan (Sri Lanka) ont tous aboli la monarchie depuis lors, seuls le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande reconnaissent encore leur reine.

Le gouvernement canadien explique que « la Reine du Canada continue de défendre le service public et bénévole partout dans le monde. Sa Majesté est marraine de plus de 600 organismes de bienfaisance et organisations, dont 36 au Canada (…). » Le gouvernement ajoute que la « Couronne canadienne demeure une composante essentielle et révélatrice de notre identité en créant un sentiment d’unité et de fierté ».

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr